Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vox clara ecce intonat

L’hymne des laudes au temps de l’Avent, avec la traduction de Lemaître de Sacy. On verrait volontiers une influence janséniste dans la troisième strophe («  lamentables » rimant avec « coupables »), mais les « entrailles d’amour » de la quatrième strophe outrepassent le texte latin dans l’autre sens…

Vox clara ecce íntonat,
obscúra quæque íncrepat:
pellántur éminus sómnia;
ab æthre Christus prómicat.

Une éclatante voix résonne à notre oreille.
Un vif rayon frappe nos yeux.
Quittons l'ombre et la nuit. Que tout homme s'éveille.
Jésus descend des cieux.

Mens jam resúrgat tórpida
quæ sorde exstat sáucia;
sidus refúlget jam novum,
ut tollat omne nóxium.

Qu'enfin l'âme abattue en sa langueur funeste
Espère après tant de travaux ;
Un nouvel astre brille et sa flamme céleste
Doit guérir tous nos maux.

E sursum Agnus míttitur
laxáre gratis débitum;
omnes pro indulgéntia
vocem demus cum lácrimis.

L'Agneau vient faire un don pour sauver les coupables
Que nul homme n'a mérité.
Allons, fondant en pleurs par nos cris lamentables
Implorer sa bonté.

Secúndo ut cum fúlserit
mundúmque horror cínxerit,
non pro reátu púniat,
sed nos pius tunc prótegat.

Afin qu’étant armé des traits de sa colère
Au grand et redoutable jour,
Oubliant qu’il est Juge, il nous montre en vrai Père
Des entrailles d’amour.

Summo Parénti glória
Natóque sit victória,
et Flámini laus débita
per sæculórum sæcula.
Amen.

Gloire au Père éternel, au Fils notre espérance,
A l’Esprit notre heureuse paix ;
Qu’ils règnent en ce jour qui jamais ne commence
Et ne finit jamais.

Par les Bénédictines de Marie, Reine des apôtres :
podcast

Écrire un commentaire

Optionnel