Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un archevêque polonais

Screenshot_2019-08-02 Arcybiskup Jędraszewski o tęczowej zarazie .png

« La peste rouge ne parcourt plus notre terre. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y en ait pas une nouvelle. Une Pologne libre est née, même s'il a fallu attendre sa naissance très longtemps. La peste rouge ne parcourt plus notre terre, heureusement, mais cela ne signifie pas qu’une nouvelle peste ne veuille contrôler nos âmes, nos cœurs et nos esprits. Non pas marxiste, bolchevique, mais née du même esprit. Pas rouge, mais arc-en-ciel. »

Propos de Mgr Marek Jędraszewski, archevêque de Cracovie, hier, au cours d’une messe à la basilique Sainte-Marie pour le 75e anniversaire du soulèvement de Varsovie.

Citant la maxime latine « Summum jus, summa injuria » (le sommet du droit est un sommet d’injustice), il a dit également: « Au nom de la règle du droit, vous pouvez faire du tort. La plus grande tolérance est aussi un sommet d’intolérance. La violence, l'humiliation, les moqueries à propos des signes les plus sacrés : Notre-Dame de Częstochowa, apparaissent sur des lèvres qui proclament la tolérance, et aux jours même du symbole du combat polonais. Le souvenir des tombeaux nous pousse à nous défendre et à défendre une liberté authentique. »

Ces propos ne sont pas passés inaperçus, et l’AFP, qui ne donne même pas le nom du successeur de Karol Wojtyła à Cracovie (qui devenu pape le nomma évêque en 1997), entend seulement alimenter une polémique anticatholique. On remarque qu’en Pologne ils sont cités sans commentaires. Tout au plus apprend-on que l’archevêque… a été applaudi.

La peste arc-en-ciel, ce sont les provocations LGBT qui se multiplient en Pologne cette année. Avec des manifestations comme celle de Częstochowa organisée en même temps que le pèlerinage des familles, celles de Gdansk et de Varsovie avec des aspects blasphématoires, des graffiti sur une douzaine d’églises ces deux derniers mois. Un sommet a été atteint le 28 juillet avec l’attaque d’un prêtre à Szczecin : trois hommes ont fait irruption dans la sacristie, exigeant des ornements sacerdotaux pour procéder à une parodie de « mariage » entre hommes. Le prêtre ayant refusé, il a été frappé, et sérieusement blessé à la joue.

Le lendemain, le porte-parole de la conférence épiscopale a publié un communiqué condamnant une montée des attaques anticatholiques devenue « intolérable ». Tandis que le président de la conférence épiscopale, Mgr Stanisław Gądecki, écrivait au prêtre de Szczecin, dénonçant les « attaques de plus en plus fréquentes contre les croyants et les prêtres » et appelant leurs auteurs à se réfréner…

A propos de peste, on peut rappeler que si la Pologne fut largement épargnée par la peste noire au XIVe siècle, c’est parce que le roi Casimir le Grand avait établi une rigoureuse quarantaine pour toute personne voulant entrer dans le royaume.

Commentaires

  • La peste LGBT sévit aussi au Vatican. Le dernier exploit des terroristes LGBT: démanteler l'Institut JPII avec le concours de Paglia-la-pédale et Bergoglio-le-dictateur. Purge estivale du corps professoral et remplacement par des pédale-compatibles comme Chiodi. Réaction des étudiants en master et doctorat demandant la ré-intégration de ces professeurs de théologie morale. C'est vrai que lorsqu'on parcourt les sujets de thèse de l'institut, c'est plutôt très thomiste et pas franchement pédale-phile, ni "Amoris laetitia" friendly.
    Voici la liste des thèses en cours
    http://www.istitutogp2.it/wp/ricerca/tesi-di-dottorato-in-elaborazione/

  • Je vais certainement vous étonner voire vous choquer..
    On m'a prêté le fameux livre Sodoma. Je ne prends pas son auteur pour le nouveau St Pierre Damien mais cet ennemi de l'Église qui l'a écrit sert malgré lui les desseins du bon Dieu, L'Histoire est remplie d'hommes mauvais devenus providentiels par la permission divine.
    Il faut le lire.
    Le grand public qui a acheté ce pavé l'a fait pour lire quelques secrets d'alcôve en soutane. Il l'aura vite reposé car c'est absolument indigeste au premier abord. .Quelques allusions aux mœurs de certains prélats bien sûr..
    Mais surtout et c'est implacable l'exposition de tout un syss6tele qui a subverti l'ensemble de l'activité de l'Église , une sorte de prise de possession totale.
    C'est effrayant.

  • Il aurait pu citer Claudel : "La tolérance, il y a des maisons pour ça."
    La tolérance, l'énorme arnaque de Voltaire : on commence par tolérer ce que la loi divine exige qu'on désapprouve ; et on finit par approuver l'intolérable. Ce qui est largement suffisant pour se damner, puisque c'est pécher contre l'Esprit Saint..

  • « A force de tout voir l’on finit par tout supporter…A force de tout supporter l’on finit par tout tolérer… A force de tout tolérer l’on finit par tout accepter… A force de tout accepter l’on finit par tout approuver ! » [Saint Augustin]

  • Vous devez être content.

    La loi français ne va plus tolérer la haine ...

  • par haine pathologique et absurde des Russes, une partie non négligeable des Polonais a accepté sans bien s'en rendre compte (?) toutes les tares américaines qui prospèrent maintenant chez eux. L'Amérique les protègent (?) des Russes et importent toutes les tares de leur société.

  • Si vous regardez l histoire de la Pologne entre 1772 et 1990 vous trouverez que la crainte éprouvée par les Polonais à l'égard des Russes n'est pas sans fondement.

    Catherine II, Nicolas Ier, Lénine, Staline, Krouchtchev, Brejnev, ...triste série pour la Pologne qui a bien failli disparaître et n'a conservé son existence et son âme que grâce à l Église Catholique !

  • @ Roger

    Et il ne faudrait peut-être pas oublier non plus que la Pologne fut un empire s'étendant depuis la mer Baltique jusqu'à la mer Noire, la fameuse République des deux mers.

  • Je connais quelques Polonais qui sont assez lucides vis-à-vis de Poutine : ils le considèrent comme un homme raisonnable, pondéré, sur les pieds duquel il faut éviter de s'essuyer les talons. La paix étant un don de Dieu à ceux qui la méritent, on ne tardera peut-être pas à s'en rendre compte en Europe occidentale.

  • Si nous nous contentions de notre histoire longue, alors l'Allemagne serait toujours notre ennemi, l'Angleterre également. Or aujourd'hui la menace la plus imminente pour la France ne vient d'aucun de ces deux pays. Est-ce que les Polonais comprennent que la menace de l'homosexualisme est plus tangible qu'une invasion militaire russe contre laquelle ils se prémunissent en faisant appel au "parapluie" militaire états-uniens qui s'accompagne nécessairement des délires sus-mentionnés? Par inertie familiale, je déteste les schleus, ça ne m'empêche pas de voir l'invasion islamique!

  • Je suis désolé mais les Polonais ont infiniment plus souffert des Russes que la France qui ne fut occupée que quatre ans par les Allemands.
    En outre les Russes ont tenté de détruire l esprit et l'âme de la Pologne.
    Cela ne s'oublie pas facilement.

  • Ils ont souffert des Russes, des Autrichiens, des Prussiens et même des Suédois. Et comme la Pologne, malgré son territoire hasardeux, est une grande nation, et pas une tribu de Bédouins rancuniers, les Polonais, comme les Français, sont très résilients. Même si le concept a été plus ou moins inventé, ou fauché, par un Bédouin rancunier.

  • Non l'occupation autrichienne n'a créé aucun traumatisme.

    Le père du Pape polonais était sous officier dans l'armée des Habsbourg.

    Seuls les Russes ont cherche à détruire l identité polonaise, et en particulier sa fidélité à notre religion catholique

  • Karol Woytila : prénom du dernier empereur (Charles Ier).

  • Vachement péremptoire, le gars. L'histoire se résume sans doute pour vous au XXe siècle.

  • En effet Stavrolus, l histoire ne se limite pas au XXe siècle. Auparavant, la Russie imperiale a administré la Pologne de 1813 à 1915. Et pendant la majeure partie de ce temps a cherché à la "russifier". L'Eglise fut la seule institution à résister comme elle a résisté aux communistes après 1945.

Écrire un commentaire

Optionnel