Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pendant ce temps-là

« La semaine écoulée s'est révélée être l'une des plus meurtrières du genre. Commencée par 7 morts, elle s'est terminée par 25 morts », affirme un communiqué envoyé à l'Agence Fides relatif à la situation dans les territoires de Beni et Irumu au Nord Kivu et en Ituri, dans l'est de la République démocratique du Congo, où depuis des années opèrent des groupes armés et en particulier les jihadistes de l'ADF – un groupe d'origine ougandais qui s'est installé en territoire congolais depuis longtemps.

Au cours des premières heures du dimanche 24 mai, des terroristes islamistes ont frappé Ruwenzori et Beni-Mbau. Au sein de la première localité, 7 civils dont trois femmes ont été tués sauvagement.

Par la suite, à Lose-Lose, les jihadistes ont enlevé 45 civils, saccageant 15 magasins et trois pharmacies et incendiant 6 maisons, mettant à sac un dispensaire de la communauté protestante. Parmi les personnes tuées durant l'attaque contre cette localité se trouve Paluku Mumethya, animateur de la communauté catholique locale.

D'autres localités ont été attaquées le dimanche 24 mai, portant le bilan total à 25 morts parmi la population civile. En comptant ces victimes, ce sont 49 civils qui ont été massacrés au cours de la seule semaine allant du 18 au 24 mai.

Avec les dernières attaques en date, ce sont 587 civils qui ont été massacrés par les ADF en tant que représailles suite à l'offensive de grande ampleur lancée contre eux par l'armée congolaise depuis le 30 octobre dernier.

(Fides)

Commentaires

  • des joies de l'indépendance
    lorsque Stanley et Livingstone se sont retrouvés au coeur de l'Afrique, ils n'étaient accompagnés que des porteurs nécessaires au transport de leur matériel
    pour faire maintenant le même trajet, il faudrait sans doute deux colonnes de blindés
    il est vrai qu'a priori les djihadistes ne sont pas cannibales, et que le risque d'être mangé a peut-être disparu

  • Fin du XIXe (1892-1899), dans l'est de l'Etat indépendant du Congo, on a connu les campagnes anti esclavagistes.
    On peut comparer les deux époques : autrefois et de nos jours, les razzias sont le fait des mahométans.

Écrire un commentaire

Optionnel