Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Orban contrattaque

Viktor Orbán annonce qu’il va organiser un référendum sur la loi de protection des mineurs qui interdit notamment toute propagande LGBT auprès des enfants, et qui fait l’objet d’une « procédure d’infraction » de la part de la Commission européenne. Il a déclaré dans une vidéo :

« Ces dernières semaines, Bruxelles a clairement attaqué la Hongrie au sujet de sa loi sur la protection de l’enfance. Les lois hongroises ne permettent pas la propagande sexuelle dans les jardins d’enfants, les écoles, à la télévision et dans les publicités. L’avenir de nos enfants est en jeu, nous ne pouvons donc pas céder du terrain sur cette question. »

Le référendum, a-t-il précisé, comportera cinq questions :

— Êtes-vous favorable à la tenue d’activités présentant des orientations sexuelles à des enfants mineurs dans un établissement d’enseignement public sans le consentement des parents ?

— Êtes-vous favorable à la promotion du changement de sexe pour les enfants mineurs ?

— Êtes-vous favorable à la possibilité de changement de sexe pour les enfants mineurs ?

— Êtes-vous favorable à la présentation aux mineurs, sans restriction, de contenus à caractère sexuel susceptibles d’affecter leur développement ?

— Êtes-vous favorable à la présentation aux mineurs, sans restriction, de contenus illustrant le changement de sexe ?

Il a ajouté :

« Je vous demande de dire “non” à toutes ces questions, comme nous avons dit “non” il y a cinq ans lorsque Bruxelles voulait forcer les immigrants vers la Hongrie : un référendum et la volonté commune du peuple ont arrêté Bruxelles. Nous avons réussi une fois, et ensemble nous réussirons encore. »

Viktor Orbán est assuré d’avoir une réponse sans équivoque à ce référendum, qui sera une claque de plus à la dictature LGBT européenne.

Commentaires

  • C'est le mystère de la langue française, son charme, sa poésie, sa sensualité, sa violence racée, mais il y avait un dynamisme, une efficacité, un éclat, un "peps", dans "on contre-attaque" qui s'est perdu dans "on contrattaque".

  • qui se sont perdus... Mais Saint-Simon aurait écrit sans hésiter "qui s'est perdu".

  • Relisez cette note du 8 mai 2017: https://reseauinternational.net/avons-nous-elu-un-fou/

Écrire un commentaire

Optionnel