Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Epiphanie du Seigneur

L’offertoire, par les moines de Ligugé.


podcast

Screenshot_2020-01-04 LU461.png

Reges Tharsis, et ínsulæ múnera ófferent : reges Arabum et Saba dona addúcent : et adorábunt eum omnes reges terræ, omnes gentes sérvient ei.

Les rois de Tharsis et les îles lui offriront des présents, les rois d’Arabie et de Saba apporteront des dons et tous les rois de la terre l’adoreront, toutes les nations le serviront.

Début du commentaire de dom Johner :

Par les yeux du cœur nous voyons la procession presque interminable de ceux qui apportent leurs présents. Les Mages de l’Orient ont trouvé et trouvent toujours de nombreux émules. Ce sont les âmes qui ne sont pas indignes des « rois » en empressement et joie du sacrifice, dans leurs royales dispositions; les âmes qui offrent tout ce qu’elles ont et sont comme un sacrifice au Christ, un vivant holocauste, et constituent un acte perpétuel d’adoration. Leur sacrifice s’unit au sacrifice eucharistique comme la goutte d’eau que le prêtre mélange au vin dans le calice à l’offertoire. Puis vient la consécration. Dans la sainte communion le Christ lui-même devient leur nourriture sacrificielle, leur banquet de noces. Parce que dans ces dons, comme le prie la secrète, « sont maintenant offerts non plus l’or, l’encens et la myrrhe, mais c’est celui que ces offrandes mystiques signifiaient qui est immolé et reçu : Jésus-Christ… »

Commentaires

  • ce serait bien si le roi d'Arabie se souvenait de ce texte

  • Merci Yves par votre service de Liturgie, rudement utile, et que je lie de l'autre cote de l'ocean.

Écrire un commentaire

Optionnel