Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dixit Dominus ad Noë

e-codices_fcc-0002_063r_medium.jpg

Screenshot_2020-02-19 e-codices – Virtual Manuscript Library of Switzerland.png

Antiphonaire des cordeliers de Fribourg, fin du XIIIe siècle.

℟. Dixit Dominus ad Noë: Finis universae carnis venit coram me: repleta est terra iniquitate eorum,
* Et ego disperdam eos cum terra.
℣. Fac tibi arcam de lignis laevigatis, mansiunculas in ea facies.
℟. Et ego disperdam eos cum terra.

Le Seigneur dit à Noé : La fin de toute chair est venue devant moi : la terre est remplie de leur iniquité, et je vais les anéantir avec la terre. Fais-toi une arche de bois poncé, tu feras en elle des petites chambres. Et je vais les anéantir avec la terre.

Finis universae carnis venit coram me: hébraïsme qui veut dire : j’ai décidé d’en finir avec tous les êtres vivants. La Septante a traduit : « le temps de tout homme est arrivé devant moi ». Le temps, c’est kairos, mot qui normalement indique le moment favorable, or ici c’est le moment fatal… Mais pour Dieu c’est un vrai kairos, puisque c’est la régénération de l’homme dans le baptême du Déluge…

Commentaires

  • Voilà des récits bien plus crédibles que les imbécillités big-banesques et simiesques, n'en déplaise au troupeau des exégètes et théologiens évolutionnistes qui ont fait perdre la foi en la Révélation à des générations entières de fidèles, séminaristes et prêtres.

Écrire un commentaire

Optionnel