Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

In excelso throno

Depuis l’invention d’une fête incongrue de la « Sainte Famille », il n’y a plus que dans les monastères et les couvents qu’on peut entendre, en semaine, quand il n’y a pas de fête, la messe du premier dimanche après l’Epiphanie (et j’ai cette chance aujourd’hui même). Voici l’introït par les moniales d’Argentan sous la direction de dom Gajard qui commente :

L’introït In excelso throno, 8e mode, véritable scène de l’Apocalypse, celle de l’Agneau victorieux, adoré et acclamé par la multitude des Anges qui l’entourent. Chant fort, puissant, solennel, d’une sonorité pleine (modalité de sol), magnifique d’élan et de mouvement, en même temps que de fermeté et de profondeur, très évocateur de la majesté de Dieu dans sa gloire.


podcast

In excélso throno vidi sedére virum, quem adórat multitúdo Angelórum, psalléntes in unum : ecce, cujus impérii nomen est in ætérnum.

Sur un trône élevé, j’ai vu un homme que la multitude des Anges adore, chantant en chœur : Voici celui dont l’empire est éternel.

chant_img.png

Commentaires

  • Parce qu'on n'en trouve aucune trace chez les pères de l'Eglise ni dans les traditions liturgiques d'Orient ou d'Occident. Y compris dans le bréviaire et le missel promulgués par saint Pie X.

    Je comprends que l'Eglise d'Occident ait voulu valoriser la famille au moment où elle commençait à être attaquée, mais cette fête est au moins maladroite: l'Eglise ne peut pas montrer comme modèle de la famille chrétienne une famille composée de deux personnes vierges et d'un enfant unique (dont le père n'est pas le père biologique).

    Et surtout, comme s'était exclamé un jour Mgr Nicolas Antiba à Saint Julien le Pauvre (il est aujourd'hui vicaire patriarcal) : "Mais la Sainte Famille, dont nous voulons faire partie, c'est le Père, le Fils et le Saint-Esprit !"

  • Et qui vous dit que Joseph était vierge ? Pourquoi n'aurait-il pas eu des enfants auparavant ? Il aurait très bien pu avoir eu une femme décédée avant son remariage avec la Vierge Marie . Ce qui pourrait expliquer les "frères" de Jésus.

  • Continent, si vous y tenez. Ça ne change rien. Lors du mariage le prêtre ne demande pas à l'homme de faire voeu de chasteté.

    (Mais il me paraît plus congruent que saint Joseph fût vierge.)

  • En tout cas, merci pour ce superbe Introit des moniales d'Argantan, que Dieu bénisse !

  • Daoudal, vous êtes sérieux là ?!?! Votre orgueil vous fait délirer, ce me semble... Qu'est-ce que vous nous baragouinez avec votre "fête incongrue de la « Sainte Famille »", avec votre "mais cette fête est au moins maladroite", et avec votre "père biologique" ?!?!

    Vous êtes bien un fils de l'église de Bergoglio, l'église à la carte, l'église club Med: "la liturgie, si je veux."

    Tenez, pour vous confondre, du Cal Schuster:

    "Dès l’antiquité, la liturgie romaine a consacré les premières semaines après Noël à la méditation des mystères de la vie domestique de Jésus. Aujourd’hui même, dans la messe dominicale, se présente la péricope évangélique du recouvrement de Jésus parmi les docteurs du temple. Toutefois le génie de la dévotion moderne qui, aux vastes synthèses des anciens, préfère l’étude particularisée de tous les détails du grand tableau de la Rédemption, ne pouvait manquer de créer une solennité distincte en l’honneur de la sainte Famille de Nazareth. La fête paraissait d’autant plus opportune que, depuis un demi-siècle, pour saper et supprimer le catholicisme par les bases, tout le travail des sectes et des gouvernements libéraux s’était concentré dans la déchristianisation de la famille. Pour paralyser un si grand mal, Léon XIII, après sa splendide encyclique sur le mariage chrétien, voulut aussi offrir aux familles catholiques un modèle à imiter et une céleste protection à qui elles devraient se confier ; il institua donc la fête de la sainte Famille de Nazareth, avec un appareil liturgique solennel d’hymnes et de lectures, et il la fixa au IIIe dimanche après l’Épiphanie(...)"

    Mais bon, que sont le Cal Schuster, Léon XIII et Benoît XV face à vous... hein ? Certainement des incongrus maladroits, même pas pères biologiques...

  • Si la fête de la Sainte Famille est "incongrue" car n'existant pas sous Saint Pie V, alors, supprimons la fête de l'Immaculée Conception (par exemple).
    Par ailleurs, si cette fête de la Sainte Famille tombe un dimanche, comme c'était le cas cette année, c'est la liturgie du dimanche qui prime.

  • Je n'ai pas parlé de saint Pie V mais de saint Pie X.

    La fête de l'Immaculée Conception se trouve officiellement dans la liturgie romaine depuis le XVe siècle, et donc dans le missel de saint Pie V.

    La fête de la sainte famille tombe forcément un dimanche et prime le dimanche.

  • Daoudal, vous êtes sérieux là ?!?! Votre orgueil vous fait délirer, ce me semble... Qu'est-ce que vous nous baragouinez avec votre "fête incongrue de la « Sainte Famille »", avec votre "mais cette fête est au moins maladroite", et avec votre "père biologique" ?!?!

    Vous êtes bien un fils de l'église de Bergoglio, l'église à la carte, l'église club Med: "la liturgie, si je veux."

    Tenez, pour vous confondre, du Cal Schuster:

    "Dès l’antiquité, la liturgie romaine a consacré les premières semaines après Noël à la méditation des mystères de la vie domestique de Jésus. Aujourd’hui même, dans la messe dominicale, se présente la péricope évangélique du recouvrement de Jésus parmi les docteurs du temple. Toutefois le génie de la dévotion moderne qui, aux vastes synthèses des anciens, préfère l’étude particularisée de tous les détails du grand tableau de la Rédemption, ne pouvait manquer de créer une solennité distincte en l’honneur de la sainte Famille de Nazareth. La fête paraissait d’autant plus opportune que, depuis un demi-siècle, pour saper et supprimer le catholicisme par les bases, tout le travail des sectes et des gouvernements libéraux s’était concentré dans la déchristianisation de la famille. Pour paralyser un si grand mal, Léon XIII, après sa splendide encyclique sur le mariage chrétien, voulut aussi offrir aux familles catholiques un modèle à imiter et une céleste protection à qui elles devraient se confier ; il institua donc la fête de la sainte Famille de Nazareth, avec un appareil liturgique solennel d’hymnes et de lectures, et il la fixa au IIIe dimanche après l’Épiphanie(...)"

    Mais bon, que sont le Cal Schuster, Léon XIII et Benoît XV face à vous... hein ? Certainement des incongrus maladroits, même pas pères biologiques...

  • "Léon XIII voulut offrir un modèle à imiter"

    Cette absurdité prouve que M. Daoudal a bien raison de contester l'opportunité de cette "fête". Qui peut imiter le comportement conjugal et maternel de Marie conçue sans péché, et mère de Dieu ???

  • Daoudal, vous êtes sérieux là ?!?! Votre orgueil vous fait délirer, ce me semble... Qu'est-ce que vous nous baragouinez avec votre "fête incongrue de la « Sainte Famille »", avec votre "mais cette fête est au moins maladroite", et avec votre "père biologique" ?!?!

    Vous êtes bien un fils de l'église de Bergoglio, l'église à la carte, l'église club Med: "la liturgie, si je veux."

    Tenez, pour vous confondre, du Cal Schuster:

    "Dès l’antiquité, la liturgie romaine a consacré les premières semaines après Noël à la méditation des mystères de la vie domestique de Jésus. Aujourd’hui même, dans la messe dominicale, se présente la péricope évangélique du recouvrement de Jésus parmi les docteurs du temple. Toutefois le génie de la dévotion moderne qui, aux vastes synthèses des anciens, préfère l’étude particularisée de tous les détails du grand tableau de la Rédemption, ne pouvait manquer de créer une solennité distincte en l’honneur de la sainte Famille de Nazareth. La fête paraissait d’autant plus opportune que, depuis un demi-siècle, pour saper et supprimer le catholicisme par les bases, tout le travail des sectes et des gouvernements libéraux s’était concentré dans la déchristianisation de la famille. Pour paralyser un si grand mal, Léon XIII, après sa splendide encyclique sur le mariage chrétien, voulut aussi offrir aux familles catholiques un modèle à imiter et une céleste protection à qui elles devraient se confier ; il institua donc la fête de la sainte Famille de Nazareth, avec un appareil liturgique solennel d’hymnes et de lectures, et il la fixa au IIIe dimanche après l’Épiphanie(...)"

    Mais bon, que sont le Cal Schuster, Léon XIII et Benoît XV face à vous... hein ? Certainement des incongrus maladroits, même pas pères biologiques...

  • "Léon XIII voulut offrir un modèle à imiter"

    Cette absurdité prouve que M. Daoudal a bien raison de contester l'opportunité de cette "fête". Qui peut imiter le comportement conjugal et maternel de Marie conçue sans péché, et mère de Dieu ???

Écrire un commentaire

Optionnel