Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sectarisme

Ce n’est pas étonnant, c’est seulement une confirmation du sectarisme idéologique dictatorial de l’actuel maire de Paris et de son équipe : elle refuse une sépulture à Michel Déon, mort fin décembre en Irlande où il vivait le plus souvent. Refus à la famille, refus à l’Académie française qui avait fait sa propre demande pour l’un de ses membres.

Hypocritement, la mairie de Paris se réfugie derrière la loi qui détaille les quatre motifs d’être enterré dans une commune donnée. De fait Michel Déon n’entre dans aucune des quatre catégories. Mais la jurisprudence bien établie est que ces motifs sont autant d’obligations pour la mairie d’accepter l’inhumation, il ne s’agit en aucun cas de conditions sine qua non.

La Mairie de Paris ose se féliciter mensongèrement de suivre scrupuleusement la loi, alors qu’il s’agit seulement d’exclure d’un cimetière parisien un écrivain qui osait être réactionnaire, pire, royaliste, pire encore : un temps secrétaire de l’horrifique Maurras qu’on vient d’éjecter des commémorations officielles...

Écrire un commentaire

Optionnel