Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22e dimanche après la Pentecôte

Allelúia, allelúia. Qui timent Dóminum sperent in eo : adjútor et protéctor eórum est. Allelúia.

Alléluia, alleluia. Que ceux qui craignent le Seigneur mettent en lui leur espérance, il est leur soutien et leur protecteur. Alléluia.

Sans titre.jpeg

Le mot amour/aimer n’est pas absent des psaumes, tant pour désigner l’amour de Dieu pour ceux qui l’aiment que pour désigner cet amour que lui portent ceux qui l’invoquent. Toutefois il y a deux mots beaucoup plus fréquents qui caractérisent ces deux amours, ou plutôt cet amour unique et réciproque selon sa modalité divine et sa modalité humaine : de la part de Dieu c’est la miséricorde, de la part de l’homme c’est la crainte de Dieu. Ces deux mots indiquent que l’homme et Dieu ne sont pas au même niveau, sur le même plan. La créature et le Créateur sont distincts et un abîme sépare le Créateur qui est par lui-même et la créature qui n’est que par le Créateur. D’autant que la créature s’est coupée du Créateur par le péché originel et il a fallu toute la miséricorde de Dieu pour réparer les dégâts. La réponse de l’homme racheté par le sang de Dieu fait homme est la crainte. A savoir un amour qui sait ce qu’il en est des positions respectives, qui se prosterne devant l’Etre aimé et qui attend tout de lui, à savoir la vie éternelle. Cette crainte est celle dont l’Ecclésiastique nous dit qu’elle est « gloire et glorification, et joie, et couronne d’exultation », etc.

C’est ce que chante l’Alléluia de ce dimanche. Une joie profonde, intense, mais dans la plus grande paix. Cette joie dont Jésus dit par la bouche du maître au bon et fidèle serviteur qui a fait fructifier les talents : « Entre dans la joie de ton maître. » Je ne te donne pas la joie : je te fais entrer dans ma joie éternelle, ma joie divine, la joie de l’amour trinitaire.

On peut constater qu’il n’y a rien de « craintif » dans le long mélisme sur « timent », mais une paix aimante et joyeusement sereine. Le plus long mélisme, après cela, sera sur « protector », et il décrit la protection de Dieu sur le fidèle, qui est l’amour de miséricorde qui descend sur le fidèle pour l’entourer avec tendresse, le garder, le conduire vers l’éternel alléluia.

Commentaires

  • Merci beaucoup. Le plus beau commentaire que je connaisse sur la crainte de Dieu se trouve dans le commentaire de la 1e épître de st Jean par st Augustin.
    Un petit problème de syntaxe : " Cette joie dont Jésus par la bouche du maître qui dit au bon et fidèle serviteur qui a fait fructifier les talents " il faudrait supprimer le premier qui je pense.

  • Merci. Je crois que je ne m'étais pas relu...

Écrire un commentaire

Optionnel