Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Et hop !

François vient d’ajouter un nouveau trophée à son tableau de chasse des communautés trop catholiques : la Fraternité sacerdotale Familia Christi.

Cette fraternité avait été érigée le 4 juin 2014 en association publique cléricale par le très excellent archevêque de Ferrare (ancien évêque de Saint-Marin) Mgr Luigi Negri, puis le 8 septembre 2016 en société de vie apostolique cléricale, avec l’approbation de la Commission Ecclesia Dei. Mgr Negri lui confiait la paroisse Santa Maria in Vado (Sainte Marie du Gué), dans le centre historique de Ferrare, une église construite à la fin du XVe siècle sur le site d’une chapelle du Xe où eut lieu un miracle eucharistique le 28 mars 1171 : du sang jaillit de l’hostie consacrée jusque sur la voûte, laquelle a été conservée dans l’église actuelle.

Mgr Negri a eu 75 ans à la fin de cette même année 2016. Dès le 15 février 2017 François lui donnait un successeur conforme à sa vision de la destruction de l’Eglise. Et à Ferrare l’urgence était de détruire la Fraternité Familia Christi. D’autant que, horreur supplémentaire, le pape avait découvert que plusieurs novices des Franciscains de l’Immaculée, au moment où leur communauté commençait d’être persécutée, avaient frappé à la porte.

En décembre 2018, le supérieur de la Fraternité fut limogé et un commissaire fut nommé pour diriger la Fraternité et décider de son avenir : Mgr Daniele Liboni, un jésuite fait évêque auxiliaire de Rome par François en décembre 2017.

Le commissaire a commencé par leur interdire la célébration de la messe traditionnelle en public et les a exilés dans un monastère isolé.

Ce 30 juin 2019, il a rendu son verdict : tous les postulants et novices doivent quitter la fraternité, qui n’est plus autorisée à en recevoir.

Le décret ne donne aucune raison à cette mise à mort programmée.

Commentaires

  • Les communautés comme celles de Lagrasse, le Barroux, les chanoinesses d'Azille, ont acheté leurs monastères mais sont-elles à l'abri pour autant?

  • On finit par se dire que, le contrat, c'était : Benoît XVI rallie la FSSPX ; ensuite François transforme l'Eglise en une ONG elgébétiste et immigrationniste au service du nouvel ordre mondial, à charge pour lui de liquider tout ce qui, dans l'Eglise, rappelle que c'est une Institution divine, détentrice de la vérité. Benoît XVI a échoué, principalement à cause de Mgr Williamson, qui se trompe sur certains sujets, mais qui tient l'essentiel de la vérité catholique. Cela explique les appels du pied de Frankie le loup à la FSSPX : "Viens visiter ma maison, viens, ma petite brebis..."
    En résumé, le Pape dont l'Eglise aurait besoin n'est pas le cardinal Sarah, mais Mgr Williamson, l'Angliche amateur de whisky écossais, qui serait sûrement assassiné avant la fin de son premier mois de pontificat.

  • à Stavrolus, on n'a pas besoin d'un Pape nazi. Williamson est à peu près aussi sérieux que les illuminés de Palmar de Troya

  • Revoilà nos amis talmudistes. D'après ce que j'ai cru comprendre, vous n'avez pas besoin de Pape du tout. Est-ce que je m'occupe de l'élection des rabbins de Jérusalem, moi ? Ceux qui trouvent qu'on a bien fait d'incendier Notre-Dame, par exemple. On sera d'accord, j'espère : ceux-là sont d'authentiques nazis qu'on foutrait en taule illico dans n'importe quel pays civilisé.

  • Tant que Benoît XVI est en vie, le pire peut être évité ; même s'il a juré obéissance à son successeur, ce dernier n'osera pas, on peut l'espérer en tout cas, faire tout ce dont il serait capable ; mais si le pape émérite disparaissait cela serait terrible !

  • La presse catholique italienne a-t-elle relaté ces faits, y a-t-il eu un mouvement d'opinion en leur faveur ? Cher Yves Daoudal, avez-vous un ou plusieurs liens à proposer aux lecteurs sur cette affaire lamentable... sans doute destinée à tenir en respect les autres instituts traditionnels. Méthode de dictature sud-américaine.

  • Voici un lien vers "eponymous flower":

    http://eponymousflower.blogspot.com/2019/07/another-traditional-society-being.html

    L'article est traduit à partir du site allemand de G. Nardi, Katholisches.

  • Pas sûr que l'émotion soit plus vive en Italie qu'ici .L'opinion publique traditionaliste pour dire vite n'est pas aussi structurée et dynamique en Italie que chez nous mais c'est en train de bouger.
    La liturgie ordinaire a longtemps fait illusion dans les paroisses avec le maintient des processions et autres exercices de dévotion à peu près traditionnels.
    À la différence de la France où c'était plus criant.

  • Saint Cyrille de Jérusalem a écrit: :

    "Nous ne prêchons pas une unique venue du Christ, mais aussi une seconde venue, beaucoup plus glorieuse que la première: la première nous a donné le spectacle de Sa patience, la seconde apportera avec elle la couronne du Royaume.

    En général, toutes choses sont doubles chez notre Seigneur Jésus-Christ: Sa naissance est double, celle de Dieu avant les siècles, et celle d'une vierge dans la consommation des siècles: Sa descente parmi nous est double, comme la pluie qui tombe sur l'herbe fauchée [Psaume 72: 6], et une seconde, Sa venue manifeste, qui est encore à venir.

    Au premier avènement, Il était enveloppé de langes dans la crèche, dans Sa seconde venue, Il sera enveloppé dans la Lumière comme d'un vêtement (Psaume 104: 2).

    Dans Sa première venue, Il a enduré la croix, sans tenir compte de Sa honte (Hébreux 12: 2), dans Sa seconde venue, Il viendra dans la gloire, assisté par une foule d'anges.

    Nous ne nous reposons donc pas sur sa première venue, mais nous recherchons aussi sa Parousie. "

    https://orthodoxologie.blogspot.com/2018/04/saint-cyrille-de-jerusalem-les-2.html

Écrire un commentaire

Optionnel