Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Forcing LGBT

Le Parlement européen « insiste sur la nécessité, pour l’Union, d’adopter une approche commune pour la reconnaissance des mariages et partenariats homosexuels », « rappelle que le droit de l’Union a primauté sur tout droit national, y compris sur les dispositions constitutionnelles, et que, dès lors, les États membres ne sauraient invoquer une interdiction constitutionnelle du mariage homosexuel ou une protection constitutionnelle de “la morale” ou des “politiques publiques” pour faire entrave au droit fondamental à la libre circulation des personnes au sein de l’Union et bafouer les droits des familles arc-en-ciel qui s’installent sur leur territoire », « invite la Commission à présenter une proposition législative exigeant de tous les États membres qu’ils reconnaissent, aux fins du droit national, les adultes mentionnés sur un acte de naissance délivré dans un autre État membre comme les parents légaux de l’enfant, quel que soit leur sexe en droit ou leur état civil, et exigeant de tous les États membres qu’ils reconnaissent, aux fins du droit national, les mariages ou partenariats enregistrés contractés dans un autre État membre ». Etc.

Naturellement, cette nouvelle résolution du Parlement européen est d’abord un acte de propagande LGBTIQ (sic), et une nouvelle occasion de condamner la Hongrie et la Pologne, et la Roumanie au passage, et de demander à la Commission européen d’agir contre ces pays coupables de « violation grave des valeurs sur lesquelles l’Union est fondée ».

Ce qui est grave est qu’une fois de plus on voit que la décadence invertie est en force au Parlement européen : la résolution a été adoptée par 387 voix contre 161 et 123 abstentions.

Commentaires

  • Ce sont des méthodes chères à une certaine tribu auvergnate et qui ont fait preuve de leur efficacité subversive. Les mêmes sévissent au Vatican, ce qui est encore plus grave, car leur pouvoir de nuisance est décuplé. Tout cela crie vengeance au Ciel, les idiots utiles au service de cette infamie semblent ignorer le châtiment qui ne manquera pas de leur tomber dessus. Mais parler de châtiment divin est très mal vu dans ces milieux là.

  • le droit de l’Union a primauté sur tout droit national, y compris sur les dispositions constitutionnelles ?

    C'est un coup d'état. La hiérarchie des normes juridiques, c'est d'abord la constitution, ensuite les traités internationaux, enfin les lois nationales. Et aucune disposition des traités européens ne dit que les réglements européens doivent s'appliquer de plain droit.

  • Ce n'est que le rappel (incessant, assurément) de la jurisprudence de l'UE depuis l'arrêt Costa de 1964, rappelée par toutes les Commissions européennes, respectée par tous les Etats membres depuis lors, jusqu'à tout récemment les premières contestations, venant d'Allemagne et de Pologne.

  • Une bonne nouvelle, c'est que ces hypothétiques contraintes ne concernent pas la France de Macron. On peint les TGV aux couleurs arc-en-ciel (pour ma part, j'aimerais mieux un mauve baconien, ce prodigieux coloriste...) ; on dit "heureux comme un pédé en France" ; et l'on parlera bientôt des mœurs élyséennes comme Saint-Simon parlait des "italiennes".
    Quand vous serez "vacciné", essayez donc la sodomie passive, ça va ensemble et avec la choucroute à la menthe.

Écrire un commentaire

Optionnel