Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Insupportable

Emmanuel Macron, qui n’a pas élevé d’enfants, nous explique que nous ne pouvons pas le faire tout seuls, « on ne naît pas parent, personne. Il faut répondre à l'appel de parents parfois démunis, terrorisés ». Sic.

Par conséquent, les parents doivent s’en remettre à l’Etat. Macron installe une « commission d’experts » pour réfléchir à ce que doit être l’accompagnement des « mille premiers jours de l’enfant ».

Macron remet au goût du jour l’idéologie communiste antifamiliale. Votre bébé appartient à l’Etat. Par principe, selon le dogme énoncé par Macron, vous êtes incapable de l’éduquer. Une armée de psychiatres va donc décider à votre place.

Et au bout des « mille jours » pendant lesquels ils vous auront pourri la vie, il faudra le mettre à l’école obligatoire.

L’enjeu, dit clairement Boris Cyrulnik, le chef de la commission, est d’arriver à une « société plus égalitaire », vaccinée et bien en rangs.

Dans « une démocratie comme la nôtre », le totalitarisme fait sans cesse de nouveaux progrès.

Commentaires

  • L'inventeur de la résilience devrait commencer par la prescrire à sa tribu. Ça ferait tellement de bien à tout le monde...

  • Macron, c'est la grenouille de La Fontaine : l'hubris. Un minable tenu par les c... par les lobbies qui l'ont mis là où il est, un petit garçon qui tient la main de sa maman : et ça ne veut pas obéir ; ça se prend pour Napoléon. C'est tout ce que les petits Français méritent, comme conséquence ultime de leur petite révolution..

  • Hum..c'est dicutable...Macron ne se prend PS pour le président ...il l'est vraiment !
    Pas moi ! Pas vous !

  • Avoir été propulsé président de ce qu'est devenue la république ne fait pas le grand homme. Le plus grand homme de l'histoire est né dans une étable et n'a jamais brigué le moindre poste.
    Au demeurant, je ne vous apprendrai rien en vous rappelant que Napoléon Ier, qui fut également puni pour son hubris (et les Français avec lui), n'a jamais été président.

  • « Les anciennes civilisations prétendaient être fondées sur l’amour, ou la justice. La nôtre est fondée sur la haine. Dans notre monde, il n’y aura plus d’émotions, sinon la peur, la rage, le triomphe et l’avilissement de soi. Tout le reste, nous le détruirons, sans exception aucune. Déjà, nous brisons les habitudes de pensée qui datent d’avant la Révolution » – Il poursuit : « Nous avons rompu le lien entre parents et enfants, entre les hommes, entre l’homme et la femme. Plus personne n’ose faire confiance à une épouse, à un ami. Mais dans l’avenir il n’y aura plus ni épouses ni amis. Les enfants seront retirés à leur mère sitôt nés, comme on retire ses œufs à la poule. L’instinct sexuel sera éradiqué. Procréer deviendra une formalité annuelle, comme de faire renouveler sa carte de rationnement. Nous allons abolir l’orgasme. Nos neurologues y travaillent. Il n’y aura plus le loyauté, sinon envers le Parti. Plus d’amour, sinon pour Big Brother. Il n’y aura plus de rire, sinon le rire de triomphe devant l’ennemi défait. Il n’y aura plus d’art, plus de littérature, de science. Lorsque nous serons tout-puissants, nous n’aurons plus besoin de la science. On ne fera plus la différence entre la beauté et la laideur. Il n’y aura plus de curiosité, plus de plaisir à vivre les âges de la vie, car tous les plaisirs qui nous feraient concurrence seront éliminés. » Et enfin, s’adressant toujours à Winston : « Si tu veux une image du futur, figure-toi une botte qui écrase un visage humain – indéfiniment . »

    Théorie de la dictature / Onfray, Michel

  • Dans le prolongemrent de la scolarisation obligatoire dès 3ans que vous fustigiez ici : http://yvesdaoudal.hautetfort.com/archive/2019/09/02/totalitaire-6173425.html.
    La boucle est bouclée : de votre conception par PMA à votre mise en terre dans un cimetière communal, ne vous inquiétez pas, l'État gère tout. Et après ça se revendique des droits de l'homme!

  • Oui, bon, concernant certaines minorités, cela peut être un bien mais s'y soumettront-ils?
    Là est la question....

Écrire un commentaire

Optionnel