Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une exception

Le plus souvent, les lois votées dans les Etats américains visant à grignoter le « droit à l’avortement » sont retoquées par les juges, au nom précisément du droit absolu à l’avortement selon l’arrêt Roe contre Wade. Le but ultime des élus et des gouverneurs pro-vie étant que leurs lois arrivent sans cesse à la Cour suprême jusqu’au jour où celle-ci se saisira de l’une d’entre elles pour renverser l’arrêt Roe contre Wade, qui « n’est pas gravé dans le marbre », a osé dire hier Amy Coney Barrett face à Dianne Feinstein…

C’est donc avec une certaine surprise qu’on découvre qu’un juge fédéral a confirmé plusieurs lois de l’Indiana, similaires à bien d’autres qui ont été annulées : celle qui oblige les avortoirs à avoir une homologation de l’Etat ; celle qui oblige les avortueurs à avoir un « privilège d’admission » à l’hôpital le plus proche ; celle qui oblige de pratiquer une échographie avant l’avortement ; celle qui oblige une mineure à avoir le consentement de ses parents.

Le juge s’appelle Sarah Evans Barker. Elle a été nommée par… Ronald Reagan, elle est juge fédérale de l’Indiana depuis 1984.

Comme elle a 77 ans, elle n’est plus « chief judge », mais « senior judge », et le « chief judge » est actuellement Jane Magnus-Stinson, nommée par Obama, et qui a priori devrait avoir un autre avis. Mystères de la justice américaine…

Commentaires

  • Merci Yves

    Un poing m interpelle : pourquoi la cour suprême n accepte t elle pas de jouer le jeu du fédéralisme et laisser chaque Etat legiferer sur ce sujet comme pour la peine de mort ?

  • Relisez ceci:
    http://yvesdaoudal.hautetfort.com/archive/2020/09/30/comment-elle-va-renverser-l-arret-sur-l-avortement-6266914.html

  • Merci beaucoup

Écrire un commentaire

Optionnel