Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les Etats-Unis et le droit à l’avortement

Les Etats-Unis ont signé hier la « Déclaration du Consensus de Genève », qui affirme notamment qu’il n’existe « aucun droit international à l’avortement ».

En signant le texte, le Secrétaire d’Etat Mike Pompeo (qui en est à l’origine) a déclaré : « Sous la direction du président Trump, les États-Unis ont défendu la dignité de la vie humaine partout et toujours. Il l’a fait comme aucun autre président de l’histoire. »

Et on aimerait bien que ça continue…

« Dans son essence même, la déclaration protège la santé des femmes… et réaffirme l’importance vitale de la famille en tant que fondement de la société », a souligné Mike Pompeo. La déclaration désavoue l’avortement, qui « ne doit pas être promu comme une méthode de planification familiale ». Le texte déclare également que « le droit à la vie est inhérent à la personne humaine », tandis qu’il n’existe « aucun droit international à l’avortement ». « Toute mesure ou changement lié à l’avortement dans le système de santé ne peut être déterminé qu’au niveau national ou local, conformément au processus législatif national. »

Cette dernière phrase est très intéressante, quand on considère que sur les 32 pays qui ont signé la Déclaration, il n’y a que trois Etats européens : la Pologne, la Hongrie, la Biélorussie. La Déclaration laisse pourtant clairement aux Etats la possibilité de permettre des avortements. Le refus de signer est donc bien le refus de nier un droit international à l’avortement, que postule la culture de mort. Laquelle montre ainsi qu’elle est une idéologie totalitaire.

Commentaires

  • Trump rend un hommage appuyé au "Nom au-dessus de tout nom" :
    https://www.youtube.com/watch?v=r1_KrHPZZWU&feature=emb_logo
    On aura beau critiquer la forme, trouver déplacée cette surévaluation de sa notoriété, même à rebours d'un John Lennon (qui surestimait grandement la sienne, surtout compte tenu de la nullité de sa musique), ça fait plaisir.
    J'ai un collègue protestant qui n'a que le Christ à la bouche et de cesse de honnir Donald Trump quand personne ne lui demande rien. C'est CONTRADICTOIRE.

  • Merci. Je le publie.

  • Stravolus, je ne suis pas étonné concernant votre collègue protestant :
    - les protestants libéraux font tout pour se démarquer des Evangiles afin de ne pas être vus comme des catholiques (les vrais catholiques, hein, pas ceux de Bergoglio et compagnie)... Alors qu'à l'origine, le terme "protestant" renvoie au fait de "témoigner pour", aujourd'hui nombreux sont les réformés et luthériens à prétendre que cela signifie "protester" dans le sens de revendiquer (luttes sociales et sociétales, Cimade et autres machins)...
    - Les évangéliques, quant à eux, ont une trouille bleue d'être associés à Trump soutenu par les évangéliques américains, puisque les médias tapent sans cesse sur Trump. Ainsi, des responsables du Conseil national des évangéliques de France ont publié des vidéos dénigrant ces électeurs... Je considère que c'est pour montrer patte blanche aux médias et zotorités françaises.... Et pourtant, sur tout ce qui est combat pour la vie, les évangéliques sont les plus proches des catholiques, mais ça devient secondaire pour eux : il faut montrer que l'on est sage selon les critères de ce siècle...

    Déjà avant Bergoglio, je voyais des protestants évangéliques se montrer timorés quant à leur foi, car ils voulaient se distinguer de Benoît XVI à qui les médias avaient déclaré la guerre... Avec Bergoglio, ils ont trouvé un maître à penser : il invite des pasteurs au Vatican et leur demande de le bénir, et ça flatte les évangéliques ! De plus, les médias encensant toujours le "chrétien" le plus connu au monde, nombre d'évangéliques se disent que Bergoglio est une chance pour être respectable... Et donc, ils s'abstiennent de critiquer ses délires aussi bien sur le credo que sur les principes non négociables...

    Je ne sais où en est Trump dans sa quête spirituelle, je sais que cela fait une dizaine d'années au moins qu'il est devenu proche de certains pasteurs, dont quelques-uns sont douteux, et je sais que ça fait des années qu'il soutient la liberté religieuse et les chrétiens persécutés. Et je crois qu'une personne peut changer en bien !

  • Les protestants, qui n'en sont pas à une contradiction près, devraient tous aller jeter un œil sur le masque mortuaire de Luther qui, après tout, quelle que soit leur appartenance, est un peu leur Mahomet :
    https://fidecatholica.wordpress.com/2017/10/31/secte-vatican-2-500-ans-de-la-revolution-lutherienne-les-blasphemes-de-luther-et-la-condamnation-du-protestantisme-par-leglise-catholique/
    Il paraît que le Président Trump, pourtant baptisé presbytérien, a salué un jour en ces termes un prêtre en soutane de la FSSPX rencontré dans un aéroport : "Vous avez plus de pouvoir que moi."
    Mais après tout, les premiers martyrs chrétiens avaient-ils beaucoup de doctrine ? Sans doute pas. Le martyre, c'est l’œcuménisme par le haut. Et le simple témoignage, par les temps qui courent, c'est le martyre par le bas.

  • Pour Trump et sa quête spirituelle, "il est aussi difficile pour un riche, etc", mais il tient le bon bout. Je ne pense pas qu'il s'agisse seulement d'électoralisme : cet homme est sincère et instinctif ; il improvise : des qualités qui s'harmonisent merveilleusement, surtout face à un calculateur hypocrite et à moitié gâteux, qui récite sa leçon.
    S vous regardez le dernier débat, vous votez Trump : l'autre a perdu beaucoup de points sur les masques obligatoires pour tous, la compassion envers les immigrants illégaux et les éoliennes à la con, dont personne ne veut à côté de chez lui.

Écrire un commentaire

Optionnel