Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une victoire de la culture de mort

La Cour de cassation a confirmé la relaxe de Jean Mercier, qui avait « aidé sa femme à mourir ». Condamné en première instance en 2015 à un an de prison avec sursis, il avait été relaxé par la cour d'appel de Lyon en novembre 2016.

Mme Mercier était comme par hasard une militante de l’ADMD, le principal lobby de l’euthanasie. Et le chef du lobby, Jean-Luc Romero, se félicite, en ces termes que je vous laisse découvrir :

Screenshot-2017-12-13 Jean-Luc Romero on Twitter(1).png

Commentaires

  • Il n'y a pas de plus grand amour... que de donner la mort à ceux qu'on aime.
    Retournement de sens typiquement satanique.

  • Ceux qui "servent Lucifer sans le savoir" (ou en pleine connaissance de cause) sont familiers de ces inversions. Ils sont donc faciles à repérer.
    La culture de mort est l'inverse de la culture de vie. Elle tend vers le bas, l'enfer, comme la culture de vie tend vers le haut, le Ciel.

  • N'y avait-il pas un film primé racontant la même chose et donnant des idées et intitulé "Amour" ?
    Pour parler du vrai amour, il faudra désormais dire CARITAS ou AGAPE !

  • Ce Jean Mercier a l'air bien malade. Pourquoi ne demande-t-il pas lui-même le suicide assisté?
    C'est comme le sénateur Caillavet qui a euthanasié son père , mais qui est mort de sa "belle" mort à 99 ans.

  • Dauphin, vous êtes cynistre.

  • Il y avait peut-être une question d'héritage à la clé ?

  • @ Stavrolus
    Oui, vous avez raison, et en plus j'ai une langue de vipère ludique (enfin, dans le cas présent un clavier...)

  • Pas étonnant que la cour d'appel de Lyon ait statué ainsi en 2016, compte tenu d'une forte présence franc-maçonne dans ses hauts rangs.

Écrire un commentaire

Optionnel