Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Oh, Soros…

Dans un texte publié par l’ONG Project Syndicate, George Soros appelle les citoyens de l’UE à se « réveiller avant qu'il ne soit trop tard » pour faire face à la montée du populisme. « Sinon, l’Union européenne suivra le chemin de l’Union soviétique en 1991 », une de ces périodes de « déséquilibre radical » qu’il a vécues.

Magnifique aveu. Si l’UE explose ce sera le chaos comme à la fin de l’Union soviétique : l’UE est donc une dictature soviétoïde qui est incapable de se réformer. C’est la tyrannie ou le chaos.

« Cela s'explique par plusieurs facteurs, notamment [...] l'impossibilité pratique de modifier les traités et le manque d'instruments juridiques permettant de discipliner les Etats membres qui violent les principes sur lesquels l'Union européenne a été fondée. » Au premier rang la Hongrie, évidemment. L'UE ne dispose pas « des capacités suffisantes pour faire respecter les obligations des Etats membres ». (Au premier rang desquelles l’accueil illimité de migrants.)

Et c’est cette faille dans la dictature qui peut tout faire sauter.

Dans le même temps, l’European Council on Foreign Relations (ECFR), version européenne du CFR américain, financée notamment par Soros, publie un rapport alarmant sur la perspective que les populistes, qui veulent « démanteler l'état de droit » et mener une attaque globale contre les « valeurs européennes », réussissent à obtenir une minorité de blocage aux prochaines élections. « Leur capacité à paralyser la prise de décision au centre de l'UE désamorcerait l'argument des pro-européens selon lequel le projet est imparfait mais réformable. A ce stade, le temps de l'UE serait compté. » Certes, le Parlement européen n'est « qu'un des organes directeurs de l'Union européenne et, à bien des égards, le moins puissant d'entre eux », mais il ne faut pas sous-estimer l’importance de ces élections, qui pourraient « avoir un coût très élevé pour les internationalistes libéraux ». Car telles sont « les valeurs de l’UE » : l’internationalisme libéral obligatoire.

Ils ont donc tellement peur ? En voilà une bonne nouvelle !

Commentaires

  • "Les valeurs de l'U.E. "

    Laurent Alexandre les défend et soutenait Macron. Son discours incroyable et puant :
    https://www.youtube.com/watch?v=kyLysKUMyyU&feature=push-fr&attr_tag=XeNsTPj47zTD5fXW%3A6

    Exactement comme Macron envers le peuple...... Les pro-U.E. sont des malades.

  • Macron et Laurent Alexandre sont exactement à l'opposé de l'invité de la semaine éco de TVlibertés :
    https://www.youtube.com/watch?v=HwvQ3dccoCs

    Ce qui est surprenant c'est de voir le nombre de personnes plutôt du côté des premiers. A se demander si vraiment ils n'ont pas raison et que les Français sont bien des abrutis.

  • L’article de Soros est ici :
    https://www.theguardian.com/commentisfree/2019/feb/12/eu-soviet-union-european-elections-george-soros

    Il y explique que les systèmes des partis politiques actuels sont vieillis, car, dans les pays de l’Union européenne, la vraie division est actuellement entre les pro-UE et les anti-UE.

    Ce point de vue se défend, mais, dans l’esprit de Soros, son implication première et même exclusive est celle-ci. L’enjeu des compétitions politiques à l'intérieur de chaque pays de l’UE n’est absolument pas... le destin dudit pays comme entité autonome. C’est pratiquement la destruction de la politique.

  • "la vraie division est actuellement entre les pro-UE et les anti-UE."

    Bien sûr Curmudgeon, puisque les partis politiques pro-U.E. sont obligés de suivre les directives de Bruxelles. Il n'y a donc aucune différence majeure entre eux. D'où la manipulation d'un Mélenchon qui fait semblant d'être contre les privatisations, d'un Dupont-Aignan ou Le Pen qui en fait ne veulent pas sortir de cette U.E.. Et que penser des Républicains qui parlent d'une autre Europe alors que pour la changer, il faut l'unanimité des autres pays. Macron par exemple voulait agir contre les travailleurs détachés. Impossible car les pays de l'Est s'y sont opposés. Le désavantage d'un pays est toujours l'avantage d'un autre. Il n'y a donc aucun moyen de changer cette U.E. qui est devenue une dictature.

    D'où l'idée du brexit anglais.. Et du frexit français, d'autant plus qu'actuellement on vient de vendre l' imprimerie Arjowiggins de Crèvecoeur près de Jouy sur Morin pour que la France ne puisse plus réimprimer sa monnaie. Et on est entrain de préparer une magnifique escroquerie sur l'or français. Pendant ce temps, la Chine, la Russie, l'Inde achètent cet or. Se souvenir que déjà le couple Sarkozy/Fillon avait vendu quelques centaines d'or à prix bas.

    Le malheur de la France, ses habitants ne comprennent pas les manipulations dont ils sont l'objet.

  • @Ethan
    ta gueule, Asselineau !

  • qui pourrait m'expliquer d'où Asselineau (qu'on voit partout, sous une signature ou une autre) tire son argent ?

Écrire un commentaire

Optionnel