Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

En Allemagne

Les députés allemands ont rejeté hier, par 379 voix contre 292, un projet de loi qui visait à instaurer le principe du consentement présumé au don d’organe. Au grand dam du lobby de la transplantation (et des médias de la pensée unique), le système demeure donc celui qui était en vigueur en France jusqu’en 2017 : il faut être inscrit sur une liste pour pouvoir donner ses organes.

Les opposants ont fait valoir que présumer le consentement était contraire au principe d’autodétermination de la personne. « Ce n'est pas parce qu'une personne est en état de mort cérébrale que son corps ne lui appartient plus, et qu'un médecin ou l'Etat peut en faire ce qu'il entend sans consentement clairement établi, au préalable, par le patient ou par ses proches. »

Commentaires

  • Ça me rappelle qu'après m'être désinscrit moi-même, il me reste à le faire pour mon épouse et pour mes filles. Le plus important, c'était moi. Je ne voudrais pas qu'un Epstein ou qu'un Wenstein se serve un jour indignement de mon magnifique et très performant service, qui dans son genre vaut presque celui de McEnroe.

  • Il reste une lueur de bon sens dans la cervelle des élus allemands? Admirable! En même temps les terroristes de la vaccination ont obtenu l'obligation de vaccination contre la rougéole, alors que les vaccinations n'etaient pas obligatoire dans ce pays. Les parents vont devoir inoculer des métaux lourds, de l'ADN exogène, des désinfectants, des conservateurs, directement dans le sang de leurs bébés. Des pédiatres allemands réagissent contre cette mesure totalitaire. En France 99,99 % des pédiatres sont des fanatiques des vaccins. L'introduction d'ADN étranger dans tous les vaccins en France fait partie des recherches de masse sur la réaction des systèmes immunitaires à ce genre d'aggression. La Buzin dépasse tous les records d'abjection en imposant 11 poisons plus les rappels associés, en totale collusion avec les labos pharmaceutiques.

Écrire un commentaire

Optionnel