Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Retour sur le fourchu

Sans titre.jpeg

La nouvelle férule du pape lui a été donnée lors de sa rencontre avec les jeunes Italiens le 11 août dernier. Un bâton de sorcière traversé par un clou, offert par une jeune fille qui portait un bracelet de sorcière…

18_10_05_red_string.jpeg

01894_11082018.jpg

bracelet.jpeg

Elle porte un bracelet rouge à nœuds. Vu de dos, cela paraît être le bracelet rouge à 7 nœuds de la kabbale, popularisé par Madonna et repris par plusieurs vedettes, censé éloigner le « mauvais œil » et porter bonheur et chance à condition de dire les « prières » qui vont avec. Ce qui serait déjà insupportable face au pape. Mais, vu de face, justement, il apparaît que le bracelet comporte davantage de nœuds. Il s’agit du bracelet de sorcière à 9 nœuds. Celui qui permet de jeter un sort sur un objet pour l’obtenir au terme des 9 nœuds. « By knot of one, this spell’s begun (…) By knot of nine, the thing is mine. »

Le pire est que vraisemblablement la jeune fille ne sait pas ce qu’elle porte ni ce qu’elle fait. Elle est un vecteur qui transmet la diablerie au pape. Comme s’il en avait besoin…

Commentaires

  • Il semble qu'il y ait plus que neuf noeuds, puisque l'on en aperçoit déjà six (ou sept) sur la photographie de face...

  • @Louis.
    Non, il n'y a pas de noeuds sur la demi-circonférence arrière (photo 2)

  • au Moyen Age, contrairement à l'opinion commune, l'Eglise interdisait de croire à l'existence des sorciers; cette croyance a été relancée par Luther et a provoqué des ravages dans toute l'Europe, en particulier dans les pays protestants; c'est d'ailleurs dans l'un d'entre eux, le canton de Glaris, qu'a eu lieu la dernière exécution capitale pour sorcellerie
    Pierre Chaunu, bien que catholique converti au protestantisme, reconnaissait que l'Espagne était le seul pays où l'on n'avait jamais brulé de sorcière; il exagérait un peu : on en avait brulé quelques unes le long de la frontière française, sans doute par imitation des voisins
    l'Inquisition refusait de poursuivre les accusés de sorcellerie, car elle pensait que ça n'existait pas, ou relevait de la psychiatrie, pour laquelle elle n'était pas compétente; il lui est même arrivé d'arracher à la justice civile des gens condamnés au bucher pour sorcellerie
    alors que penser de cette férule, et de ce bracelet de "sorcière" ?
    j'ai vu beaucoup de ces objets au cours de mon enfance bretonne; ils servaient surtout à faire les foins

  • " ils servaient surtout à faire les foins"
    En tous cas, cela fait du foin!

  • Un lance-pierres

  • Un lance-pierres

  • plutôt encombrant pour un lance-pierre !

  • Pour faire les foins, il faudrait y ajouter une traverse avec des dents et que Bergoglio tombe la calotte pour un chapeau de paille. Pour une férule pontificale, il y faudrait une croix. De cet objet, on peut juste se dire qu'il est curieux que les méchants ne puissent pas s'empêcher de révéler leurs intentions.

  • @Stavrolus
    vous avez souvent fait les foins ?

  • Est-ce de l'ironie mal placée ou voulez-vous savoir s'il m'arrive de jardiner ? On peut à la rigueur faire les foins avec un bon râteau, mais pas avec cet objet. J'avais aussi un arrière-grand-père sourcier et un poil sorcier (enfin, là, c'est quand même de la calomnie...) qui vous aurait dit ce que vous savez déjà, à savoir que l'étymologie des deux termes était la même.
    J'ai des origines très rurales, voyez-vous.

  • ce n'était pas ma question
    les origines rurales,c'est le cas de la quasi-totalité des Français
    les souvenirs de la vie rurale, c'est autre chose
    jardiner et faire les foins, ce n'est pas du tout la même chose
    votre réflexion et la description de votre instrument de torture montre surtout que vous n'avez jamais fait les foins
    Madame de Sévigné en savait beaucoup plus que vous

  • On va se cotiser, racheter la fourche du père François et vous m'inviterez à vous regarder faire les foins avec ce machin-là. Je n'aurai besoin que d'une chaise longue, des œuvres complètes de Madame de Sévigné et d'un appareillage pour me tenir les côtes.

  • si vous aviez fait les foins dans votre jeunesse, vous sauriez que cet engin qui n'est en fait qu'une fourche fournie par la nature, servait à retourner les foins pour les faire sécher une fois qu'ils avaient été coupés; vous ne le saviez évidemment pas, malgré vos origines rurales, et je suppose que vous ne connaissez que les énormes rouleaux cerclés de fil de fer fabriqués par une machine, que l'on croise maintenant au bord des routes au début de l'été;
    il est évident que cet engin n'a rien à faire dans ce processus, et c'est d'ailleurs dommage; j'ignore quelle activité vous aviez dans votre jeunesse, mais il m'est arrivé de passer des nuits dans le foin, ce qui est maintenant impossible avec le matériau actuel, et dans la Bretagne que j'ai connue autrefois, dans de petites fermes, c'était dans ce foin que tous les garçons dormaient

  • @Théofrède
    http://kerdonis.fr/ZBREUGEL01/page4.html

  • a priori, vous ne savez rien de la vie rurale traditionnelle, mais vous ne savez pas lire : ce n'est pas avec un rateau que vous retournez le foin fraichement coupé; le rateau sert plutôt à le rassembler pour pouvoir former des meules (je vous signale au passage qu'un rateau peut trés bien être monté sur un manche droit et non sur une fourche)
    je doute d'ailleurs fort que Breughel soit allé en Bretagne pour voir comment s'y feraient les foins plusieurs siècles aprés sa mort, et suis étonné qu'il montre des meules faites de foin fraichement coupé, qui, dans ces conditions, ne peut que pourrir, je suppose qu'il a sauté, ou que vous avez sauté, le séchage du foin
    il est vrai qu'un individu qui veut faire une souscription pour acheter le couteau qui permettra de couper une fourche dans un taillis, couteau qui doit coûter moins cher qu'un numéro de Play Boy, ne doit pas trés bien comprendre les mystères de la fenaison à l'ancienne

  • Pour mettre tout le monde d'accord, il y a bien la fourche chère à Théofrède pour manipuler le foin et le mettre en meules ou sur la charrette et le râteau cher à Stavrolus pour former les andains pour le séchage et la préparation du ramassage du foin. Le séchage se faisait en andains formés au râteau (comme Théofrède l'admet), retournés si besoin à la fourche en cas de temps humide. Comme les meules, les couches supérieures de l'andain protégeaient les inférieures en cas de pluie. On ne laissait pas le foin en couche mince sur tout le champ, car une pluie aurait tout mouillé.
    Donc râteau et fourche sont utilisés pour faire les foins.
    Que de foin!

  • Etant donné la qualité des photos, il y a peut-être 10 noeuds et c'est un dizainier fait maison.

    A-t-on vraiment besoin d'une polémique aussi ridicule ? Les paroles et les actes ne suffisent-ils pas ? (comme les nominations pour le synodes en cours et le coup des LGBTQ)

  • Le pape et les jeunes, tout un programme...
    Vous trouverez d'autres étrangetés dans cette vidéo de la rencontre du Pape François avec les djeuns (les djinns ?) dans la célèbre salle Paul VI à l'architecture très inspirée, le 6 octobre dernier lors du synode de la jeunesse
    https://youtu.be/7_5oltspHOc

  • C'est bizarre : on dirait une tête d'animal en bas de l'une des branches (première photo) ? Et du coup, l'effet est assez malsain.
    Peut-être est-ce un effet dû au grossissement ?

  • Hip Hop !
    Quand on voit la suite ,


    https://twitter.com/KTOTV/status/1048600580887916544/video/1

  • Je constate que l'évêque grec-catholique est le seul à ne pas taper dans ses mains.

  • où est cet évêque ?

  • La laideur , le ridicule, l'odieux de ce bâton n'ont donc pas été perçus ni par ceux qui offraient ni par celui qui recevait ce cadeau ?

  • Dimanche prochain, canonisation du brigandage de Vatican II. Autrement plus dramatique que cette minable férule. Préparez-vous psychologiquement.....

  • Ouais. Si Paul VI est un saint, moi je veux bien changer de sexe.

  • @Stavrolus
    Vous ne prenez pas trop de risques.
    (yeux chastes, ne pas lire la suite)
    Pour donner dans la grivoiserie gentillette qui semble acceptée sur ce blog, je rapporte le mot d'un collègue masculin, il y a bien longtemps, aux débuts des délires "gender": "oui, moi aussi je veux changer de sexe, j'en veux un plus gros.

  • Paul VI a surtout péché par orgueil, en ne s'occupant pas des répercussions que sa "réforme" aurait dans les divers pays de la chrétienté, or nous avions en France un clergé globalement ignoble, adepte comme tout ce qui est à gauche, des mesures dictatoriales,, qui est le principal responsable de ce qui a suivi
    dans un autre domaine, Pierre Beregovoy a eu la même conduite dans ma profession : en voulant y appliquer les 39 heures, il a en fait ajouté plusieurs heures de service hebdomadaire à certains agents, faute de s'être renseigné avant de prendre une décision sur leurs conditions de travail
    je pense que si le clergé français s'était conduit chrétiennement, cette "réforme" n'aurait pas provoqué autant de remous
    j'ai passé ma jeunesse à Lyon, et y ai toujours été à cheval entre deux rites, le lyonnais dans ma paroisse et le romain au collège, servant la messe dans les deux, et je n'étais pas le seul; cela ne troublait personne
    aprés la promulgation de la nouvelle liturgie, j'avais trouvé asile à Saint Julien le Pauvre, et je pense qu'un jour le curé de cette paroisse, l'archimandrite Joseph Nasrallah, avait trouvé la bonne formule : "il s'agit d'une querelle interne au rite latin qui ne nous regarde pas; je vous rappelle simplement qu'on reconnait le Christ à la charité"
    quand on sait la façon dont se comportait le clergé de la paroisse voisine de Saint Séverin, on comprenait tout de suite

  • Tout le monde connaît l'affaire des prêtres infiltrés en secret derrière le rideau de fer et aussitôt arrêtés par le KGB. Cela se passait au début des années 1950. Le futur Paul VI était alors le bras droit de Pie XII et son propre secrétaire, Alighiero Tondi, fut pris en flagrant délit de dénonciation et n'exprima pas le moindre remords. Il fut chassé du Vatican, bien que Montini ait pris sa défense, et devint par la suite ouvertement communiste.
    Pie XII prit contre Montini des mesures qu'on peut juger bien légères et bien diplomatiques (surtout quand on voit les méthodes du gugusse actuellement en place) en ne lui donnant pas la barrette de cardinal et en le "reléguant" à Milan. Jean Guitton, pourtant proche de Paul VI, a témoigné du fait que Pie XII se défiait de son collaborateur et ne voulait pas le voir devenir Pape.
    Ça fait déjà beaucoup, et tout cela est su, s'étale sur Internet, est à la portée de n'importe qui et disponible en cinq minutes. Alors j'aimerais bien savoir qui était l'avocat du diable dans le procès en canonisation de Paul VI.

  • Ou plutôt, j'aimerais bien savoir ce qu'il foutait, car je connais son nom.

  • Pour répondre à Dauphin : Mieux vaut une petite qui frétille qu'une grosse qui roupille. Ça s'applique aussi aux filles, dans certains milieux.

  • @Stavrolus
    vous pensez donc que Pie XII, au courant de liaisons de Montini avec des agents communistes, lui aurait donné le siège trés "papabile" de Milan ?
    cela change évidemment du "Pape de Hitler" mais n'en est pas moins particulièrement offensant pour sa mémoire
    quant à la sainteté de Montini, son ami Jean Guitton n'en était pas convaincu, et donnait des exemples de son orgueil

  • « [La jeune fille] est un vecteur qui transmet la diablerie au pape. Comme s’il en avait besoin… »
    Mort de rire, comme dirait mon neveu ! J'ai pensé la même chose avant même de le lire sous votre plume. In cauda venenum, c'est le cas de le dire...
    Sinon, mieux vaut en rire qu'en pleurer.

Écrire un commentaire

Optionnel