Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les malheurs de Pierrette

Le 17 juin dernier, l’Allemande Pierrette Herzberger-Fofana, député européen (Verte, mais noire), ouvrait au Parlement européen un débat sur le racisme. D’emblée, elle affirmait avoir été elle-même victime de violences policières racistes. Pas plus tard que la veille : parce qu’elle photographiait l’interpellation de deux jeunes noirs, elle avait été « harcelée et intimidée par la police belge ». Et elle avait « ressenti cela comme un acte de discrimination à tendance racistes » :

« Hier, alors que je quittais la gare de Bruxelles-Nord, j'ai vu neuf policiers harceler deux jeunes gens noirs. J'avais un téléphone à la main. J'ai pris une photo de l'incident, ce qui est légal. Les policiers sont venus vers moi, m’ont arraché le téléphone des mains. Quatre des neuf policiers armés m'ont brutalement poussée contre le mur, ensuite plaquée au mur, ils ont violemment pris mon sac à main, ils m'ont plaquée au mur jambes écartées et un policier voulait me tâter et le fouiller. Ils m'ont traitée de façon humiliante. (…) J'ai porté plainte car on ne peut pas laisser passer ces violences policières. Cette expérience, à un moment où le monde entier observe les conséquences fâcheuses de la brutalité policière, est traumatisante pour moi. Mais je suis là, bien que j’aie passé toute la nuit au Parlement pour écrire. Je n’ai pas eu le courage de sortir avant 6 h du matin. Nous devons prendre des mesures concrètes pour toutes ces personnes qui ne sont pas ici et qui ne peuvent pas échapper à la violence policière. »

Pierrette a été chaleureusement applaudie par ses collègues, le président du Parlement a aussitôt appelé le Premier ministre belge pour lui demander de prendre les « mesures immédiates et nécessaires ».

Mais la police aussi a porté plainte. Pour diffamation. Soulignant que toute la scène avait été filmée, que Pierrette les avait copieusement insultés, et que l’incident avait été signalé au parquet. Le bureau du procureur fait savoir qu’il a ouvert une enquête. Précisant qu’en cas de poursuites pénales, Mme Herzberger-Fofana ne bénéficierait pas de l’immunité parlementaire…

(Pourquoi je ne trouve qu’un journal… tchèque pour raconter vraiment cette histoire, c’est un mystère… - ou pas.)

Commentaires

  • L'arroseur arrosé.
    Il y aurait-il donc encore une justice ?

  • Pierrette ton pot-aux-roses a été éventé. Tu mérites 6 mois de prison minimum, si la justice fait son boulot en Belgique.

Écrire un commentaire

Optionnel