Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La folie engendre la folie

Lu sur Gènéthique :

Selon un rapport du Conseil suédois de la santé et de la protection sociale, le nombre d'adolescentes diagnostiquées avec une dysphorie de genre a augmenté de près de 1 500 % en dix ans en Suède. La dysphorie de genre désigne un état dans lequel une personne éprouve un malaise ou une détresse parce qu'elle a l'impression que son identité de genre et son sexe biologique attribué à la naissance ne correspondent pas.

En 2018, près de 6 000 personnes ont été diagnostiquées comme souffrant d’une dysphorie de genre en Suède. Entre 2008 et 2018, le nombre de filles âgées de 13 à 17 ans souffrant de dysphorie de genre a augmenté de 1500%, tandis que, sur la même période, le nombre de garçons âgés de 18 à 24 ans a augmenté de 400 %.

Le rapport montre également que les maladies mentales sont très répandues au sein du groupe. La majorité des malades et tout particulièrement des filles, souffre également de dépression ou d'anxiété. L'autisme, l'automutilation et les tentatives de suicide sont également plus fréquents que dans l'ensemble de la population suédoise.

« Il ne fait aucun doute qu'il y a une nette augmentation [de la dysphorie de genre chez les jeunes suédois] mais nous ne savons pas ce qui cause cette augmentation », a déclaré Peter Salmi, analyste au Conseil de la santé et du bien-être (Socialstyrelsen).

Il fait exprès, ou il veut qu’on lui explique ?

Commentaires

  • Le jour où quelqu'un inventera la clinique à fabriquer les couillons, il y aura une très longue liste d'attente.

  • On peut le mettre ici, ou vous êtes définitivement rédhibitoire. J'aime assez le final...
    https://www.youtube.com/watch?v=kGUgLrGqjFM&feature=emb_logo

Écrire un commentaire

Optionnel