Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Taxer la viande…

Le réseau FAIRR publie un « rapport », répercuté par ses caisses de résonance mondiales, notamment européennes, dans lequel il préconise de taxer la viande pour sauver la planète, et précise que c’est nécessaire si l’on veut atteindre les objectifs de l’accord de Paris. C’est ce qu’on appelle une « taxe comportementale », une sorte d’amende frappant ceux qui se comportent mal envers la planète, en l’occurrence les salopards de carnivores.

Extraits de l’article d’Euractiv :

Les taxes comportementales sont de plus en plus communes. Ces dernières années, 16 pays ont adopté une taxe sur le sucre. Les dégâts que cause l’industrie de la viande sur notre santé et notre environnement l’exposent à des taxes similaires. Il est de plus en plus probable que nous voyions l’idée d’une taxe sur la viande devenir une réalité.

Si les politiques veulent couvrir le coût réel des épidémies animales comme la grippe aviaire ou les maladies humaines comme l’obésité, le diabète ou les cancers, tout en s’attaquant au double défi du changement climatique et de la résistance aux antibiotiques, alors arrêter de subventionner l’industrie de la viande et commencer à la taxer semble inévitable.

Le rapport du FAIRR cite une recherche de l’université d’Oxford, qui révèle qu’éliminer complètement la viande des régimes alimentaires mondiaux permettrait d’économiser 1.600 milliards de dollars en coûts liés à la santé et l’environnement d’ici à 2050. Un changement rapide vers des régimes alimentaires végétariens et équilibrés permettrait d’économiser plus de 500 milliards d’euros liés aux dégâts du changement climatique.

Des pays comme la Suède et le Danemark ont déjà exploré l’idée d’une taxe sur la viande. Copenhague envisageait de mettre en place une taxe de 2,7 dollars par kilogramme.

Un rapport du think tank Chatham House estime qu’un changement dans les habitudes alimentaires pourrait permettre d’économiser chaque année six gigatonnes de CO2, alors que l’université d’Oxford révèle que des surtaxes de 40 % sur le bœuf et de 20 % sur le lait pourraient compenser les dégâts que ces industries causent sur les populations via le changement climatique.

Des études soutiennent que si la trajectoire de la consommation de viande et de lait se poursuit, le secteur agricole sera responsable de l’émission de 20 gigatonnes de CO2 par an, alors que la limite établie par l’accord de Paris est de 23 gigatonnes. Ce qui ne laisse plus que 3 gigatonnes d’émissions pour les autres secteurs de l’économie mondiale.

Durant les négociations climatiques de la COP23 à Bonn, les représentants de FAIRR ont appelé les délégués à « mettre les vaches au même niveau que les voitures » en priorisant les actions de réduction des émissions dans le secteur de l’élevage.

La viande pour les riches, les patates pour les pauvres, et la moitié de ce qui reste de paysans à la casse ? C’est ça, l’écologie sociale ?

Au fait, c’est quoi, FAIRR ?

Ça veut dire : Farm Animal Investment Risk and Return, à savoir : Retour sur investissement et risques liés à l’investissement dans le secteur de l’élevage. Il s’agit d’une organisation créée par Jeremy Coller, l’un des grands manitous du secteur du capital-investissement (Coller Capital), qui fait la promotion de l’alimentation végétale en aidant les investisseurs à tirer profit de ce nouveau secteur d’affaires…

Commentaires

  • DEPUIS le temps que je dis qu'il faut une TAXE sur l'air RESPIRER !!!!!
    5% de toutes rentrées d'argot quelqu'elle soit, le salir brut, le chiffre d'affaires, les cheque de noël, d'anniversaire, tout doit y passer ...........
    Et aussi une taxe sur les salades, personnes n'imagine ce que la culture de la salade représente comme dangerosité comportementale ......... En attendant une taxe mondial sur les flatullences !!!
    Quelle belle bande de corniauds !!!

  • Je rajouterais une taxe sur les paroles inutiles et sur les mensonges des hommes politiques et des personnalités publiques.. Le rendement de cette taxe serait tel qu'on pourrait supprimer toutes les autres.
    Vous en faites pas, les USA principaux producteurs et consommateurs de viande laisseront cette taxe aux corniauds d'européens, ce qui aidera à couler encore plus leur économie.

  • J'adore la façon dont un laboratoire de l'université d'Oxford devient pour les journalistes l'université d'Oxford, dans sa pleine et entière universalité comme dirait Pierre Dac.
    Pour les politiciens, la taxe est la seule réponse ; quand on a un marteau pour seul outil, toutes les questions ressemblent à des clous comme dirait H16.
    Enfin j'en connais un qui va bientôt dire aux journalistes qu'il ne mange que des légumes, mais en secret, par humilité, et que la Terre Mère ne nous laisse pas entrer en tentation de manger frère cochon ou sœur vache. Il pleure pour e·ux·lles.
    Quant à moi, je mange du porc et bois du vin, tout va bien.

  • Ce qui est vrai, c'est que manger trop de viande (c'est à dire autant qu'on le fait aujourdh'ui en moyenne) est mauvais pour la santé. C'est une évidence. Les peuples dont l'espérance de vie est la plus longue consomment de la viande en quantités très modérées. Si on admet (ce qui doit être démontré), que le coût social de la sur-consommation de viande (et de la mal-bouffe en général, évidemment pas cantonnée à la viande) est excessif (prise en charge par l'assurance-maladie de problèmes cardio-vasculaires, de surpoids, etc.) est injustifiable, il est normal d'un point de vue économique de taxer cette consommation pour inciter ceux qui s'y livrent à la modérer. Idem avec la cigarette et l'alcool.

    En soi donc ce n'est pas absurde.

    Evidemment, il y a un léger conflit d'intérêt comme le relève Daoudal....

  • @fd
    Il faut nuancer en fonction du climat, de l'activité, de la constitution corporelle etc...
    C'est évident que pour un américain ou européen suralimenté et avec peu d'exercice physique trop de viande n'est pas excellent. Mais surtout parce la viande est bourrée de pesticides, hormones anabolisantes, antibiotiques.
    Les esquimaux qui ne mangeaient principalement que de la viande et graisse pendant les 6 mois d'hiver n'étaient pas malades. Ils le sont devenus quand le gvt US leur fournit sucre, farine, conserves de fruits et légumes et alcool...Les plus gros consommateurs de viande sont les USA, Australie, Argentine, Brésil, Canada. Eux, ils ne taxeront pas.
    La viande est déjà taxée, mais dire qu'en la taxant plus on sauve la planète est une escroquerie et une manipulation.
    Pour sauver la planète que tous ces guignols malthusiens s'appliquent leur slogan: qu'ils se suicident. Cela mettra un coup de frein aux avortements. L'arrêt de la culture de mort sauvera la planète.

  • oui. au mieux on sauve des vies, pas la planète, en effet.

Écrire un commentaire

Optionnel