Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vendredi Saint

Depuis 2015 la confrérie Saint Charles Borromée de Monticellu en Corse a renoué avec la tradition des funérailles du Christ, marquée par l’A Schjudazione (littéralement le déclouement) et la procession Granitula (en colimaçon).

1.jpg

2.jpg

3.jpg

4.jpg

5.jpg

U lamentu di Ghjesù

La complainte de Jésus

O tù chì dormi
In sta petra sculpita
D'avè suffertu
Da colpi è ferite
Dopu d'atroci martiri
Persu ai ancu la vita,
Oghje riposi tranquillu
A to suffrenza hè finita.

O toi qui dors
dans ce sépulcre de pierre
d’avoir souffert
de coups et blessures
l’atroce martyre
qui t’a fait perdre la vie.
maintenant tu reposes tranquille
et ta souffrance est finie.

Ma eo sò
Ind'una fiamma ardente,
Brusgiu è mughju
Tuttu ognunu mi sente,
Sò i lamenti di i cumpagni
È d'una mamma li pienti
Chjamu ancu à Diu supremu
Ci ritorni stu nucente.

Mais moi je suis
dans une flamme ardente
je brûle et je gémis
et tout le monde m’entend
Je sais les lamentations des disciples
et les pleurs d’une mère
Je crie vers le Dieu suprême
qu’il se souvienne de l’innocent.

È fù per quella
Cun spiritu feroce
Da tanti colpi
È viulenza atroce
Chjodi à li mani è li pedi,
Quessi t'anu messu in croce,
O Diu da tante suffrenze
Fà ch'eo senti a to voce.

Et il fut ainsi
avec un esprit féroce
avec tant de coups et une violence atroce
cloué par les mains et par les pieds
par ceux-là qui t’ont mis en croix
ô Dieu de tant de souffrances
fais que j’entende ta voix.

Oghje per sempre
Tutta questa hè finita,
Avà sì mortu
Hè persa a partita,
Oramai in Ghjerusaleme
A ghjente hè sparnuccita
Vergogna ùn ci ne manca,
Morte sò a fede è a vita.

Aujourd’hui et pour toujours
tout cela est fini
tu es mort
et déjà dans Jérusalem
tous se sont dispersés
pleins de honte
mortes sont la foi et la vie.

par Jacky Micaelli :

On peut (il faut) la voir chanter cela ici.

Par le groupe Tavagna :


Enregistrer

Commentaires

  • Magnifique voix, superbe évocation. ..
    Mais peut-on suggérer à nos amis corses de changer (légèrement) leur costume qui detone terriblement. ..

  • @Wonderful
    Quel costume? Celui des pénitents blancs, résultant d'une tradition datant de plusieurs siècles? Ils détonnent avec quoi? Ou celui du groupe TAVAGNA en noir?

  • Le costume blanc qui désormais évoqué plus un meunier ou un dormeur en bonnet de nuit qu'un pénitent
    Sans tout envoyer aux orties comme cela a été trop souvent le cas ces dernières décennies, il devrait être possible de bien faire.
    Le but d'un tel costume n'est pas de suggérer une réalité cocasse . Or il faut s'avouer de vous à moi que c'est l'effet produit. Je n'y peux rien

  • @Wonderful
    Votre imagination est trop fertile et vous vivez dans le passé car aujourd'hui je n'ai jamais vu un meunier ou un dormeur habillé de la sorte.
    Les confréries prenaient souvent l'habit le plus simple et humble (ou coule, ou sac) des métiers de leur époque, paysans ou artisans, tout comme les ordres religieux. La coiffe blanche est une cagoule repliée. La cagoule garantissait l'anonymat car toutes les classes sociales étant représentées chez les pénitents.
    Et surtout n'allez pas à Perpignan ou en Andalousie car vous allez croire que les pénitents sont des membres du Klu-klux-klan (organisation raciste et anti-catholique fondée en 1865 aux USA qui a singé l'habit, alors que les pénitents existent depuis le XIIIe siècle!)

  • https://radionotredame.net/emissions/ecclesia_magazine/14-04-2017/

  • Hier, lors d'une cérémonie syriaque (ou chaldéenne), j'ai assisté de même aux funérailles du Christ à Ankawa, le quartier chrétien d'Eribil, au Kurdistan d'Irak. J'ai vu la procession mais - arrivé tardivement et coincé sur le parvis - je ne sais pas s'il y a aussi eu un déclouement.

    http://leblogdegrog.blogspot.com/2017/04/paques-chretienne-sous-haute-protection.html

  • Je suppose que oui. Dans le rite byzantin (qui vient d'Antioche où il y avait aussi les syriaques), l'office des funérailles du Christ commence par le déclouement (réel) de l'effigie du Christ, puis on le dépose dans un cercueil qui déborde de fleurs. A Saint-Julien le Pauvre, où j'y ai assisté très souvent, le cercueil est porté par les chevaliers du Saint-Sépulcre venus en voisins de Notre-Dame où ils gardent la couronne d'épines offerte en vénération aux fidèles.

Écrire un commentaire

Optionnel