Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ça c’est la Pologne…

Ce soir est créé à l’Opéra national de Varsovie le Te Deum Polonia de Pawel Łukaszewski (le plus grand compositeur polonais de sa génération, surtout pour la musique religieuse). Il s’agit d’une commande du président de la République Andrzej Duda, dans le cadre des célébrations du centenaire du recouvrement de l’indépendance.

Voici l’essentiel de la description qu’en fait Marcin Łukaszewski, son frère qui est aussi compositeur.

Le début puissant a une connotation solennelle. Dans toutes ses parties, la musique semble illustrer la majesté de Dieu et un temps de gloire, révélant des accents patriotiques de gratitude pour l'indépendance retrouvée.

La deuxième partie, « Te gloriosus Apostolorum chorus », apporte une réflexion symbolique sur le sens de l'indépendance retrouvée. Le compositeur a caché une courte citation stylisée du cantique patriotique Boże coś Polskę (Dieu protège la Pologne).

La partie centrale, « Tu Rex gloriae, Christe », polarise deux forces opposées: des parties instrumentales énergiques et des entrées majestueuses du chœur. Ces parties vives et agitées de l'orchestre peuvent être symboliquement comparées au mouvement de troupes sur le champ de bataille, tandis que le chant majestueux du chœur est la voix de providence qui veille sur la nation polonaise lors des événements historiques.

Le quatrième mouvement, « Salvum fac, populum tuum Domine », est conçu comme une fresque orchestrale et vocale. Des citations des parties précédentes apparaissent, qui donnent une unité à l'ensemble. Cette partie pourrait être interprétée comme une question sur l'avenir de la Pologne.

Le finale, « In Te, Domine, speravi », referme l'ensemble, avec un matériau sonore qui reprend intégralement le début de l’œuvre.

Commentaires

  • Vous oubliez un géant contemporain , Henryk Jan Botor :
    https://www.youtube.com/watch?v=8r1drIPOrfY

  • Je suppose que c'est une blague... Mais comme personne ne connaît Botor chez nous je ne vois qui elle pourrait faire rire...

  • Francois va t il apprécier ce chant qui semble un peu rigide n'est ce pas ?

Écrire un commentaire

Optionnel