Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mercredi Saint

Les antiennes du jour :

Líbera me * de sanguínibus, Deus, Deus meus : et exsultábit lingua mea justítiam tuam.

Délivrez-moi d’un sang versé, ô Dieu, mon Dieu : et ma langue publiera avec joie votre justice.

Contumélias * et terróres passum sum ab eis : et Dóminus mecum est tamquam bellátor fortis.

Des outrages et des frayeurs, j’ai souffert de leur part : mais le Seigneur est avec moi comme un guerrier vaillant.

Tu autem, Dómine, * scis omne consílium eórum advérsum me in mortem.

Quant à vous, Seigneur, vous connaissez entièrement le dessein qu’ils ont formé contre moi en vue de ma mort.

Omnes inimíci mei * audiérunt malum meum : Dómine, lætáti sunt, quóniam tu fecísti.

Tous mes ennemis ont appris mon malheur : Seigneur ils se sont réjouis, parce que c’est vous qui l’avez fait.

Fac, Dómine, * judícium injúriam patiéntibus : et vias peccatórum dispérde.

Faites, Seigneur, justice à ceux qui souffrent l’injure : et ruinez entièrement les machinations des pécheurs.

Antienne de Benedictus :

Simon, dormis ? * non potuísti una hora vigiláre mecum ?

Simon, tu dors ? tu n’as pu veiller une heure avec moi ?

Antienne de Magnificat :

Ancílla dixit * Petro : Vere tu ex illis es : nam et loquéla tua maniféstum te facit.

Une servante dit à Pierre : Certainement, toi aussi, tu es de ces gens-là : car ton langage le révèle.

La première antienne vient du psaume 50, selon le psautier gallican (puisque le verbe est au futur alors qu’il est au parfait dans le psautier romain), avec « Deus meus » au lieu de « Deus salutis meae ».

La deuxième antienne vient de Jérémie 20,10-11, mais en résumé et par petits bouts : « Audivi enim contumelias multorum, et terrorem in circuitu : Persequimini, et persequamur eum, ab omnibus viris qui erant pacifici mei, et custodientes latus meum : si quomodo decipiatur, et prævaleamus adversus eum, et consequamur ultionem ex eo. Dominus autem mecum est, quasi bellator fortis. » (Car j’ai entendu les outrages d’un grand nombre, et la terreur de toute part : Persécutez-le et persécutons-le. Tous les hommes qui étaient en paix avec moi, et qui étaient sans cesse à mes côtés : Si on peut le tromper de quelque manière, ayons l’avantage sur lui, et tirons vengeance de lui. Mais le Seigneur est avec moi comme un guerrier vaillant.)

La troisième antienne est le début de Jérémie 18,23 sans modifications.

La quatrième est un morceau de Lamentations 1,21, avec ajout de « Domine ».

La cinquième est un morceau du verset 7 du psaume 145, accolé à la fin du verset 9 du même psaume, avec les verbes mis à l’impératif.

L’antienne de Benedictus commence par Marc 14,37 mais finit la phrase comme Matthieu 26,40.

L’antienne de Magnificat met dans la bouche de la servante de Matthieu 26,69 ou 71 ce que disent « ceux qui se tenaient là » de Matthieu 26,73.

Commentaires

  • Bonjour mon cher Daoudal. Je vous souhaite d'ores et déjà un bon et saint Triduum. Puisse le Ciel vous ouvrir les mirettes. Saint Restitut, priez pour lui.

    Juste une petite question: pourriez-vous me dire où votre démon de Destroy Jorge a-t-il, (et surtout à qui) l'intention de laver les arpions demain soir ? Je m'interroge: les trans, c'est déjà fait. les mousoules, c'est fait, les gonzesses, aussi... y reste peu de monde aux périphéries... Donc y va laver qui, ou quoi ? Des pieds de biche ? des pieds de nez ? des pieds de veau ?

    Bref, ça m'intéresse grandement, vu que je suis attentivement la progression de la mainmise de l'Enfer au Vatican occupé.

    Merci d'avance.

Écrire un commentaire

Optionnel