Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Eglise des pauvres…

François a exigé que la Papal Foundation, dont les fonds sont destinés à aider des réalisations pour les plus pauvres dans le monde, donne 25 millions d’euros sur trois ans à l’Institution dermatologique de l’Immaculée, à Rome, qui se présente comme « l’un des plus importants hôpitaux dermatologiques européens ». Cette institution des « Fils de l’Immaculée Conception » s’est fait connaître ces dernières années par un scandale retentissant, qui a commencé en 2013 avec l’arrestation de son ancien directeur le Père Franco Decaminada. La police financière a conclu à une faillite frauduleuse avec un trou de 845 millions d’euros, détournement de 82 millions d’euros et de 6 millions de fonds publics, fausses factures, blanchiment d’argent, etc. En mai dernier ont été émis 24 actes d’accusation. Le procès devait se tenir en novembre dernier. On n’a pas de nouvelles.

Mais l’été dernier François a demandé à la Papal Foundation de donner à cet hôpital 25 millions de dollars. Via François, puisque la Papal Foundation, comme son nom l’indique, donne de l’argent au pape, pour des œuvres de charité. Cette organisation américaine dirigée par des évêques aide ainsi à la construction d’églises, d’écoles, d’hôpitaux, etc., dans les pays les plus pauvres.

Ses dons vont généralement de 25.000 à 100.000 dollars. Exceptionnellement 200.000. Mais 25 millions, c’est du jamais vu. Et c’est clairement 25 millions soustraits aux pauvres.

L’affaire a causé de graves remous dans la fondation. Le président du comité d’audit a même démissionné, considérant qu’il ne pouvait pas cautionner cela, et que c’était « un désastre » pour la fondation, qui aurait désormais bien du mal à trouver de nouveaux donateurs.

Lui et ses trois collègues du comité d’audit ont rédigé un texte détaillant leurs critiques. Ils notent que la situation de l’hôpital est encore loin d’être claire. (Avec par exemple 40 « travailleurs syndiqués » inutiles toujours salariés, un nouveau directeur nommé par le Vatican qui a démissionné au bout de neuf mois sans qu’on puisse savoir pourquoi, remplacé en octobre dernier par un avocat…)

La Papal Foundation a immédiatement effectué un premier versement de 8 millions de dollars, sans avoir le moindre renseignement sur l’utilisation de cet argent, alors que la fondation ne donne de l’argent que sur dossier. C’est seulement après le versement que la présidente de l’Association des hôpitaux catholiques américains est allée sur place pour obtenir un dossier. Elle est revenue avec un classeur contenant divers documents (des procédures médicales, des articles de journaux…) mais rien de précis sur la destination prévue de l’argent, pas de bilan comptable de l’hôpital, aucune explication sur la démission du directeur. En fait de chiffres il y avait juste une feuille indiquant des… prévisions de profits : 1,6 million d’euros en 2017, 2,4 millions en 2018, 4,4 millions en 2019…

Lors de la réunion annuelle du conseil d’administration de la Papal Foundation, en décembre, les 15 évêques ont avalisé le don. Lors d’une réunion, le 4 janvier, les administrateurs laïcs ont élevé la voix. Ils se sont alors fait méchamment remonter les bretelles par les évêques (menés par le cardinal Wuerl), qui ont néanmoins décidé que désormais l’agrément des administrateurs laïcs serait requis pour des dons de plus d’1 million de dollars, et ont accepté que les prochains versements à l’hôpital dermatologique soit conditionné à un rapport sur l’utilisation des fonds déjà alloués (mais 5 millions vont encore être versés sans justification).

Naturellement, on est censé croire que cette débauche de fric vise à… lutter contre la corruption, en aidant cet hôpital à sortir de sa mauvaise passe…

(Source : l’article de Life Site et les documents mis en lien.)

Commentaires

  • Comploteur, hérétique et prévaricateur. Qu'on lui trouve cinq ou six marmots adultérins et les Borgia seront pulvérisés.

  • En fait, Bergoglio est pire , bien pire que le pape Alexandre VI Borgia, et pourtant ce dernier, c'est connu, a été élu pape dans des circonstances où le Saint-Esprit n'a pas eu son mot à dire !!!

    Cependant, Borgia, contrairement au funeste Bergoglio, a été d'une orthodoxie parfaite durant son pontificat, malgré les très gros péchés de la chair qui lui sont imputés.

    Je parierais ma tête et le salut de mon âme que Bergoglio sera jugé et condamné plus sévèrement que Borgia au jugement dernier.

  • A l'époque, je ne serais pas surpris qu'Alexandre VI ait été atrocement calomnié par Burckhardt et Infessura, soit rivalités entre les grandes familles romaines, soit déplorable habitude de certains humanistes de colporter des ragots et d'en inventer au besoin. Le clerc Erasme, qui mourut en refusant les sacrements, se répand en propos vipérins dans son Eloge de la folie, raillant les miracles et les processions, insultant les moines (comparés à des "pitres" qui "braillent comme des ânes", étalant leur "crasse et leur mendicité"), critiquant la "vie de volupté" des papes et des cardinaux, ricanant des évêques, tout en généralisations, sans nommer personne, à bien des égards plus méchant que Voltaire et Diderot réunis. Marcile Ficin ou son élève Pic étaient sous l'influence de la kabbale et du Talmud. Bref, là encore, on sait d'où peuvent venir les attaques qui ont préparé l'avènement de Luther.

  • Comme je plains les papolâtres et autres tenants de l'infaillibilité absolue. Ils vont devoir se mettre sous anxiolytiques ou se saouler au pastis pour ne pas voir la réalité. Dire qu'il s'agit de ragots inventés par les "pélagiens", cela ne marche plus.
    Ce Bergoglio fait des miracles: les aveugles voient, les sourds entendent, les imbéciles comprennent (enfin).
    Remarquons l'extrême servilité des prélats américains de la Papal Foundation. Il a fallu que ce soient les laïcs qui élèvent la voix et encore on continue à arroser les maffieux.

Écrire un commentaire

Optionnel