Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A Dieu Roger

Screenshot_2020-01-30 Roger Holeindre, figure de l’extrême droite et l’un des fondateurs du FN, est mort.png

Je l’aimais bien, Roger, et il m’aimait bien aussi. Alors que tout nous séparait… hors l’essentiel.

Roger Holeindre est mort. Que Dieu l’accueille. Car si Roger a bien mérité de la patrie, il a également mérité le paradis. Il n’était peut-être pas un pratiquant régulier, mais ses réactions et ses prises de position, et son comportement dans la vie, étaient véritablement catholiques. Catholiques de façon primaire et viscérale, comme son anticommunisme, comme son patriotisme.

On se reportera à ce que dit le Salon Beige. J’ajouterai deux choses.

La première est que Roger Holeindre était un orateur époustouflant, enthousiasmant, éventuellement bouleversant. C’était un plaisir toujours renouvelé de l’entendre. Et l’on peut toujours l’entendre… dans ses écrits. Quand je passais devant son bureau, au « Paquebot », je l’entendais parfois comme s’il faisait un discours tout seul. En fait il relisait les dernières pages de son futur livre. Il relisait toujours à haute voix, pour s’assurer du rythme de la phrase…

La seconde est que la passion de sa vie fut toujours la formation des jeunes. Il avait fondé dans les années 80 les « Cadets de France », dont le QG était le « château de Bokassa », à Neuvy-sur-Barangeon, où eurent lieu également des universités d’été du FN et surtout du FNJ. L’Etat fit fermer le camp de Cadets en 1999, bien sûr parce que les bâtiments n’étaient pas « aux normes ». Le ministre de la Jeunesse et des Sports était la communiste Marie-George Buffet. Mais Roger m’avait montré des photos de groupes d’enfants dont il s’était déjà occupé en Algérie, et il n’y a pas longtemps encore il m’avait téléphoné pour me demander si j’accepterais d’écrire un billet religieux dans le « Journal des Cadets » qu’il allait relancer. Je lui dis oui, bien sûr, mais il n’y eut pas de suite …

A Dieu Roger.

Commentaires

  • Vraiment très triste. D’autant plus que la relève ne semble pas assurée.

  • J'avais noté son grand courage, comme manifesté tout au long de sa vie (entré gamin dans la résistance) quand il avait accusé Lang de pédophilie sans crainte d'un procès :
    Il avait déclaré que Lang n'avait qu'à porter plainte si c'était faux : 
    https://www.youtube.com/watch?v=KLNoFFquRkA 
    Un gamin avait été trouvé la tête dans un seau de merde, mort... 

Écrire un commentaire

Optionnel