Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Trump

A ceux qui pensent – et il y en a même parmi mes lecteurs – que Donald Trump est un fou imprévisible et donc extrêmement dangereux au poste où il se trouve, je dédie ces deux informations :

1. Donald Trump a envoyé Mike Pompeo, directeur de la CIA et prochain secrétaire d’Etat, en Corée du Nord, la semaine dernière, et il y a rencontré Kim Jong-un. Le président américain a  confirmé l’information ce matin. Hier, il avait dit que cinq lieux étaient possibles pour sa rencontre avec le dictateur nord-coréen, « si tout se passe bien », début juin. « Ils nous respectent. Nous les respectons. L'heure est venue de parler, de résoudre les problèmes. Il y a une véritable chance de résoudre un problème mondial. Ce n'est pas un problème pour les Etats-Unis, le Japon ou un autre pays, c'est un problème pour le monde. » Concernant les contacts entre les deux Corée, il a dit : « Ils ont ma bénédiction pour discuter de la fin de la guerre. Les gens ne réalisent pas que la guerre de Corée n'est pas terminée. »

2. L'ambassadrice des États-Unis auprès des Nations unies, Nikki Haley, avait annoncé dimanche que le gouvernement américain préparait une nouvelle série de mesures contre la Russie afin de sanctionner son soutien au régime de Bachar el-Assad, et que ces sanctions pourraient être annoncées dès lundi par le secrétaire au Trésor. Mais, lundi, un haut responsable de la Maison Blanche a formellement démenti. Il a précisé que Donald Trump craignait que de nouvelles sanctions, immédiatement après les frappes en Syrie, ne compliquent ses initiatives pour négocier avec Vladimir Poutine sur divers dossiers dont l'extrémisme islamiste. Le président américain, a-t-il ajouté, reste convaincu qu'il peut négocier avec son homologue russe mais qu'en multipliant les déclarations ou les gestes négatifs, il aura du mal à en obtenir quoi que ce soit.

Commentaires

  • "qu'en multipliant les déclarations ou les gestes négatifs"
    Ah? Parce qu'envoyer des missiles sur un pays souverain sans déclaration de guerre n'est pas un acte négatif?
    Pourquoi ce que Trump propose au fou nord-coréen ( ce dernier bien utile aux plans mondialistes) ne le propose-t-il pas à Assad (ce dernier nuisible aux plans mondialistes)?
    Aucun président USA n'est libre de mener la politique qu'il souhaite. Ceux qui ont tenté de secouer le joug, ont été assassinés.

  • Oui, mais il a nommé le néo-con Bolton comme conseiller à la sécurité nationale, cela lui donne des moyens d’influence importants, c’est à dire de continuer les guerres actuelles au bénéfice d’Israël. On comprend pourquoi pour Bustani, sa nomination est un désastre pour le monde :
    https://www.youtube.com/watch?v=SGcf28JmJMo

    Pour rappel, John Bolton, l’ancien fonctionnaire de l’administration Bush, devenu expert de Fox News, fait partie de ces hommes adeptes du chantage. « C’est un tyran », pour José Bustani, diplomate brésilien à la retraite et ancien chef de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC). Au début de 2002, un an avant l’invasion de l’Irak, l’administration Bush par le biais de Bolton, exerça une pression intense sur Bustani pour qu’il démissionne de son poste de directeur général de l’OIAC, en dépit du fait qu’il avait été réélu à l’unanimité à la tête de l’organe des 145 nations deux ans plus tôt. Sa transgression ? Vouloir négocier avec l’Irak de Saddam Hussein pour permettre aux inspecteurs en désarmement de l’OIAC d’effectuer des visites inopinées dans ce pays. « Cheney veut que vous partiez. Vous avez 24 heures pour quitter l’organisation, et si vous ne vous conformez pas à cette décision de Washington, nous avons des moyens de riposter contre vous. Nous savons où vivent vos enfants. Vous avez deux fils à New York. » lui dit Boston. Quelques semaines plus tard, Bustani se faisait virer !

    Christian Westermann, l’ancien analyste en chef des armes biologiques au Département d’État qui avait refusé de signer un discours accusant Cuba de posséder un programme secret d’armes biologiques , avait été de même « réprimandé » par Bolton, qui « a alors essayé de le faire partir ». Melody Townsel, ex-entrepreneur de l’Agence des États-Unis pour le développement international, a déclaré avoir été elle aussi harcelée par Bolton, lors d’une visite au Kirghizistan en 1994 : « M. Bolton m’a poursuivi dans les couloirs d’un hôtel russe, en me jetant des objets, en poussant des lettres de menaces sous ma porte, en se comportant comme un fou. »

  • Disons que notre monde est devenu tellement dégénéré qu'il est parfois difficile de trouver des lignes claires. Entre guéguerres de lobbys sionnistes, économiques et culure de mort... on perd facilement notre latin !

    Plus bcp de place pour l'honneur... malheureusement. Mais ce monde de fous est en train de s'écrouler lui même...

    Ds le Christ-Roi !

  • cette défense de Donald Trump est un peu désespérée cher Daoudal. L'aveuglement de l'idéologie. Quoi que fasse le héraut, c'est bien et peu importe s'il fait du Macron... en attaquant illégalement la Syrie comme l'OTAN jadis en Serbie...

  • Ferait-il du Macron ? La spécialité de notre cher président est le mensonge !

    Les zadistes reprochent justement aux hommes politiques d'être des menteurs. Ils ne veulent pas de ce genre de gouvernement. Ont-ils tort ?

    Sibeth Ndiaye, conseillère en communication du candidat Macron, embauchée à l’Élysée après son élection, avait déclaré : « J’assume parfaitement de mentir pour protéger le président. »
    http://www.valeursactuelles.com/politique/la-conseillere-communication-de-lelysee-assume-parfaitement-de-mentir-86463

    Et Macron, pourquoi ment-il tout le temps ?
    https://www.youtube.com/watch?v=9UcbrNw8VcA
    Le scandale Alstom et ses mensonges :
    https://www.dailymotion.com/video/x5hh13b
    Sans oublier les mensonges sur son patrimoine opaque....
    Macron sur TF1 : le FN « a conduit des attentats contre le général De Gaulle » : Ah bon ?
    https://www.dailymotion.com/video/x5jzaju
    Mensonge sur la CSG des petits retraités :
    https://vimeo.com/258496340
    Macron avait menti aux Français sur ses soi-disant victoires sur les travailleurs détachés et le glyphosate…. Philippot a su le rappeler brillamment :
    https://www.facebook.com/philippot.f/videos/1692200440864162/
    Et au Parlement européen après les frappes en Syrie, quand face à lui, se trouvaient plusieurs eurodéputés arborant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : «Hands off Syria» («Bas les pattes de la Syrie«») ou encore «Stop the war in Syria» («Mettons fin à la guerre en Syrie»). II s’est emporté dans une belle démonstration mensongère dont il a le secret :
    https://francais.rt.com/france/49945-parlement-europeen-coup-sang-macron-frappes-syrie-video

    Et que font les partis politiques après cette attaque contre un pays souverain sans raison ? sur les 11, qu'un seul demande la démission de ce dangereux menteur : l'UPR.

    Comme quoi, les zadistes ne seraient-ils pas dans la vérité ?

  • Merci Robert, pour ces nombreux exemples des mensonges de Macron. Mais c'est là où on ne rit plus, selon le classement mondial « Alexa ranking » à la date du 18 avril 2018, des sites politiques français, on est surpris de constater qu'"En Marche" reste tout de même sur le podium des partis les plus consultés par les Français.

    1. Union populaire républicaine (UPR)
    2. France insoumise (FI)
    3. En marche (LREM)
    4. Front national (FN)
    5. Dès demain (A. Hidalgo et C. Taubira)
    6. Lutte ouvrière (LO)
    7. Nouveau parti anticapitaliste (NPA)
    8. Génération.s (ex-« mouvement du 1er juillet » de Benoît Hamon)
    9. Parti communiste français (PCF)
    10. Solidarité & Progrès (S&P) (Jacques Cheminade)

    Comme quoi mentir a son utilité.

  • Moi aussi je vais défendre Donald Trump. Cela devrait être inutile, mais visiblement, non.

    Sur ce site, nombreux sont ceux qui proclament mépriser les journalistes, mais en réalité, vous les prenez au sérieux, alors que Donald Trump les méprise vraiment. Ce qui explique votre incompréhension.

    Donald Trump dresse un écran de fumée de tweets objectivement indignes d'un président des Etats-Unis et, comme les journalistes que vous prétendez mépriser, vous les prenez au sérieux. Et vous en tirez un portrait apocalyptique de Trump.

    Pourtant, nous commençons à connaître le mécanisme de Trump, puisqu'il est au fond assez répétitif (mais pourquoi changerait-il une technique qui fonctionne ?). Rappelons aussi qu'il est d'autant plus facile à comprendre qu'il s'est expliqué dans son bouquin "L'art du deal".

    1) Je provoque, je raconte n'importe quoi, je fais n'importe quoi. Non seulement, je n'essaie pas de passer pour raisonnable, mais j'essaie de passer pour un fou. Ceci a deux conséquences utiles :

    a) Le gros paquet des imbéciles (disons 90 % de la population, dont, visiblement, la majorité des commentateurs) se concentrent sur mes âneries. Cela ouvre un espace de tranquillité pour les choses sérieuses en coulisses.

    b) Mon futur partenaire/ennemi ne sait pas sur quel pied danser. J'ai dit tout et son contraire, la négociation est une guerre de mouvements, quoi que je fasse je surprendrai.

    2) Je retombe sur mes pattes par des concessions raisonnables faites par des négociations en coulisses loin du barnum public. Typiquement la Syrie : en public, je fais un cinéma sur Animal Assad. En coulisses, je m'arrange avec les Russes pour que les bombardements soient anodins.

    Bref, Trump est un tacticien exceptionnel.

    Est-il un stratège ? Nous ne pouvons pas encore être sûrs, mais j'aurais tendance à penser que oui. Le timing de sa campagne présidentielle est remarquable, révélateur d'une pensée longue ( 1)Je provoque à fond pour désamorcer les scandales - ce que n'a pas su faire Fillon. 2) Je fais la course en outsider, position bien plus confortable, en me concentrant mine de rien sur les vrais états clés --erreur majeure de la campagne Clinton 3) je surprends tout le monde dans la dernière ligne droite).

    Autre signe d'une pensée stratégique : Twitter. Trump sait qu'il est en guerre contre les journalistes. Il répond par une tentative d'asphyxie en montrant qu'ils sont inutiles, qu'il peut se passer d'eux. C'est autrement plus radical que les mièvreries à la Wauquiez, qui critique les journalistes mais se met à genoux pour qu'on lui présente un micro.

    Autre plan de long terme : laisser courir le faux scandale russe pour que l'enquête annexe sur les Clinton éclate au moment des élections de mi-mandat. Là, c'est une prévision, je peux me tromper, on en reparlera.

    En résumé, je pense que Trump pourrait être dans les 2 ou 3 meilleurs présidents américains de l'après-guerre. L'avenir nous le dira.

  • Merci. On peut ajouter qu'il n'est pas devenu par hasard l'un des deux ou trois meilleurs hommes d'affaire du pays, et qu'il a prouvé depuis longtemps l'efficacité de ses stratégies.

  • Daoudal devrait lire les biographies de Trump. C'est plus compliqué que cela Et s'il suffisait d'être riche (quand on l'était déjà la naissance soit dit en passant) pour être un bon gouvernant, cela se saurait. A ce compte là filons les clés à Zuckerberg, à Bernard Arnault ou à votre cher George Soros...

  • Bernard Arnault pourquoi pas, ce ne serait sans doute pas plus mal. Mais je préférerais Vincent Bolloré...

  • J'ai oublié un point : Trump est un président adapté à notre temps. D'où un comportement choquant par rapport aux moeurs classiques, mais, en cela, il n'est que le reflet de notre monde.

  • @Frank
    Bonne analyse mais :
    Je pense aussi que son tweet sur les missiles était destiné à attiser une réaction d'orgueil des russes... qui ne se sont pas laissé abusé. Sur ce coup, c'est me semble t-il encore Poutine le meilleur. Mais dans un jeu de dupes et de poker menteur bien malin celui qui prétend tout savoir... !
    Et côté morale il est sûr que l'Empire n'a rien à faire en Syrie.

  • Analyse intéressante ici :
    https://strategika51.wordpress.com/2018/04/16/quelques-faits-passes-sous-silence-sur-lattaque-tripartite-contre-la-syrie/

  • pour un ignorant comme moi ces échanges sont une mine ! Merci à tous

  • Question réalpolitik : la France doit-elle dépendre uniquement du gaz russe ou doit-elle se diversifier auprès du Qatar ? ( c'est l'essentiel de l'enjeu économique de cette guerre )
    Question idéaliste : si elle choisit la 2ème option, est-il moralement légitime de faire alliance avec le diable islamiste et israélien ( soutenus par les US, RU et F ) pour renverser un dictateur ? Et ce sans hésiter à fabriquer des mensonges ( armes chimiques ) pour légitimer sa politique économique...

    J'en suis là.

  • @ Franck Boizard 06h40 - jeudi 19 avril 2018.
    Je maintiens que Trump est un homme dangereux car, si sa tactique est bien celle que vous dites, il y a grand risque que, par ses déclarations, vantardises et propos blessants, il déclenche une réaction échappant à tout contrôle :

    - il adopte des postures qui l'obligent à aller jusqu'au bout, même si ce n'était pas son intention, sous peine de perdre la face, ce qui serait la pire chose pour le prestige d'un pays.

    - Poutine a, heureusement, des nerfs d'acier, contrairement à Trump : un autre que lui aurait pu faire preuve de moins de flexibilité en considérant qu'on vient le provoquer dans son propre pré carré et que le laisser faire serait justement une perte de face inadmissible.

    - Les tweets de Trump sont rédigés de manière à humilier ses adversaires, et un jour il tombera sur quelqu'un qui ne supportera pas cela et se sentira obligé de lui tenir tête quel qu'en soit le prix. Je pense aux Chinois qui ont une sensibilité plus aiguë que la moyenne mondiale sur la notion de "perte de face".

    J'ai insisté ici sur la "perte de face" mais Trump est en grand danger de sous-estimer les capacités de ses ennemis, car il a une tendance puérile à considérer son pays comme invincible en plus d'être le plus beau et le plus fort...et cela n'est pas sans funeste conséquence.

  • Daoudal devrait lire les biographies de Trump. C'est plus compliqué que cela Et s'il suffisait d'être riche (quand on l'était déjà la naissance soit dit en passant) pour être un bon gouvernant, cela se saurait. A ce compte là filons les clés à Zuckerberg, à Bernard Arnault ou à votre cher George Soros...

  • Bin non,. Justement, c’est là qu’est l’habilété de Trump.

    Il fait beaucoup de bruit en paroles, mais ses actions sont raisonnables. Comme il a dit tout et son contraire, il peut reculer sans se dédire.

    Ce que vous appelez le sang-froid de Poutine tient beaucoup à cette habileté de Trump.

    La vraie guerre de Trump est contre l’Etat profond américain et les Russes l’ont bien compris (plusieurs déclarations en témoignent).

    Je vais retourner la question : mettez vous à la place de Trump, comment voulez vous qu’il se comporte autrement ?

    Il a tout le Système contre lui, chaque journaliste est un guerrier anti-Trump, la plupart des élus républicains aussi. S’il se comporte comme un politicien classique, prévisible, il vous donne satisfaction, ça fait joli, mais il est mort, laminé comme des dizaines d’outsiders avant lui.

    Sa seule solution de long terme, c’est ce qu’il fait : brouiller les pistes.

    Orban indique un autre comportement mais qui ne me paraît pas applicable aux Etats-Unis, à cause de la puissance médiatique du gauchisme.

Écrire un commentaire

Optionnel