Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11e dimanche après la Pentecôte

Allelúia. Exsultáte Deo, adjutóri nostro, jubiláte Deo Jacob : súmite psalmum jucúndum cum cíthara. Allelúia.

Réjouissez-vous en Dieu notre aide, chantez au Dieu de Jacob, entonnez le psaume harmonieux sur la cithare. Alléluia.

Screenshot_2019-08-24 LU1026.png

Il y a dans le verset de cet alléluia (qui vient du psaume 80) trois impératifs, qui commencent logiquement trois phrases, tant dans le texte que dans la mélodie. Musicalement, le premier et le troisième sont des intonations, qui vont de la tonique à la dominante et introduisent le mot suivant, qui est donc le mot le plus important, et qui est de ce fait orné de neumes : dans la première phrase on chante Dieu qui nous aide, dans la troisième c’est le « psaume » qui chante de lui-même, et qui fait chanter jucundum (agréable) et l’instrument de musique. La deuxième phrase, qui commence par « jubilate », jubile dès le début.

La mélodie est unifiée par deux discrets « refrains » qui ne viennent pas de l’Alléluia proprement dit. Il y a d’abord la broderie de Deo qui revient sur nostro, puis sur (Ja)cob. Il y a ensuite celle sur (ajuto)ri qui revient plus développée sur psalmum puis sur (jucun)dum.

Commentaires

  • Heureusement que les catho intégristes existent pour préserver ce patrimoine ! Merci

  • Intégristes...pas seulement il y aussi des Traditionalistes ...et des catholiques sans istes !

  • Il y a des catholiques intègres, mais des cathos intégristes, ça n'existe que dans la rhétorique des gauchistes de m...

Écrire un commentaire

Optionnel