Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pour vomir

Le P. Gilbert Martinez, curé de la paroisse Saint-Paul de Los Angeles, jusqu’à l’an dernier curé de la paroisse Saint-Paul de New York où il avait institué un « ministère lesbien, gay, bisexuel et transgenre » intitulé « Out at Saint-Paul’s (OSP) », a célébré une messe devant la Stonewall Inn pour commémorer le cinquantième anniversaire de l’émeute des invertis considérée comme le point de départ du combat pour leurs « droits ».

C’est à voir ici. Mais on n’est pas obligé.

(Aucune réaction de l'archevêque de New York le cardinal Dolan.)

Commentaires

  • Il faudrait décrire les pratiques sexuelles sordides existant dans nombre de lieux fréquentés par des homosexuels.
    Backrooms ou cela est officiel, saunas ou cela est officieux, et tous les endroits possibles ou ils se lâchent dès qu'ils en ont envie.
    Les policiers connaissaient bien leurs lieux de prédilection, les toilettes publiques, parcs, cimetières, promenade au bord d'un fleuve, lieux fréquentés par du public avec enfants. Depuis, cela a changé pour certains lieux, mais cela demeure ailleurs.
    Le club homosexuel de Stonewall était probablement un de ces lieux et en y intervenant de façon musclée, les policiers ne faisaient qu'imposer le respect de la moralité publique.
    La moralité publique, ancien nom de l'homophobie.

  • et si vous les décriviez, puisque vous êtes si savant en la matière

  • J 'ai fort l' impression que la pratique (obligatoire ?? ) de la célébration liturgique face au peuple se prête inévitablement à toutes sortes d ' "assemblées".

  • Inévitablement ?

    On pourra fortement en douter.

    Si on peut critiquer cette façon de dire la messe, car il y a des arguments dignes d’examen, je trouve tout de même qu’il ne faut pas lui attribuer mécaniquement toutes sortes d’effets maléfiques.

    Ce serait trop simple si tous les maux actuels, parfois abyssaux (détraqués sexuels militants activement protégés par des évêques méprisables, etc.), de l’Église, pouvaient se lier automatiquement, soit au Concile Vatican II, soit à la nouvelle manière de dire la messe, d’une part en vernaculaire et d’autres part face aux fidèles.

    Et c’est aussi idéaliser l’époque antérieure, présentée comme parée de mille vertus.

  • pourquoi l'archevêque de New York se mêlerait-il de ce qui se passe dans le diocèse de Los Angeles ?

  • Théofrède:
    Vous n'étiez pas obligé de cliquer sur le lien, mais si vous l'aviez fait, vous auriez trouvé la réponse à votre question, ce qui vous aurait évité de la poser. Amen

  • navré, mais je n'ai pas trouvé la réponse

  • La scène abominable a eu lieu à NY donc dans le diocèse du cardinal Dolan. Il a donc son mot à dire. C'est comme si le chien de votre voisin venait pisser dans votre salon, vous auriez votre mot à dire même si le chien appartient à votre voisin.

  • la "scène abominable"
    de quoi s'agit-il précisément ?
    pourquoi ne pas parler clairement ?

  • J'ai longtemps cherché l'équivalent anglais du mot "pastorale" ( de la santé, du travail ...)
    Lire cet article me fait réaliser que c'est tout simplement le mot "ministery"
    Cela dit quelle scène abominable, mon Dieu !....

  • Non, pas "tout simplement". Le mot "ministry" évoque un ministère institué, dans le cadre des innombrables "ministères" attribués par les curés à des laïcs qui se prennent pour des curés.

    Le Conseil pontifical pour la pastorale de services de santé se dit Pontifical Council for Health Pastoral Care. Le Conseil pontifical pour la pastorale des migrants se dit Pontifical Council for the Pastoral Care of Migrants and Itinerant People.

Écrire un commentaire

Optionnel