Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La dérive du Rocher

Le 31 octobre, le Conseil national de Monaco a voté à l’unanimité un projet de loi qui dépénalise l’avortement pour les femmes. (Il reste interdit aux médecins de le pratiquer.)

Le 4 décembre, le Conseil national de Monaco a voté à l’unanimité un projet de loi qui instituant le « contrat civil de solidarité » ouvert à tous les couples, qu'ils soient de sexe différent ou de même sexe.

Stéphane Valeri, le président du Conseil, a salué « une avancée remarquable », une « excellente nouvelle pour l'image internationale de Monaco, Etat moderne et toujours respectueux de ses institutions et de ses valeurs ».

Ses valeurs ? Comment concilie-t-il cela avec le fait que la religion catholique est religion d’Etat ? Depuis quand les valeurs catholiques sont la dépénalisation de l’avortement et un équivalent de mariage pour les invertis ? Depuis que le pape s’appelle François ?

On notera que les deux votes ont été obtenus à l'unanimité: il n'y a pas un seul conseiller qui soit respectueux de la morale catholique.

Commentaires

  • Quand un État catholique légalise l'avortement et le "mariage homo", il n'est plus catholique.

  • Monaco, lieu de villégiature du tout pourri, avec une famille Grimaldi qui suit depuis un moment les moeurs du temps.
    Quand on ne vit plus comme on pense, on finit par penser comme on vit.

  • Le Prince a droit de veto. mais comment y aurait-il recours si l'archevêque de Monaco, Mgr Barsi a fait des déclarations en faveur de la dépénalisation.? Alors qu'il y a quelques années, le même Mgr Barsi s'était opposé à l'avortement. Girouette? Sale coup avant de partir à 75 ans?
    Malheur à tous ces criminels!!!

  • Une sous-préfecture officieuse, forcément à la traîne de la "métropole"

  • Faut pas pousser non plus, l'avortement n'est pas "légalisé" puisqu'il reste interdit aux médecins de le pratiquer. Le point est juste que si une femme avorte (autrement) elle ne sera pas poursuivie judiciairement.

  • Ce n'est qu'un pas vers la légalisation.

  • Simon, vous avez raison, il sufffit de voir l'historique de tous les pays. Il n'y a que les aveugles volontaires qui ne veulent pas voir que le but recherché est l'avortement tous azimuts, partout , pour toutes. Même les minuscules états qui interdisaient encore l'avortement font enrager les démons meurtriers. Il faut qu'ils y passent aussi. Tous mouillés dans le crime abominable.

  • Biem,
    La loi Veil était à titre temporaire et très restrictive, la suite a montrée que cette porte ouverte, qui était déjà intolérable en soi, ne servait qu'à agrandir l'ouverture jusqu'à supprimer la porte et toute restriction.
    Nous en sommes aujourd'hui à supprimer le délai de réflexion et à interdire de dire la réalité de l'avortement aux femmes. Les embryons servent à faire des expériences et des cosmétiques, on tue après la naissance par injection létale ou exposition quand on ne garde pas l'enfant pour faire des expériences.
    Regardez quand une personnalité ose dire que peut-être l'avortement n'est pas bénéfique, devrait pouvoir être évité, que ça tue un enfant et brise une mère, le sort qui lui est réservé.
    Du médecin ou de la femme qui ne sont pas poursuivis, on est arrivé logiquement à l'opposant qui est poursuivi, l'information interdite, et les personnels médicaux obligés de participer à un avortement.
    La logique de l'avortement est mensongère, liberticide et totalitaire.

Écrire un commentaire

Optionnel