Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le scandale

« Nous devons faire scandale et être prêt à arrêter la pratique des IVG pour nous faire entendre. » C’est le syndicat des gynécologues lui-même qui le dit, en menaçant d’une grève des avortements pour se « faire entendre » du gouvernement.

De fait le propos a fait scandale. Un énorme scandale. Car il est tout simplement impensable d’imaginer qu’on puisse envisager d’arrêter de tuer des bébés. (En France.)

La menace a donc « enflammé les réseaux sociaux », dit-on. Et les autorités ont réagi comme un seul homme. Pour s’en tenir aux principales, Agnès Buzyn, a dénoncé le « caractère inadmissible de ces menaces qui vont à l’encontre du respect inconditionnel du droit à l’IVG garanti dans notre pays ». Et l’Ordre des médecins a déclaré sans honte que c’était « totalement contraire à la déontologie médicale ». Sic. Menacer de ne pas tuer de bébés est totalement contraire à la déontologie médicale. Foi d’Hippocrate…

Commentaires

  • Des gynécologues-avorteurs qui font avancer leurs revendications en s'attaquant au tabou absolu.? Merci M Daoudal de nous faire connaître cet épisode des "cinglés". Comme au gouvernement, on est encore plus avortueur-fanatique que ces pauvres gynécologues nantis, je leur conseille de rejoindre fissa les gilets jaunes ET d'arrêter d'avorter.

  • A noter la position très courageuse du pdt du SYNGOF exprimée en septembre 2018 (citation extraite d'un article d'alors) : "Nous ne sommes pas là pour retirer des vies", "les choses auxquelles je ne crois pas, je ne les fais plus". La position sur l’avortement du président du Syngof, Dr Bertrand de Rochambeau, est claire. Interrogé par une journaliste de l’émission Quotidien le gynécologue a fait savoir qu’il utilisait son droit de refuser de pratiquer l’IVG, un acte qu’il considère comme un "homicide".

  • Exact, le 11 septembre 2018 et lynchage immédiat, par exemple la folle de service:
    "Scandaleux !", a réagi sur Twitter la coprésidente du planning familial, Véronique Séhier, pour qui "la clause de conscience est une entrave aux droits des femmes et à leur santé". Puis la Buzin et la Schiappa ont embrayé. Elles nous préparent un sale coup.
    C'est pour cette raison que la marche pour la vie à Paris avait pour thème "la défense de la clause de conscience". Dans ce pays, on n'a pas la liberté d'exprimer ses idées quand elles sont sensées et bientôt les défenseurs de la vie seront mis en prison.

  • Dans la France du paganisme post-chrétien, 44 ans de sacrifices humains en l'honneur de la Bête, neuf millions de morts, sans compter tous les embryons tués "in vitro". Nous n'avons rien à envier aux Aztèques, en plus lâches et en plus hypocrites.
    Le prétendu mariage pour tous est une peccadille, en comparaison.

  • Une peccadille en comparaison, certes, mais sinon une conséquence directe de la loi Veil, c'est au minimum une loi d'une absolue concordance avec la précédente. Un objectif unique : la destruction de la famille.

  • Calguès,

    Ne pas oublier en amont, la légalisation du divorce et de la contraception.

  • IVG (320.000 en 2018 aux USA) : https://www.medias-presse.info/etats-unis-une-bonne-nouvelle-pour-les-defenseurs-de-la-vie/

    IVG : https://www.lequotidiendumedecin.fr/actualites/article/2019/03/13/face-la-menace-du-syngof-darreter-les-ivg-sil-nest-pas-entendu-buzyn-denonce-une-prise-dotage-des-femmes-_866848

    IVG : https://www.ndf.fr/nos-breves/13-03-2019/quand-certaines-legislations-protegent-plus-les-aiglons-et-les-petites-tortues-a-naitre-que-les-enfants-a-naitre/

Écrire un commentaire

Optionnel