Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Brexit

Les nominations de Boris Johnson ne passent pas inaperçues… D’abord il a fait de Dominic Cummings l’un des ses principaux conseillers officiels. Dominic Cummings fut le stratège de la campagne du référendum. Il misa tout sur une technique nouvelle (par rapport aux meetings traditionnels), avec l’aide de la société canadienne AggregateIQ : analyser les réseaux sociaux, recueillir un maximum de données, notamment sur les citoyens qui habituellement ne votent pas, et inonder les réseaux sociaux de messages ciblés. Il fut aussi l’inventeur du slogan génial : « Take back control » : reprenez le contrôle. Son personnage – complexe - est devenu le héros de l’excellent téléfilm Brexit : the uncivil war qui dévoilait les dessous de la campagne.

Il a nommé ministre des Affaires étrangères Dominic Raab, qui était ministre du Brexit et avait démissionné pour protester contre l’attitude de Theresa May qu’il jugeait trop conciliante avec Bruxelles. Il est partisan de suspendre le Parlement, s’il le faut, afin de sortir de l’UE sans accord.

Il a nommé ministre de l’Intérieur Priti Patel, étiquetée comme « ultraconservatrice » parce qu’elle « a voté contre le mariage pour les personnes de même sexe et a un temps soutenu la peine de mort ». Le bandeau de son compte twitter est une photo de Ronald Reagan et Margaret Thatcher.

Dominic Raab est fils d’un juif tchèque réfugié, et Priti Patel est fille d’immigrés de l’Inde. Selon les réflexes d’aujourd’hui, on ne peut pas les critiquer trop durement sans être taxé d’antisémitisme et de racisme…

La nomination la plus étonnante est sans doute celle de Jacob Rees-Mogg comme « leader de la Chambre des communes », à savoir ministre des relations avec la chambre des députés (remplaçant éventuellement le Premier ministre lors des séances de questions au Premier ministre), et « lord président du conseil privé de Sa Majesté ». Car Jacob Rees-Moog est un catholique militant, et il martèle très ouvertement et très calmement qu’il est contre tout avortement et contre le « mariage » des paires sexuelles, et plus généralement qu’il se tient à l’enseignement de l’Eglise catholique sur les questions de foi et de mœurs… Il a six enfants. Un chroniqueur du Guardian écrit : « Jacob Rees-Moog, qui s’oppose à l’avortement en cas de viol, et qui s’oppose ardemment aux droits LGBTQ, est maintenant l’un des plus puissants hommes politiques de Grande-Bretagne. »

Commentaires

  • Les Communes ne veulent pas de l’accord et ne veulent pas d’une sortie sans accord, quoi que Bojo en dise, et l’UE ne renégociera pas.

    Tirons en les conclusions et arrêtons de raconter n’importe quoi sur ce sujet : il n’y aura pas de Brexit.

    End of the story.

  • Heureusement, la politique est plus complexe que votre raisonnement à la serpe.

    Par exemple, les MP pourraient avoir envie d'être réélus.

    Par exemple, l'Allemagne pourrait s'inquiéter pour ses exportations automobiles.

  • et réciproquement, les Britanniques exportent aussi (et beaucoup) des voitures.
    Ce genre de raisonnement est inepte.
    Johnson est pro Brexit uniquement parce qu'il y voyait le moyen de devenir Premier ministre.
    Il n'a aucune conviction de fond, il appartient familialement à un milieu europhile et eurocrate.
    S'il dissout les Communes, aucun parti n'aura de majorité seule et le Royaume-Uni sera encore plus ingouvernable.
    Il n'est pas probable mais certain que les Communes feront dérailler le train fou qui les pousseraient vers une sortie sans accord.
    Le Brexit vous fait rêver. C'est une chimère.

  • Apparemment, Jacob Rees-Moog est l'équivalent d'Henry de Lesquen quant au respect de la langue et des usages:

    https://twitter.com/itvnews/status/1154782412557168643

    https://twitter.com/harryph/status/1154790796639580162

    https://twitter.com/JeannaLStars/status/1155482786125549568

    Brexit ou pas Brexit, il mérite que l'on prie pour lui, et pour eux, et pour le Royaume-Uni, "l'île des saints".

    https://twitter.com/abbepages/status/1154758854728716290

  • Rees-Moog n'es pas un raciste suprémaciste à la sauce Lesquen qui pense qu'aimer la messe en latin autorise à expliquer que les Noirs sont des sous-hommes constitutivement moins intelligents que les Blancs.
    Rees-Moog est un ultra-libéral que la plupart des lecteurs de ce blog conspueraient.
    Attendez avant de vous réjouir...

  • Tiens, bongeon, Abidjour, je veux dire bonjour Abidgeon. J'ai une devinette pour vous : dans quel supposé Etat du Moyen-Orient, reconnu comme tel par l""Eglise" sous "saint" Paul VI, se trouve la plus belle tribu de suprémacistes racistes que la Terre ait jamais portée ?

  • Pardon, ce doit être "saint" Jean-Paul II. Excusez-moi.

  • Les Anglais feront ce qui les favorise politiquement et économiquement, comme ils ont toujours fait.
    Ce qui m'inquiète, c'est le fanatisme pro-LGBT de Boris Johnson et son soutient à l'avortement. Qu'il nomme un catholique anti-avortement est pour moi une manière de récupérer le soutient des derniers vrais catholiques anglais (pourtant plus très nombreux). Bref, une manipulation...

Écrire un commentaire

Optionnel