Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Saint Pierre d’Alcantara

Traité de l’oraison, deuxième série de méditations pour chaque jour de la semaine, fin de la méditation du vendredi :

Enfin, vous pourrez méditer les sept paroles que Notre Seigneur fit entendre sur la croix. La première : Mon Père, pardonnez-leur, car ils ne savent ce qu'ils font. La seconde, qui fut dite au larron : Aujourd'hui vous serez avec moi dans le paradis. La troisième, à sa très sainte Mère : Femme, voilà votre fils. La quatrième : J'ai soif. La cinquième : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'avez-vous abandonné. La sixième : Tout est consommé. La septième : Mon Père, je remets mon âme entre vos mains.

Regarde, ô mon âme, avec quel excès de charité il recommanda dans ces paroles ses ennemis à son Père ; avec quelle miséricorde il reçut le larron qui confessait sa divinité ; avec quelle tendresse filiale il recommanda sa très aimante Mère au disciple bien-aimé ; vois quelle soif et quel ardent désir il montra du salut des hommes ; avec quelle voix douloureuse il répandit sa prière, et exprima sa tribulation en présence de la très-sainte majesté de son Père ; comment il persévéra, jusqu'à la dernière heure, dans l'obéissance qu'il lui avait vouée ; et comment, enfin, il lui recommanda son âme, et se remit tout entier entre ses divines mains.

Il est facile de voir que chacune de ces paroles renferme une admirable leçon de vertu. Dans la première, le divin Maître nous recommande la charité envers les ennemis ; dans la seconde, la miséricorde envers les pécheurs ; dans la troisième, l'amour envers les parents ; dans la quatrième, le désir du salut du prochain ; dans la cinquième, la prière dans les tribulations et dans les délaissements de Dieu ; dans la sixième la vertu de l'obéissance et la persévérance ; enfin dans la septième, la parfaite résignation entre les mains de Dieu, qui est l'abrégé et le comble de toute notre perfection.

Commentaires

  • Magnifique concision à mille lieues de la bouillie moderniste. Le problème étant qu'aujourd'hui on est obligé de redonner la véritable définition de la miséricorde.

Écrire un commentaire

Optionnel