Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

C’est de l’art…

Quand rt-France nous apprend qu’une artiste espagnole expose une sculpture faite d'os humains, on se dit que cela fait partie des trop fameuses « fake news » de l’agence russe.

Sauf que c’est vrai. (Et que je n’ai toujours pas vu de fake news sur rt.)

TERESA-CORREA52.jpeg

4e7f3f40-0a39-46f0-97e9-a85858a199d9.jpeg

Il s’agit de la dernière exposition de l’« artiste visuelle » Theresa Correa, au Centre atlantique d’art moderne de Las Palmas aux Canaries. Une exposition surtout constituée de photographies, mais avec aussi des « installations », particulièrement ce tas d’os humains intitulé « Seuil 2017 ». Cette « recontextualisation » des os doit être mis en relation avec la photographie « Mère 2003 », œuvre clé de l’artiste, qui montre un crâne vieux de 2000 ans, du Musée des Canaries, morphologiquement identique à celui de l’artiste…

Il semble donc que ce soit légal en Espagne de jouer avec des ossements humains, de les entasser et de les faire visiter… Du coup je me demande si c’est légal aussi en France. Quoi qu’il en soit, il est vain, évidemment, de se lamenter sur les profanations de cimetières et de la perte de tout respect du corps humain si des « artistes » pervers peuvent impunément entasser des ossements humains dans des galeries d’art.

L’exposition dure depuis le 19 octobre et elle se termine le 21 janvier prochain. On voit que l’information de rt est très tardive, mais sans rt on n’en aurait rien su.

Commentaires

  • Vous ignorez apparemment que c'est déjà un vieil art traditionnel des capucins...

    Vous devez alors n'avoir jamais visité encore l'église Santa Maria della Concesione dei Cappuccini de Rome.

    Bien sûr, direz-vous peut-être... Du moment où c'est fait par des chrétiens, encore plus par des religieux (était-ce une démarche d'art de leur part ?...) et ce depuis des siècles, il n'y a rien à dire. D'ailleurs la Rome pontificale l'a toujours permis aux capucins.


    Ce qui vous choque par contre c'est que ce soit des profanes, voire antichrétiens, qui l'osent. On peut comprendre votre sensibilité. Mais dans l'absolu, ici ou chez les capucins de Rome, sur le plan factuel, la démarche opérationnelle est strictement identique.


    Voyez ce lien pour connaître Santa Maria della Concesione
    https://www.flickr.com/photos/aarome/galleries/72157624512351275/?rb=1

    Ou cliquer n'importe quelle image ici
    https://www.google.fr/search?q=Santa+Maria+della+Concezione+dei+Cappuccini+cripta&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwiFz6i0kOHYAhWhLsAKHcMMD8MQ_AUICigB&biw=1280&bih=879#imgrc=KpYTmyFVAAYZXM:&spf=1516265561539

  • Evidemment,

    si l'on ne fait aucune différence entre un espace consacré et un espace profane...

    si on ne fait aucune différence entre des moines et des artistes subversifs...

    si on ne fait aucune différence entre les reliques de moines qui avaient voué leur vie et leur mort à ce lieu et des ossements d'anonymes récupérés on ne sait où...

  • Et ceci, en l'église San Bernardino alle Ossa de Milan.

    C'est vraiment de l'art, cependant chrétien.

    https://amantidellastoria.files.wordpress.com/2015/02/oss9-1024x9401.jpg

  • @Dranem. Votre esprit est plein de confusion. Il y a un fossé infranchissable entre les ossuaires dans des églises, cimetières ou catacombes et une exposition profane par une "artiste" en mal de provocation. Dans le premier cas c'est pour prier pour les défunts et rappeler à notre mémoire les âmes du Purgatoire. Dans le deuxième, c'est dans un esprit de propagande sacrilège.
    Vous dites que factuellement c'est la même chose. Ah bon? Quelqu'un qui tue son prochain sans intention de le tuer serait factuellement comparable à l'assassin qui a prémédité un crime. Les juges jugent bien l'intention de l'acte. C'est ce qui se passera au Jugement Dernier.
    Et posons-nous la question du respect des règlements sanitaires, à moins que ces soi-disant os humains ne soient que du vulgaire plastique.

  • Je me demande si l'exposition d'ossements HUMAIN, en dehors de touts considérations scientifiques est d'ordre légal ........ Imaginons un instant qu'il s'agisse d'ossements provenant de la profanation d'ossuaires ...............

  • D'Yves Daoudal :

    "Evidemment,

    si l'on ne fait aucune différence entre un espace consacré et un espace profane...

    si on ne fait aucune différence entre des moines et des artistes subversifs...

    si on ne fait aucune différence entre les reliques de moines qui avaient voué leur vie et leur mort à ce lieu et des ossements d'anonymes récupérés on ne sait où..."

    ____________________________



    Mais l'on fait parfaitement la différence. C'est pourquoi on accepte Santa Maria della Concesione et on rejette ce qu'on voit ici chez cette profane..

    Mais je pose la question de savoir si les capucins auraient osé ainsi traiter les os de Jean XXIII, de Pie XII ou de Jean-Paul II.

    Certes leur esprit religieux est une caution pour la bénignité de leur démarche sur les restes de leurs frères. Mais dans l'absolu, y avait-il nécessité à jouer ainsi "artistiquement" avec des restes sacrés appelés à la résurrection ?
    Fallait-il en faire œuvre décorative ? Par conséquent dérisoire ?

  • A Dauphin.

    Je n' ai jamais confondu les ossuaires chrétiens avec ce satané soi-disant "art", effectivement blasphématoires de manière implicite.

    Mais avez-vous les décorations extraordinaires qu'ont fait les capucins avec les os des défunts frères ?
    Guirlandes, exubérantes, décorations de formes florales extraordinaires... avec les vertèbres, les tibias, les omoplates, les crânes, etc. ?

    En quoi cela pousse-t-il à la prière spécifiquement, s'il vous plaît ? Faut-il cela pour penser aux âmes en purgatoires ? de mettre leur sacrums et leurs clavicules en desseins symétriques ?

    Avez-vous contemplé les liens que j'ai mis ci-dessus ?

  • Qu'ils aient été enterrés religieusement, incinérés, exposés dans des musées, congelés ou transformés en breloques, Dieu ressuscitera nos corps, de toute façon. A mon avis, on peut faire ce qu'on veut d'ossements anonymes, ce sera toujours moins grave que de profaner l'eucharistie. "Mon cadavre", disait le curé d'Ars.

  • Excusez les coquilles de clavier ci-dessus. Mais j'ai dû tout écrire en 30 secondes et n'avais pas le temps de me relire.

    Je voudrais donc savoir de vous précisément en quoi ces jeux décoratifs avec les os des capucins défunts poussent particulièrement à la prière et font particulièrement penser aux âmes du purgatoire... Sans ces fantastiques décorations cela n'aurait pas lieu ?

    Photo :
    https://www.flickr.com/photos/stationsvakt/2436386208/in/gallery-aarome-72157624512351275/

Écrire un commentaire

Optionnel