Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Antienne de communion

Puisqu’il n’y a pas de saint aujourd’hui au calendrier du missel de 1960, et que le jeudi est le jour de l’eucharistie, voici l’antienne de la liturgie byzantine pour la communion des célébrants, le dimanche, lors d'une divine liturgie solennelle en la co-cathédrale grecque-catholique de la Martorana (Palerme), un 15e dimanche après la Croix (autour du 20 janvier). C'était entre 1989 et 2005, et je viens de le découvrir.

Avant la communion on voit la fraction et la commixtion, et le zéon (eau bouillante) versé dans le calice. En rompant l'hostie (l'"Agneau"), le prêtre dit: "Est rompu et partagé l'Agneau de Dieu, rompu mais non divisé, toujours mangé mais jamais consommé, sanctifiant ceux qui y communient." En mettant une parcelle dans le calice: "Plénitude de la foi du Saint-Esprit. Amen." En bénissant l'eau chaude: "Bénie soit la ferveur de tes saints en tout temps, maintenant et à jamais et dans les siècles des siècles, amen." Quand le diacre verse l'eau chaude : "Ferveur de la foi, pleine du Saint-Esprit."

L’évêque (de Piana degli Albanesi) est Mgr Sotìr Ferrara (né et mort à Piana degli Albanesi...).

Comme c’est une messe télévisée on doit hélas subir les commentaires (toutefois relativement discrets) de la journaliste. La divine liturgie entière se trouve ici :

https://youtu.be/fehpi4IB-7k

Αἰνεῖτε τὸν Κύριον ἐκ τῶν οὐρανῶν, αἰνεῖτε αὐτὸν ἐν τοῖς ὑψίστοις. Ἀλληλούϊα, Ἀλληλούϊα, Ἀλληλούϊα.
Louez le Seigneur dans les cieux, louez-le dans les hauteurs, alléluia. (Psaume 148)

 

De la même divine liturgie j’ai également extrait le chant après la communion :

Εἴδομεν τὸ φῶς τὸ ἀληθινόν, ἐλάβομεν Πνεῦμα ἐπουράνιον, εὕρομεν πίστιν ἀληθῆ, ἀδιαίρετον Τριάδα προσκυνοῦντες· αὕτη γὰρ ἡμᾶς ἔσωσεν.

Nous avons vu la vraie Lumière, nous avons reçu l’Esprit céleste, nous avons trouvé la vraie foi, nous adorons l’indivisible Trinité, car c’est elle qui nous a sauvés.

Écrire un commentaire

Optionnel