Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"Bien commun"

Voilà que la CGT parle du « bien commun ». Une conversion à la doctrine sociale de l’Eglise ? Non, certes. D’ailleurs elle ne parle pas du « bien commun », mais d’un « bien commun ».

La CGT s’insurge contre le projet de Leclerc de vendre de l’électricité. L’énergie, dit le syndicat, n’est pas une marchandise mais un « bien commun ».

Désolé, mais l’énergie est bel et bien une marchandise : elle se vend et elle s’achète, auprès de divers producteurs. Et il y a quantité de diverses sortes d’énergie, de plus en plus diversement produite, ce qui illustre que ce n’est pas « un bien commun ».

En fait la CGT garde ses vieilles références communistes : elle croit qu’il est encore possible de revenir au monopole de la production électrique, qui était son monopole, et son pactole, le bon temps où elle pouvait appeler son monopole « un bien commun », son bien communiste…

Commentaires

  • Pas d'autre horizon possible pour eux autre que "Le communisme, c'est les Soviets plus l'électricité."

Écrire un commentaire

Optionnel