Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lundi de la troisième semaine de carême

Introït :

In Deo laudábo verbum, in Dómino laudábo sermónem : in Deo sperábo, non timebo, quid fáciat mihi homo.
Miserére mei, Deus, quóniam conculcávit me homo : tota die bellans tribulávit me.

Je louerai en Dieu la parole qu’il m’a donnée ; je louerai dans le Seigneur sa promesse. J’espérerai en Dieu ; je ne craindrai point ce que l’homme peut me faire.
Ayez pitié de moi, ô Dieu, car l’homme m’a foulé aux pieds ; tout le jour en me faisant la guerre, il m’a tourmenté.

Graduel :

Deus, vitam meam annuntiávi tibi : posuísti lácrimas meas in conspéctu tuo. Miserére mei, Dómine, quóniam conculcávit me homo : tota die bellans tribulávit me.

O Dieu, je vous ai exposé toute ma vie ; vous avez mis mes larmes devant vous. Ayez pitié de moi, ô Dieu, car l’homme m’a foulé aux pieds ; tout le jour en me faisant la guerre, il m’a tourmenté.

Hier nous avons vu dans le graduel l’annonce que le Fils de Dieu triomphera de « l’homme ». Cet « homme », qui désigne à la fois le démon et ce qui est mauvais en l’homme (« l’homme ennemi » comme dit la parabole de l’ivraie), on le trouve deux fois dans la messe d’aujourd’hui. De nouveau dans le graduel, à la faveur cette fois du psaume 55 – c’est une plainte de la Passion, et cette plainte est aussi le verset de l’introït (il se trouve que c’est le premier verset du psaume), tandis que l’antienne est le verset 5 qui exprime l’espérance et l’assurance de la Résurrection.

Écrire un commentaire

Optionnel