Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Européennes

Les bonnes nouvelles :

- En France, le Rassemblement national est devant le parti présidentiel.

- En Pologne, malgré une campagne particulièrement intense et immonde contre le parti au pouvoir (et contre l’Eglise), le PiS obtient le meilleur résultat de son histoire, avec 43%. Heureusement, parce que la grande coalition hétéroclite de centre et de gauche montée par Donald Tusk fait 38,4%.

- Au Royaume-Uni, le « Parti du Brexit » de Nigel Farage, à 32%, est loin devant les libéraux qui font une étrange percée à 20% (alors qu’ils n’ont que 12 députés).

- En Hongrie, le parti de Viktor Orban, avec 52,3% des voix, devance de… 35 points le premier parti d’opposition.

- En Italie, la Ligue triomphe avec 34,5% des voix. Le deuxième est le parti démocratique, à 23%.

- En Belgique, la Vlaams Belang passe de 7,7 à 12% et retrouve un deuxième siège. (Mais surtout il passe de 3 à 18 sièges à la Chambre des députés, et de 6 à 23 au Parlement régional de Flandre. La Belgique n’est pas près d’avoir un nouveau gouvernement…)

Les mauvaises nouvelles :

- La péninsule ibérique est archéo-socialiste… (et les Néerlandais aussi…)

- La propagande de la fausse écologie fait une remontée spectaculaire dans la partie occidentale de l’UE.

Commentaires

  • On peut ranger parmi les bonnes nouvelles le score de Bellamy : la pseudo-droite des "catholiques" immigrationnistes avorteurs atlantistes, ce parti des hypocrites, n'intéresse plus personne et il est probable qu'elle ne se relèvera pas. Le contrecoup en est un Rassemblement national édulcoré mais toujours blacklisté.
    Faut faire comme Diogène : prendre une lanterne et chercher la droite...

  • En somme, on s'habitue à tout, et à force de se faire enc..., les Français ont décidé qu'ils n'investiraient plus dans la vaseline.

  • Lisez ceci , vous allez vous régaler :
    https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/politique/le-vicomte-lartichaut-et-le-petit-prince-lhistoire-secrete-du-fiasco-bellamy-107444

  • Malheureusement, je ne suis pas abonné et je ne peux pas lire la fin, mais Lesquen, qui est extrêmement spirituel, fait un sort peu enviable à Bellamy ici :
    https://www.youtube.com/watch?v=ZUWUGTAnZyQ

  • pas étrange du tout la percée des libdems au UK : les remainers du Labour se sont rués comme attendu.

  • L'article de VA en entier :

    Le vicomte, l’artichaut et le petit prince : l’histoire secrète du fiasco Bellamy
    Par Geoffroy Lejeune

    Lourdement battu le 26 mai, François-Xavier Bellamy s’est imposé malgré le scepticisme, avant d’être aujourd’hui caricaturé en fossoyeur de son camp. L’histoire n’est pas aussi simple… Récit.

    C’est l’histoire d’un vicomte qui rencontre un artichaut. Le vicomte, c’est Philippe de Villiers, rangé des bagnoles depuis 2014 ; l’artichaut, c’est Laurent Wauquiez, ainsi que le surnomme le fondateur du Puy du fou pour mieux souligner qu’il n’inspire guère confiance et que, quand on y goûte, il est sans saveur. Laurent Wauquiez a eu vent un jour de cette dénomination peu flatteuse, et, par l’entremise d’un ami, obtenu un rendez-vous avec le vendéen.

    Emmanuel Macron poursuit alors sa marche triomphale, grignote pan par pan l’électorat de droite, et le patron des Républicains cherche une tête de liste acceptable pour les prochaines élections européennes. « Il te faut un jardinier ou un philosophe », professe Villiers. Le conseil vaut de l’or : à l’heure où les gilets jaunes battent le pavé et où les politiques peinent à parler au cœur de leurs électeurs, quoi de mieux qu’un Français venu d’en bas pour les réconcilier ? Ou qu’un intellectuel, capable d’élever le niveau des débats ?

    L’artichaut ne connaît pas de jardinier, mais il a pris l’habitude de consulter quelques intellectuels de la nouvelle génération, repérés dans les pages débats et opinions du Figaro ou à la couverture de Valeurs actuelles. Parmi eux, François-Xavier Bellamy, 33 ans, normalien, professeur de philosophie à Paris, adjoint au maire de Versailles, philosophe-star des milieux catholiques et des soirées « philia » du théâtre Saint Georges, à Paris. Très récemment, le Figaro magazine lui a trouvé un joli surnom : « le petit prince ».
    Le jeune mouton et les crocodiles fatigués

    Wauquiez est le seul à sentir l’aubaine. A Bellamy, il a confié, au hasard d’un rendez-vous rue de Vaugirard, au siège des Républicains, à Paris : « Vous avez de la chance. Quoi que vous disiez, on vous croit sincère. Moi, c’est le contraire. » Cruelle lucidité, terrible aveu : si la droite patine, c’est que son électorat la sait capable de montrer les muscles en campagne pour mieux se renier au pouvoir. Va donc pour le jeune philosophe, dont le regard couleur ciel ne laisse transparaître aucune perfidie.

    Les civilisations antiques prenaient un certain plaisir à observer de jeunes moutons, jetés dans des fosses, se faire dévorer par des crocodiles affamés. Dans le rôle du mouton, François-Xavier Bellamy a l’avantage de courir vite et d’éviter les pièges. Et les crocodiles – Gérard Larcher, Valérie Pécresse - sont fatigués. Comprendre : le jeune candidat fait la tournée des chapeaux à plume afin de montrer patte blanche, et son agilité d’esprit, sa bienveillance, le ton posé de ses interventions, amadoue ses aînés. La candidature est validée.

    Parfois des grappes de militants plus zélés que les autres tentaient de lancer des ‘Wauquiez, Wauquiez !’ qui échouaient comme des cris dans une salle capitonnée. Les ‘Bellamy, Bellamy !’, en revanche, duraient, et en prenant la parole, l’orateur rappelait à quel point il lui était difficile d’entendre scander son nom…

    Elle s’obstrue assez rapidement avec la polémique sur l’IVG. Rapidement balayée, au prix d’une contorsion sémantique aussi bien assumée par Bellamy que par ses nouveaux amis des Républicains : il s’agit d’une position personnelle, pas de celle du parti. Vient ensuite la deuxième embûche. Au cours d’un rendez-vous avec la presse européenne, le nouveau candidat confesse sa préférence pour Jean-Claude Juncker, actuel président de la commission européenne, plutôt que pour Viktor Orban, premier ministre hongrois, régulièrement accusé de compter parmi les populistes, ou pour Emmanuel Macron plutôt que pour Marine Le Pen.
    « L’effet Bellamy »

    Le spectre de la trahison hante à nouveau la droite française. A tribord, on raille la propension à toujours donner des gages, à se montrer moins offensif qu’on ne l’est, bref à s’excuser d’être de droite. A bâbord, on pointe l’incohérence et l’incapacité à trancher en faveur du camp du bien. Partout, on comprend que Bellamy est entre deux eaux. Ce positionnement sera son tombeau.

    Pourtant, « Fix », comme le surnomment ses amis, mène campagne. Il laboure le terrain, pas plus que les autres, mais pas moins non plus, enthousiasme ses supporters, remplit ses salles. Il fallait le voir pour comprendre que quelque chose d’autre qu’un score se jouait dans cette élection. Nous y sommes allés, le 15 mai à Paris. Les crocodiles étaient là, massés autour de lui, rivalisant de sourires. Ils ont blêmi en entendant scander son nom dans les travées : auprès du dernier quarteron de militants, il existait bien un « effet Bellamy ». Les discours se sont enchaînés et on écoutait ancien ministres et futurs candidats à des ministères parler d’Europe, de compétition mondiale avec la Chine et les Etats-Unis, d’harmonisation sociale, d’environnement même, et on avait le sentiment d’assister à un meeting politique, ce qui était le cas. Parfois des grappes de militants plus zélés que les autres tentaient de lancer des « Wauquiez, Wauquiez ! » qui échouaient comme des cris dans une salle capitonnée. Les « Bellamy, Bellamy ! », en revanche, duraient, et en prenant la parole, l’orateur rappelait à quel point il lui était difficile d’entendre scander son nom…

    Il y eut un long silence puis un salve d’applaudissements. Ce soir-là, on réalisa que Bellamy n’est pas un philosophe qui s’est lancé en politique, mais un homme politique qui, jusque-là, enseignait la philosophie.

    On avait tout entendu à propos de François-Xavier Bellamy, qu’il était versaillais, qu’il ne parlait pas à la France profonde et encore moins à celle qui souffre, qu’il était catholique, qu’il était sociologiquement minoritaire dans la France de 2019, et tout cela était vrai. Mais on souhaite à qui s’intéresse à la politique d’entendre un jour un candidat s’élever à la tribune et, sans notes, s’adresser à la jeunesse en citant sans que sa mémoire ne le trahisse ces mots de Bernanos dans Le chemin de la croix des âmes : « Jeunes Français, qui n’étiez hier encore que l’enfance de mon pays, une crise sans précédent vous pousse désormais au premier rang. Mais j’ai entrepris de vous parler comme à des hommes. Entre le désastre et nous, il n’y a plus que votre jeune honneur. Nous sommes les enfants d’une même défaite, mais vous seuls pouvez la regarder d’un regard innocent. Tenez bon, tenez ferme, soyez fidèles. Tenez bon, tenez ferme, si vous êtes fidèles, chers amis, jeunes Français, alors il restera assez d’honneur au pays, assez d’honneur pour vous et assez d’honneur pour nous. » Il y eut un silence de cathédrale puis une salve d’applaudissements. Ce soir-là, on réalisa que Bellamy n’est pas un philosophe qui s’est lancé en politique, mais un homme politique qui, jusque-là, enseignait la philosophie.
    L’impasse électorale d’un parti plutôt que l’échec d’un homme

    A cet instant, la presse, d’ordinaire si prompte à s’inquiéter quand survient un conservateur, applaudit. Les oppositions se taisent. Les crocodiles sont au régime végétarien. Il n’y a que dans l’électorat que l’affaire ne prend pas. A l’aune des résultats, disons que l’échec doit en partie au fait que de nombreux électeurs de droite n’auront pas voulu être pris une énième fois au piège consistant à voter pour une belle vitrine pour plus tard consommer les produits avariés de l’arrière cuisine. Mais là n’est pas l’essentiel : le score pathétique des Républicains reflète davantage l’impasse électorale d’un parti que l’échec d’un homme. Battus en 2012, en 2017, et désormais écartelés entre la République en marche et le Rassemblement national, les Républicains payent leur inaudibilité dans le duel de mastodontes installé par les institutions de la Vème République. Moins libéraux, moins progressistes, moins européens, moins mainstream que Macron ; moins protectionnistes, moins souverainistes, moins patriotes, moins rebelles que Le Pen…

    Dans la dernière ligne droite de la campagne, se joue sans doute le tournant qui déterminera l’avenir (le divorce ?) de Bellamy dans le parti qui l’a accueilli le temps d’une campagne. Le lundi 20 mai, six jours avant le vote, le CHU de Reims engage l’arrêt des soins de Vincent Lambert, condamné, de facto, à la mort. La décision révolte, intimement, François-Xavier Bellamy, à qui sa conscience dicte de défendre la vie jusque dans sa plus grande faiblesse. Il répond aux questions de Radio notre dame, le vendredi précédant l’arrêt des soins, puis à celles de LCI et RTL, le 19 mai. A cet instant, il est le seul candidat (il sera rejoint par Jordan Bardella) à défendre le droit à vivre d’un handicapé lourd face à la machine médicale. L’affaire est sérieuse, le pays va s’embraser. Durant le week-end, les Républicains commandent un sondage pour connaitre l’avis de leurs électeurs (enfin, de ceux qu’il leur reste) sur le sujet. Ils sont favorables à l’arrêt des soins. L’équipe de campagne reçoit un email lui recommandant de ne pas s’exprimer sur ce sujet, susceptible de heurter les électeurs. Le « petit prince » est face à sa conscience, coincé entre ses convictions profondes et ceux qui commandent des enquêtes d’opinion pour s’en forger. Vive la politique.

    Il échoue à 8,5% et bat le record du pire score jamais réalisé par la droite lors d’un scrutin européen. L’analyse est très simple, elle est déjà répétée çà et là. Ils diront qu’un candidat conservateur était la pire option pour la droite dans cette élection. Ils diront que la mise en avant des thèmes sociétaux (l’IVG, la fin de vie) a plombé cette candidature. Ils diront que la droite n’a d’avenir qu’en singeant Macron et en le concurrençant sur le terrain économique.
    Les raisons de la défaite

    Ils ne verront pas que cette candidature a réhabilité la politique au sens noble du terme, c’est-à-dire prendre le risque de s’effondrer en assumant ses convictions, y compris lorsqu’elles sont minoritaires. Ils ne verront pas que l’affaissement de leur famille politique vient de leur absence totale de convictions et que, pour une fois, ils tenaient un candidat capable d’incarner une ligne politique intellectuellement fondée. Ils ne verront pas que l’essor du Rassemblement national est dû à sa capacité à assumer une vraie fracture avec la République en marche. Ils continueront à vouloir incarner une voie médiane entre progressistes et populistes et, après avoir chuté de 20 à 8,5%, ils disparaîtront totalement du paysage…

    Ces derniers jours, Philippe de Villiers pressentait, depuis le Puy du fou, où il inaugurait Le premier royaume, son dernier spectacle sur Clovis, une poussée du Rassemblement national et un effondrement des Républicains. Il ne l’attribuait pas à Bellamy, mais à l’incapacité des Républicains à assumer une ligne radicalement opposée à la déconstruction professée par nos gouvernants. Le flair politique du Vicomte ne s’est pas laissé tromper par l’affection qu’il porte à son ami de philosophe. Les années qui viennent diront si l’artichaut a retenu la leçon.

  • "Ils ne verront pas que cette candidature a réhabilité la politique au sens noble du terme, c’est-à-dire prendre le risque de s’effondrer en assumant ses convictions, y compris lorsqu’elles sont minoritaires."
    Là je trouve l'auteur de l'article très indulgent avec Bellamy. Il l'est aussi avec de Villiers, représentant de cette droite zemmourienne qui pêche plus par ce qu'elle tait que par ce qu'elle dit. J'ai une cousine plus âgée qui aime les gendres idéaux : elle est passée de de Villiers à Bellamy. Elle achète les pamphlets de Zemmour et les révisions historiques mal documentées de de Villiers : tout ce joli monde habite entre le boulevard de Sion et l'impasse Clovis, et ma parente, très catho, se retrouve avec, pour sa fille divorcée, un second gendre juif. On finit toujours par obtenir ce qu'on veut vraiment.

  • On constate que les partis pro-directives européennes tels que celui de Macron qui a très bien résisté et Marine Le Pen qui va se retrouver avec 23 députés au lieu de 24 en 2014, ont la faveur des Français. Les Républicains par contre chutent de 60%, Benoit Hamon de 50%, Dupont-Aignan passe de 4,9% à 3,51%, Philippot annoncé à 1,5% dans les sondages obtient 0,65%. Asselineau qui n’avait que 0,67% aux législatives de juin 2017, 0,92% aux présidentielles d’avril 2017, arrive à 1,17% (27% de plus qu’aux présidentielles). A l’étranger il fait des scores bien plus honorables (Mexico et Martinique 2,9%, Japon 4,3%, Indonésie 6,09%, Taïwan 8,9%).

    Les gilets jaunes qui ont pendant 28 samedis manifesté, ont essentiellement voté pour des pro-U.E.. Impossible donc de créer le RIC et d'augmenter le SMIG puisque l'U.E. en veut un européen. Mais comment peut-il être créé sachant qu’en Bulgarie il est de 286 €, 1521 € en France et 2071 € au Luxembourg ? Cela nous ferait une moyenne de 800 € ! Les privatisations vont donc continuer, le démantèlement des acquis sociaux, l'immigration et les guerres (Georgie, Kosovo, Ukraine, Irak, Libye, syrie, Yemen, Iran ?). Comme quoi les gilets jaunes sont des irresponsables ou des abrutis comme déjà le pensait Macron :
    http://img.over-blog-kiwi.com/1/04/43/04/20170915/ob_fcb488_djxwoapwaaa9w0c.jpg
    Pourquoi n'ont-ils pas suivi Etienne Chouard ? Mystère !

  • On oublie ici la brillante performance des écolos puisqu'ils se trouvent en troisième position. Comme Macron et Le Pen, ils sont pro-U.E., pro euro, pro Otan. Ils vont pouvoir continuer à savourer grâce aux articles 32 et 33 qui organisent la libre circulation des capitaux, des marchandises et des services, à l'immigration prônée par Bruxelles avec l'aide de l'Open Society de Soros, l'augmentation vertigineuse des transports, pourtant facteurs de pollution et de déstabilisation climatique. Les pro-frexit sont évidemment bien plus écolos puisque prêchant pour une production près des consommateurs. Les paysans ne devraient pas dire le contraire puisque les articles 38 et 39 les placent dans une concurrence sans merci avec des pays éloignés à très bas coûts de salaire, et les entraînent dans une course éperdue à la productivité. L’article 106 qui prévoit l’ouverture à la concurrence de tous les services publics, va pouvoir là aussi encourager les entreprises étrangères à venir prendre la place de celles 'de souche.' Tout cela a l'immense avantage de faire progresser le PIB mais pas l'écologie. Comment 3 millions de Français ont-ils pu le croire ? Etrange non ? L'organisation de la grande manifestation des "jeunes" pour le climat dans 24 pays vendredi dernier a sans doute eu une influence sur les têtes décérébrées. Mais qui l'a financée ?

  • Merci pour cette synthèse rapide.

    Les analyses qui fleurissent à "droite" (et qui refleurissent comme en 2017) me semblent assez pauvres en général. Ne fait pas exception l'article de VA sur Bellamy cité par votre lecteur. Les regards techniques des responsables des instituts de sondage donnent des analyses très intéressantes en revanche.

  • On peut y ajouter que si le parti de Macron a très bien résisté, c'était grâce à 37% des électeurs catholiques « pratiquants » qui ont voté LREM contre 14% pour le RN. Les déçus LREM ont par contre donné leur bulletin aux écolos.

    Les catholiques pactisent bien avec la Bête ! Et le pape n'en donne-t-il pas l'exemple ?

  • Je n'irais pas jusqu'à voter LREM. Quant à dire que le parti de Malika Le Pen incarne le refus de pactiser avec la Bête, je trouve que c'est de moins en moins vrai. En réalité, pour être tout à fait tranquille, le siège social pandémoniaque de la FTN mondialiste a décidé que sa succursale française n'aurait plus droit à un parti politique reconnu pour tel qui défendrait les valeurs catholiques. Même Civitas, c'est un truc belge.

Écrire un commentaire

Optionnel