Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les fanatiques

Les sénateurs de l’Illinois ont adopté vendredi dernier par 34 voix contre 30 une loi « de santé reproductive » qui annule l’interdiction de l’avortement par démembrement et garantit l’avortement légal sans condition jusqu’à la naissance. Il est précisé que le fœtus n’a aucun droit. Le gouverneur J. B. Pritzker a déclaré qu’il signerait cette loi, conforme à sa promesse de faire de l’Illinois l’Etat « le plus progressiste » en matière d’avortement. La loi prévoit que les assurances de « santé » devront rembourser tout avortement, et il n’y a aucune objection de conscience possible pour les assurances gérées par des communautés religieuses. La loi supprime même la disposition existante selon laquelle les parents n’avaient pas à payer pour l’avortement demandé par leur fille sans leur consentement. C’est à ce jour la loi la plus extrémiste des Etats-Unis.

Vendredi également, le gouverneur du Nevada Steve Sisolak a signé la loi « de confiance aux femmes » qui supprime toutes les sanctions pénales pour les avorteurs, l’obligation d’informer une femme enceinte des « risques émotionnels » d’un avortement, et la notification par écrit de l’état matrimonial et de l’âge de la femme. Le gouverneur a signé une autre loi qui accorde 6 millions de dollars pour favoriser la contraception et l’avortement.

Selon le Washington Post, ce que l’on appelle les battements de cœur du fœtus ne sont qu’une pulsation électrique. C’est dans un article sur (contre) la loi de Louisiane : cette loi « rend illégaux les avortements à partir du moment où une échographie peut détecter la pulsation électrique de ce qui deviendra le cœur d’un fœtus ». Sic. (Ce qui est évidemment la négation de la réalité a plus évidente, mais il faut à tout prix empêcher de considérer cet « amas de cellules » comme un petit d’homme.)

Écrire un commentaire

Optionnel