Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un archevêque américain

Ayant reçu des plaintes de fidèles auxquels des prêtres refusent de donner la communion sur la langue sous prétexte de coronavirus, l’archevêché de Portland (Oregon) fait savoir « clairement qu’une paroisse ne peut pas interdire la réception de la Sainte Communion sur la langue (cf. Redemptionis Sacramentum 92 : “Tout fidèle a toujours le droit de recevoir, selon son choix, la sainte communion dans la bouche” ».

L’archidiocèse de Mgr Alexander Sample précise qu’il a consulté deux médecins, dont un spécialiste en immunologie. Ils considèrent tous deux que communier dans la bouche ou dans la main ne fait guère de différence. « Le risque de toucher la langue et de transmettre la salive aux autres est un danger, mais la possibilité de toucher la main est tout aussi probable et les mains sont plus exposées aux germes. »

Commentaires

  • Merci de nous mettre sous les yeux le mandement d'un évêque qui a un cerveau sous sa mitre ! C'est désormais un motif d'étonnement.
    Pour ma part, on m'a refusé la communion à Paris... De manière totalement abusive puisque de simples instructions d'un ordinaire ne sauraient modifier les rites de la Messe. La communion "dans la main" (quod absit !) n'est qu'une tolérance et personne n'est tenu en conscience de se plier à cet usage qui n'est même pas une coutume.
    On ne saurait trop conseiller le visionnage de l'intervention fielleuse du curé Metzinger qui explique très officiellement pourquoi Sa Grandeur Monseigneur l'Archêque de Paris a interdit de donner la Sainte Communion autrement que "dans la main" : https://www.paris.catholique.fr/epidemie-du-coronavirus-et.html
    Quelle éloquence !
    Reste à savoir qui sont les "bébêtes" qui déclencher une "guégerre", selon ce cucuré paparisien ?

  • On constate que les évêques ne connaissent pas les lois de l'Eglise.
    C'est le droit des fidèles de recevoir la Sainte Communion sans toucher le Corps du Christ (qui occasionne tant de sacrilèges dans nos églises) ils doivent accorder ce droit, d'autant que c'est le Christ qui se donne par les mains du prêtre (si l'on croit encore à la présence réelle bien sûr).
    Mais ce "coromachin" vient à point pour inciter les fidèles à "pécher" avec les modernistes en se communiant eux-même.

    Ils devraient lire ce que rapportaient les âmes du Purgatoire à Maria Simma que les prêtres et évêques qui ont autorisé cette façon de communier font plus de Purgatoire !

  • Ce qui est surprenant, c'est que Mgr Aupetit était médecin avant de devenir prêtre. Je suppose qu'il n'a fait que suivre le conformisme d'ensemble du clergé français.
    Allez aux messes de rite traditionnel, on n'a jamais cessé d'y communier à genoux sur la langue, c'est à dire dans les meilleures conditions pour y éviter un éventuel contact de la main du prêtre avec la langue, contrairement à la file indienne ou, au dernier moment, chacun se dirige vers le prêtre pour communier de façon parfois inattendue.
    L'argument de l'hygiène a permis de reprendre la main à un épiscopat qui avait rendu, parfois à regret, aux fidèles le droit légitime.

  • Il doit y avoir une petite vingtaine de morts imputables à ce truc aux Etats-Unis. "La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas", disait Baudelaire, qui avait son côté diabolique. Mais non, cher Baudelaire, vous vous trompiez : dans un monde transformé en enfer, la dernière trouvaille du diable est de vous persuader qu'il existe...

Écrire un commentaire

Optionnel