Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Suède

Voici la courbe des décès du coronavirus en Suède. Il n'y a eu ni confinement ni masques. Seulement une épidémie plus sévère que la grippe habituelle.

Screenshot_2020-08-11 Sweden Coronavirus 82,972 Cases and 5,766 Deaths - Worldometer.png

Commentaires

  • Ces trois derniers mois, la Suède a vu reculer son économie de 7 à 8 %, alors que l'économie de l'Union européenne a reculé de 12 % dans son ensemble.

  • La comparaison serait intéressante Etat par Etat, mais comparer un pays et un ensemble de pays très divers n'a pas grand intérêt

  • @ Perruchot
    Renseignements pris la baisse est de 6,3 pour le voisin le plus puissant des Suédois, c'est-à-dire l'Allemagne, et de 8, 2 pour la France. La moyenne de 12 pour l'Union Européenne est due à l'Italie et à l'Espagne...

  • @ g marie

    Bataille de chiffres ? - On a publié pour la France une chute du PIB de 13,8 %, pour l'Allemagne une chute "historique" de 10,1 %, 12,4 % pour l'Italie, 18,5 % pour l'Espagne…

  • La comparaison serait intéressante Etat par Etat, mais comparer un pays et un ensemble de pays très divers n'a pas grand intérêt

  • Je plains les suédois qui avaient réussi à ne pas plomber leur économie durant cette crise mais qui se retrouvent maintenant à devoir payer la dette colossale et la politique (toujours) délirante de leurs voisins.

  • Donc si ce sont des morts du covid (et plus nombreux qu'en France par rapport à la population) cela n'est pas grave. Il ne faut pas déranger l'économie ou ne pas gêner la liberté individuelle. Je suis désolé mais cela n'est pas cohérent avec votre combat pro-vie.

  • Parfaitement cohérent avec un combat pro-vie, puisque le confinement et les mesures terroristes de privation des libertés ont fait plus de victimes que votre "pandémie du siècle". Et n'oublions pas les avortements favorisés et la liquidation des personnes âgées séquestrées dans les EHPAD, en plus de celles qui sont mortes de chagrin, abandonnées, sans visites autorisées. Et n'oublions pas le refus des dictateurs sanitaires d'utiliser des traitements efficaces. Renseignez-vous et vous ne vous tromperez pas de combat pro-vie.

  • J'ai publié ce graphique parce qu'il montre très clairement, vu la brusque montée de la mortalité, puis sa lente descente peu après, que le confinement ne sert à rien.

  • @ Philippe Edmond

    1) "Morts du covid plus nombreux en Suède…" : à vérifier. Les modes de calcul des chiffres qu' "on" nous donne défient la plus élémentaire rigueur.

    2) Du point de vue du "combat pro-vie" (1). Voici les effets immédiats du confinement (liste non exhaustive) : "il faudra avoir le courage de regarder en face cette période comme la révélation paroxystique des travers de notre temps. Il faudra nous souvenir des suicides, des enfants brutalisés, des violences conjugales (monsieur envers madame, mais aussi madame envers monsieur, énorme tabou et cause de nombreux suicides) et de la cruauté au sein des fratries (dont on ne parle jamais non plus), exacerbée par la claustration ; nous souvenir du réseau Internet saturé par la fréquentation des sites pornographiques, de l’explosion des commandes en ligne de sextoys ; nous souvenir de ces bébés de mères porteuses, vagissant de peur, abandonnés dans les salles glauques des cliniques dans l’attente du transfert – différé – à leurs commanditaires qui finalisera la transaction ; nous souvenir de tous ces vieillards tués par le chagrin de l’isolement, à cause de l’hypocrite sollicitude d’un système qui prétendait protéger leur vie en les privant de tout contact humain." (Ingrid Riocreux)

    3) Toujours du point de vue du "combat pro-vie", considérons maintenant le futur proche. Le confinement a ruiné des pans entiers des économies nationales. Il a considérablement apauvri les pays. Le gouvernement français n'a pas hésité à creuser de façon abyssale une dette déjà phénoménale : il s'agit de centaines de milliards d'euros. Est-il si difficile de comprendre qu'un tel appauvrissement aura des conséquences terribles sur la santé de la population ? La première cause de mortalité, c'est la pauvreté.

  • Combat pro-vie (3). "Quel est le meilleur marqueur de la santé publique ? Le PIB par habitant. Ce n’est ni le nombre de médecins, ni le taux de vaccination, ni la mortalité infantile ou la durée de vie des patients. Les pays qui ont les plus forts PIB par habitant ont la meilleure santé. Quand on fait écrouler le PIB, on fait écrouler la santé de la population. On le voit tous les jours à l’hôpital : tous les malades chroniques qui ont été confinés sont en train de mourir. Les cancers qui ne sont plus suivis vont accélérer leur développement et diminuer l’espérance de vie de leurs porteurs. Le confinement est une catastrophe en termes de santé publique." (Professeur Frédéric Adnet)

  • Combat pro-vie (4). "Quand les historiens se pencheront sur cette pandémie dans quelques dizaines d’années, on pourra modéliser la perte de PIB et les conséquences en termes de santé publique. Car il n’y a pas que le virus qui tue. Le diabétique confiné va mourir. Pendant le confinement, il n’y avait plus personne dans les centres de dépistage des cancers. Or, si vous faites perdre deux mois à un patient atteint de cancer du sein, vous le tuez. Ce n’est pas immédiat, on en verra les effets dans dix ans. L’impact sanitaire du confinement en termes de morbidité sur la population entière a peut-être été beaucoup plus important que l’épidémie elle-même. Les premières études commencent à sortir. Ainsi, les Américains ont démontré qu’il y avait une surmortalité dans toutes les autres pathologies. En France, les arrêts cardiaques se sont multipliés.
    C’est pourquoi il ne faut absolument pas reconfiner. Ce serait de nouveau écraser le PIB, aggraver la paupérisation, le nombre d’enfants qui ne vont pas à l’école et dégrader nos indicateurs de santé publique." (Professeur Frédéric Adnet)

  • j'apprends que je vais mourir, ce qui n'est pas original puisque c'est le sort commun, mais j'aimerais qu'on m'explique en quoi le diabétique que je suis serait plus touché qu'un autre à cause d'un confinement que je pense avoir trés bien supporté

  • @ Théofrède.

    Bonne question. Qu'a voulu dire exactement notre professeur dans cette sentence lapidaire (réponse à la question d'un journaliste) ?

    Il reste que cela n'infirme en rien la thèse principale de notre auteur, marquée au coin du simple bon sens : "Quand on fait écrouler le PIB, on fait écrouler la santé de la population".

Écrire un commentaire

Optionnel