Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Compromissions

Un rapport de l’Institut Lépante révèle que le Sweedish Mission Council, qui regroupe diverses organisations chrétiennes œuvrant « pour le développement durable et la justice à tous les niveaux », promeut aussi activement l’avortement et la contraception, comme l’indique sa « politique d’égalité des genres ». Or dans la liste des membres il y a la Caritas de Suède, avec la précision : Eglise catholique. Le président de Caritas Suède, le dominicain Henrik Alberius, a fait savoir à l’Institut Lépante que la Caritas n’était pas membre du SMC. Ce serait une erreur ? Mais il est lui-même – et chacun peut le vérifier – l’un des huit membres du bureau du SMC, et il l’est en tant que président de Caritas Suède…

Le diocèse de Stockholm, qui ne répondait pas aux questions de l’Institut Lépante, a réagi après la publication du rapport (il faut leur mettre publiquement le nez dedans pour qu’ils consentent à prendre les mesures qui s’imposent), et reconnaît que la Caritas fait bel et bien partie des membres du SMC, puisqu’il en assume même la responsabilité en disant que si le SMC ne modifie pas son texte le diocèse devra quitter cette organisation.

Poursuivant ses investigations, l’Institut Lépante a aussi découvert que la Caritas de Suède est aussi membre de la « Plateforme pour la coopération internationale sur les migrants sans papiers », en anglais PICUM, lequel PICUM demande un changement des législations qui refusent ou limitent l’accès à l’avortement et à la contraception pour les migrants.

On attend le prochain communiqué du diocèse…

Mais on peut parier sans risque que nombre d’autres épiscopats, sous couvert de développement durable ou d’aide aux migrants, sont ainsi partie prenante d’organisations qui prônent la culture de mort.

Écrire un commentaire

Optionnel