Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Haro sur la Hongrie

136e40dcbde12a522f50cc46aad456cb-800x.jpg

Le feuilleton anti-hongrois du Parlement européen continue. La commission libertés civiles, justice et affaires intérieures a pondu hier un rapport de la « gauche verte » néerlandaise Judith Sargentini (l’ahurie sur la photo), par 37 voix contre 19, qui demande aux États membres d’ouvrir une procédure disciplinaire à l’encontre de la Hongrie, parce que l’action du gouvernement Orbán a conduit à une grave détérioration de l’état de droit, de la démocratie et des droits fondamentaux…

« Le temps de la complaisance est terminé, la Commission et le Conseil ne peuvent pas ignorer la voix du Parlement européen. Ils doivent enfin agir pour remettre Orbán à sa place », a souligné le sinistre frénétique belge Louis Michel, « rapporteur fictif »* des libéraux. Sans la moindre considération sur le fait qu’Orbán a obtenu une majorité absolue des deux tiers des députés aux dernières élections…

En outre on n’a pas encore entendu « la voix du Parlement européen » : il votera en septembre en session plénière. Il votera sans doute pour l’ouverture d’une procédure de sanction contre la Hongrie, comme il l’a déjà fait contre la Pologne. Ça l’occupe…

____

* « Rapporteur fictif » est la très curieuse traduction officielle de l’expression britannique « shadow rapporteur » : c’est le député qui représente le point de vue de son groupe dans l’élaboration des rapports et qui est chargé de négocier avec les autres groupes.

Commentaires

Écrire un commentaire

Optionnel