Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Liturgie italo-albanaise

Pour ceux que ça intéresserait, j’ai créé une chaîne YouTube consacrée à la liturgie de l’Eglise grecque-catholique italo-albanaise. Je connaissais un peu cette petite Eglise d’exilés albanais (surtout de Grèce) installés en Calabre et en Sicile à partir de la fin du XVe siècle. Il y a deux ans j’avais assisté à une superbe messe en leur co-cathédrale de Palerme (la Martorana). Mais j’ai vraiment découvert leur liturgie, ce qu’elle a de spécifique outre la grande tradition grecque, « grâce » au confinement. A quelque chose malheur est bon… Le confinement a conduit les prêtres italo-albanais, comme nombre de leurs confrères, à réaliser des vidéos liturgiques pour que les fidèles continuent d’avoir un témoignage de la liturgie. Ainsi, alors que jusque-là on ne trouvait sur internet que de rares bribes, ce sont des offices et des messes qui ont été mis en ligne, au long du carême et du temps pascal, particulièrement sur les pages Facebook du diocèse de Piana degli Albanesi, de la paroisse de l’Assomption de Palazzo Adriano et du diocèse de Lungro. J’ai donc commencé à piocher dans tout ça pour en extraire quelques pépites, sans oublier de récupérer aussi celles qui existaient déjà.

J’ajoute les vidéos complètes des consécrations épiscopales des deux derniers évêques de Piana, parce que ce sont des documents extraordinaires et qu’ils sont difficiles à trouver sur YouTube (la dernière est intitulée « Piana degli Albanese 28 06 2015 », sans aucune autre indication…)

D’autres mises en ligne suivront…

C'est ici.

Commentaires

  • Merci beaucoup cher Monsieur.

    La langue liturgique est elle restée le grec ?

  • théoriquement, dans le rite byzantin, la langue liturgique est la langue vernaculaire (dans sa forme littéraire)
    j'ai donc été surpris de reconnaitre du grec dans les pièces jointes

  • Merci de tout cœur Monsieur DAUDAL. Faleminderit nga zemra, comme disent les arbëresh.

  • quelles sont les places respectives du grec et de l'albanais dans cette liturgie ?

  • Cela dépend des endroits et des circonstances. Je ne peux pas parler des paroisses de Calabre, où l'on ne sait pas ce qui se passe à moins d'y aller. Mais tout ce que j'ai vu des messes de l'évêque, elles sont en grec, avec le Credo et le Pater non pas en albanais mais en italien. C'est aussi le cas des messes solennelles à Piana (où l'on parle pourtant albanais, ce qui n'est pas le cas d'autres paroisses, comme Palazzo Adriano... où l'on chante néanmoins le Chant de Lazare - et des litanies de la Sainte Vierge - en albanais...). A Piana on chante des tropaires ou des stichères en albanais surtout dans les offices, notamment pendant la Semaine Sainte. Ainsi les trois longues stances des matines du Samedi Saint (célébrées le soir du Vendredi Saint) sont en albanais. Je vais d'ailleurs les publier sur ma chaîne.
    Lorsque la divine liturgie n'est pas entièrement chantée, ce qui n'est pas chanté est généralement dit en italien.

  • c'est assez surprenant, mais peut rappeler les problèmes qu'avaient eu les catholiques hongrois de rite byzantin auxquels les bureaux du Vatican avaient voulu imposer une liturgie en grec
    quelle est la langue liturgique de l'église orthodoxe autocéphale d'Albanie ou celle de l'administration catholique de rite byzantin du même pays ?

  • Non seulement personne ne le leur a imposé, mais ils se sont battus pendant 400 ans pour conserver leurs traditions. (Personne n'impose aux Grecs d'avoir leur liturgie en grec ancien. Et ces Albanais venaient pour la plupart de Grèce. Ils ont gardé non seulement la langue liturgique, mais des mélodies propres qui n'existent plus en Grèce.)

  • vous ne répondez pas à ma question; je voulais savoir de quoi il en était en Albanie
    vous vous avancez sans doute en disant que personne ne leur a imposé le grec : s'ils venaient de l'empire "romain' il est fort vraisemblable que les autorités de cet empire, et en particulier le patriarche de Constantinople aient eu leur mot à dire en matière de langue liturgique
    enfin, ne mélangeons pas tout : l'église hongroise de rite byzantin a été constituée au XIXième siècle, donc dans des conditions trés différentes

Écrire un commentaire

Optionnel