Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rencontre en Pologne

Lu sur Breitbar :

Le ministre populiste italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, doit rencontrer le chef du Parti Droit et Justice polonais (PiS), Jarosław Kaczyński, alors que les maires italiens sont divisés sur son décret sur la migration et la sécurité.

Il est confirmé que Salvini et le dirigeant conservateur polonais se réuniront le 9 janvier à Varsovie pour discuter de la possibilité de former une alliance entre la Ligue de Salvini et le PiS en vue des élections au Parlement européen en mai, a rapporté la chaîne de télévision polonaise TVN24.

La porte-parole du PiS, Beata Mazurek, a déclaré aux médias italiens : « Les sujets des discussion intéressent les deux parties, polonaise et italienne. »

Cette visite constituera la première visite officielle de Salvini en Pologne depuis son arrivée au pouvoir l'an dernier. Le vice-Premier ministre devrait également discuter de questions économiques pendant son séjour dans le pays.

Au cours des derniers mois, M. Salvini a noué des liens avec plusieurs autres dirigeants conservateurs et populistes de premier plan en vue de constituer une grande alliance en vue des élections au Parlement européen, notamment le Premier ministre hongrois Viktor Orbán, qui a dit que Salvini était « son héros » et a promis de travailler avec lui.

En octobre, Salvini a annoncé que la dirigeante populiste française Marine Le Pen rejoindrait également son alliance pour les élections européennes, le couple annonçant la création d'un « front de la liberté » réunissant les autres partis pro-souverainetés opposés à la domination de l'UE.

Salvini a également rencontré le dirigeant du Parti de la liberté autrichien, Heinz-Christian Strache, et aurait cherché à obtenir le soutien du leader des démocrates suédois, Jimmie Åkesson.

Alors que Salvini construisait des alliances à l’étranger, son décret sur la sécurité et la migration divisait les maires en Italie. Certains, comme le maire de Palerme, Leoluca Orlando, s’opposaient non seulement au décret, mais promettaient de ne pas l’appliquer. D'autres maires ont exprimé leur opposition au décret, comme le maire de Pomezia, Adriano Zuccalà, qui a reconnu par la suite qu'il n'avait même pas lu le décret.

Bien que plusieurs maires de gauche se soient opposés au décret, d’autres l’ont soutenu ainsi que Salvini, notamment les maires d’Udine, de Cascina et de Trieste.

Le maire d'Udine, Pietro Fontanini, a déclaré que sa ville « garantira l'application intégrale du décret de sécurité ».

Commentaires

  • la création d'un « front de la liberté » réunissant les autres partis pro-souverainetés opposés à la domination de l'UE....

    Quels sont donc ces partis qui se disent pro-souveraineté et contre la domination de l'U.E..... tout en voulant y rester ?

    Actuellement, comme le dit si bien Attali, un président européen n'a plus de pouvoir :
    https://www.youtube.com/watch?v=k40RpYZlvkQ

    Pourquoi donc aucun de ces partis n'a pour l'instant demandé un brexit à l'anglaise ? Alors que la mondialisation prônée par Bruxelles est en quelque sorte un remake de l’assassinat du roi Louis XVI pour permettre d’imposer le règne de l’argent roi contre le bien commun :
    https://www.youtube.com/watch?v=tM_af4K9cs0

  • Et pour endiguer les troubles qu'ils auront eux-même fomentés en faisant venir une migration de masse, ils ont prévu des CRS étrangers !
    https://avantgardepeuplesobs.org/2019/01/06/france-europe-dictature-05-01-2019-confirmation-crs-a-paris-qui-ne-sont-pas-crs-et-encore-moins-francais-il-sagit-dune-milice-europeenne-eurogendfor-creee-en-2004-pour-le-mainti/

    Les "de souches" ne se sentiront plus chez eux. Mais au moins ils pourront dire qu'ils avaient voté pour.

  • Guy Verhofstadt n'est pas ravi. https://twitter.com/guyverhofstadt/status/1082242166448099328

Écrire un commentaire

Optionnel