Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Fake news

Les gazettes de la bien-pensance nous apprennent qu’un certain Oleg Sentsov en est à son 100e jour de grève de la faim dans un horrible pénitencier poutinesque du Grand nord de la Russie. Et, affirme Le Monde en titre : « Oleg Sentsov peut mourir à chaque minute qui passe ».

Depuis le début du mois d’août les gazettes de la bien-pensance sont plus qu’alarmantes : « L'état de santé d'Oleg Sentsov est catastrophique » (France Culture 9 août), « Oleg Sentsov en danger de mort après trois mois de grève de la faim » (Le Monde 9 août), « Dans un camp russe près du cercle arctique, la vie d’un jeune homme talentueux s’éteint », (La Croix,‎ 10 août), « Le cinéaste ukrainien Oleg Sentsov dans un état critique », (Libération,‎ 10 août), etc.

D’abord il est évident que personne ne peut survivre pendant 100 jours, ni même 50, à une vraie grève de la faim.

Si l’on cherche à s’informer, on découvre vite qu’en réalité Oleg Sentsov est alimenté : les autorités pénitentiaires lui donnent des compléments alimentaires pour vieux.

Et les autorités pénitentiaires affirment qu’il est en bonne santé, même s’il a évidemment maigri.

La commission de surveillance des prisons dit la même chose. Elle est sous la coupe du Kremlin ? Ah bon. Sauf que c’est la même commission qui vient de nous informer que le militant gauchiste Sergueï Oudaltsov, qui avait été condamné… à 30 jours de prison et avait entamé une grève de la faim, a été hospitalisé au bout de cinq jours…

Surtout, on a le témoignage de Zoïa Svetova. Cette journaliste est une des principales figures de l’opposition à Poutine, et elle dénonce particulièrement le système judiciaire russe. Elle a pu rencontrer Oleg Sentsov le 14 août, et elle dit qu’il se tient debout et marche, regarde la télévision, écrit et reçoit « beaucoup de lettres »…

Je ne me prononcerai pas sur la condamnation de Sentsov à 20 ans de prison pour préparation de plusieurs actes terroristes anti-russes (et non « parce qu’il s’opposait à l’annexion de la Crimée »…). Mais le coup de la grève de la faim est une imposture. Qui peut durer longtemps. Le record de ce genre de « grève de la faim » est détenu par une militante indienne des droits de l’homme, Irom Sharmila, qui avait commencé en 2000 et y a mis fin en 2016…

Commentaires

  • Si j'ai bien compris, il a été arrêté le 11 mai pour avoir prévu de poser une bombe le ... 9 mai.

    L'interrogatoire devait être comique :
    -vous aviez prévu de poser une bombe !
    -Et quand cela ?
    -Avant-hier!
    -...
    -Vous voyez, vous ne savez pas quoi répondre, vous êtes donc coupable.

  • @Simon, avocat des terroristes.
    Vous n'avez rien compris, ou alors vous n'avez écouté qu'un son de cloches et vous inventez votre "interrogatoire"
    Arrêté avec une dizaine "d'activistes" après incendie de locaux d'associations pro-russes en Crimée, en possession d'armes et d'explosifs destinés à des attentats en mai 2014. Ce sont ses comparses A. Tchirny et G. Afanassiev qui ont donné la liste des objectifs visés. Mais eux ne sont pas cinéastes et tout le monde se fout. de leur sort.
    Lu sur un blog à l'adresse des USA, France Allemagne et autres terroristophiles : "libérez tous les terroristes de vos prisons, eux aussi avaient des convictions"
    Absurde? Oui, c'est bien ce que demandent la presse et les occidentaux aux Russes

  • http://russiepolitics.blogspot.com/2018/08/le-nouveau-fake-de-france-2-les-travaux.html

    http://russiepolitics.blogspot.com/2017/11/billet-dhumeur-vous-avez-aime-les.html

  • Les médias du clan occidental ne savent plus quoi inventer. Hélas pour eux, personne ne les lit. Qu'ils s'intéressent aux demi-millions de crèvent-la-faim de "France". Ils auront de quoi pleurer.
    PS: l'hôpital au bout de 5 jours de jeûne ? Ces socialistes n'ont aucune résistance physique, décidément.

Écrire un commentaire

Optionnel