Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"Le Pape dictateur"

Capture+d%E2%80%99e%CC%81cran+2018-07-11+a%CC%80+10.20.30.pngCe livre a d’abord été publié sous pseudonyme en italien, en novembre 2017, dans le format Kindle, puis en anglais, puis dans une version actualisée, en anglais, en e-book et en version papier, en avril dernier, cette fois sous le nom de l’auteur, Henry Sire.

Ayant parcouru ce que l’on en disait ici et là, je n’avais guère l’intention de le lire, me disant que je devais savoir au moins la plus grande partie de ce qu’il raconte, et trouvant le titre mauvais.

Mais, puisque mon amie Jeanne Smits l’a traduit, et qu’il existe donc désormais en français, j’ai fait l’effort de le lire. Un bien mince effort, à vrai dire, car il se lit très facilement, grâce à la fois au talent de l’auteur et à celui de la traductrice.

Comme prévu, je savais (et mes lecteurs aussi) une bonne partie de ce qui est raconté. Un peu plus même sur certains dossiers, un peu moins sur d’autres (particulièrement sur l’Ordre de Malte, dont l’auteur est un spécialiste, et sur l’atmosphère qui règne dans l’écurie… heu, la Curie).

L’intérêt du livre est évidemment, même pour ceux qui savent, de rassembler en un seul petit livre tout ce qui est dispersé par ailleurs. Cet entassement n’est pas sans conséquence sur le mental du lecteur : par moments c’est plus étouffant que toute canicule venue ou à venir, et par moments il est vivement conseillé de se munir de bottes d’égoutier et d’un masque à gaz (dans l’écurie, euh… quand on parle de la Curie). A noter : le déroulement des deux synodes manipulatoires sur la famille est très remarquablement résumé.

Lire le livre permet aussi de comprendre le titre. C’est un mauvais titre parce qu’il faut lire le livre pour le comprendre. A priori, un pape dictateur, c’est moins étonnant qu’un pape démocrate… Tout pape est d’une façon ou d’une autre un « dictateur », à l’aune de notre idéologie démocratique. Il n’a de comptes à rendre à personne qu’aux trois d’en haut, c’est lui seul qui prend les décisions, il publie des textes revêtus de sa seule signature et qui ont force de loi, et cela a encore été renforcé par le dogme de l’infaillibilité pontificale. Donc, à la limite, le pape dictateur, c’est un pape qui agit en pape, et c’est donc plutôt un bon point.

En réalité, ce titre correspond à l’analyse psychologique que fait l’auteur de la personnalité de Bergoglio, à partir de la très spécifique dictature de Juan Perón, qui régnait en Argentine du temps de la jeunesse du futur pape. Et là c’est fort intéressant, sur tous les plans, pour comprendre comment se conduit le clône vaticanesque de Perón. La mystique du pouvoir, dépourvue de toute considération morale, permettant de dire tout et son contraire et de manipuler les personnes comme des pions à son service exclusif, qu’on jette donc s’ils ne servent plus, et la façon d’éliminer les gêneurs.

Tel est l’intérêt principal du livre pour ceux qui connaissent déjà les sinistres manœuvres et les cruelles injustices du pape régnant.

Commentaires

  • Dieu le Père, n'est pas un dictateur, Un monarque absolu n'est pas un dictateur. Un pape devrait être un père pour tous et n'est pas un dictateur même au sens "moderne" et je trouve le titre très percutant. Percutant surtout pour les papolâtres qui ont la tête dans le sable depuis 2013 et qui ne liront pas ce livre.

  • L'Eglise est une monarchie élective, non une dictature. Le problème de ce terme, c'est plutôt son emploi par les merdias, pour qui Benoit XVI, Trump, Poutine, Assad sont des dictateurs, tandis que la légitimité démocratique de Netanyahu, de Bergoglio, de Macron ou de Junker n'est jamais questionnée, alors que, justement, elle devrait l'être.

  • Ah !!! Merci mille fois, cher monsieur Daoudal : j'hésitais, pour les mêmes raisons que vous, à acheter -ou non- ce livre.
    C'est décidé, j'y vais de ce pas !

  • oui, n'hésitez pas à lire ce livre, cela permet de comprendre pas mal de choses.

  • Il me semble que c'est rendre trop d'honneur à Perón que de dire que l'actuel Pape en est un clone vaticanesque, dans le sens où l'on peut avoir vécu sous Perón est ne pas se comporter en "voyou" du pouvoir absolu comme Jorge Bergoglio. Mais bon cela aide peut-être à présenter l'actuel Pape qui n'a pas été choisi par hasard par ceux qui l'ont élu, C'est peut-être en effet un bon élève de Perón (ou d'une manière générale ayant vécu dans l'atmosphère délétère de ce pays depuis son indépendance), mais cela aurait pu être un autre candidat avec les mêmes caractéristiques par rapport au but recherché.

  • Enfin tout ça c'est bien beau mais le mystère c'est que comment peut-il se maintenir au pouvoir si vous me passez l'expression sans qu'il y ait une réaction de l'Église à travers le Sénat des cardinaux par exemple?
    Cela ferait un scandale inimaginable mais il faut le déposer maintenant et au plus vite
    La préservation de la foi est à ce prix

  • c'est quoi, le Sénat des cardinaux ?
    à ma connaissance, il n'existe aucune façon canonique de déposer un pape, il est déjà arrivé que des cardinaux élisent un nouveau pape du vivant du premier, cela a donné le grand schisme d'Occident
    je pense que vous oubliez que le Christ veille sur l'Eglise

  • c'est quoi, le Sénat des cardinaux ?
    à ma connaissance, il n'existe aucune façon canonique de déposer un pape, il est déjà arrivé que des cardinaux élisent un nouveau pape du vivant du premier, cela a donné le grand schisme d'Occident
    je pense que vous oubliez que le Christ veille sur l'Eglise

  • L'expression sénat de l'Eglise pour désigner le collège des cardinaux est très ancienne et très traditionnelle

  • l'expression est peut-être trés ancienne, mais elle n'a aucune valeur juridique

  • Si le Christ veillait sur cette Eglise, dont il n'est pas démontré qu'il en est le "fondateur", laisserait-il des opportunistes, des dépravés et des pédophiles y siéger aux côté de quelques rares prélats vertueux ?

  • Qui est Deus ?
    Qui sommes nous pour juger Dieu ( et Jésus Christ c'est tout un avec L’Église.)
    Si Dieu permet cela c'est pour l'édification de qui : de Lui ou de nous?
    Prions, pour que cela cesse et qu'un nouveau et bon Pape nous soit donné.
    Merci à Jeanne Smits de nous permettre de lire ce livre : je suis d'accord avec l'analyse de Yves Daoudal

  • @Georges

    Voulez-vous dire que le christianisme en est seulement à sa naissance depuis une bonne cinquantaine d'années ?
    Vous prendriez vos rêves pour des réalités : la Pentecôte, c'était avant Vatican II.

    Quant à veiller sur son Eglise. Le Christ n'y manque pas. Mais dès l'origine il nous a laissé notre liberté.
    C'est pourquoi il faut du recul pour comprendre qu'il finit par tracer des lignes droites avec nos lignes courbes.

  • @ Georges 09h22 - jeudi 09 août 2018
    Ce n'est pas pour rien que le Christ a dit que " les puissances de l'Enfer ne prévaudront jamais contre SON Église ( Évangile de Mathieu ). Soit dit en passant, cette affirmation implique qu'elle est susceptible d'être fortement attaquée par ses ennemis, lesquels ne sont pas toujours, loin de là, ceux du dehors, mais surtout ceux du dedans,...les plus dangereux ! Exemple : le prêtre Arius, le moine Luther, etc. etc.

    Si l'Église Catholique n'est pas l'Église du Christ, il faudra désigner quelle est son Église ?

    Seraient-ce les "Églises" dites protestantes nées il y a juste 500 ans (sur 2000 ans d'histoire du Christianisme) ?

    Dans ce cas, il faudrait nommer celle, parmi les centaines qui se réclament de la "Réforme", qui serait la seule véritable Église.

    Si vous y arrivez, je vous saluerai bien bas.

  • @ Oléandre
    "mais surtout ceux du dedans,...les plus dangereux ! Exemple : le prêtre Arius, le moine Luther",
    J'ajouterai Judas son disciple

  • Vous avez raison ! Mais j'ai aussi oublié...le pape Bergoglio !!!

  • Les critiques contre le pape ne sont pas fidèles à la tradition et il rappelle fortement il n’y a aucun point d’appui pour contester le magistère du pape François à la lumière du magistère précédent

  • @Petrus Quand l'Antéchrist sera là , vous lui lècherez les babouches, avec vos mêmes arguments.
    "A leurs fruits, vous les reconnaîtrez"

Écrire un commentaire

Optionnel