Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Quatrième dimanche de carême

Laetare.jpg

Voici une superbe version de l’introït de la messe de ce jour, par les moines de Solesmes sous la direction de dom Gajard, en 1964. Et pour faire bonne mesure, l’autre antienne qui chante Jérusalem, à la communion, par les mêmes.

L’illustration ci-dessus est extraite du Graduel de Saint-Emmeran de Ratisbonne, vers 1000, conservé à la Bibliothèque d’Etat de Bamberg (Bibliothèque Empereur Henri), numérisé en collaboration avec la Bibliothèque d’Etat de Bavière.

Lætáre, Jerúsalem : et convéntum fácite, omnes qui dilígitis eam : gaudéte cum lætítia, qui in tristítia fuístis : ut exsultétis, et satiémini ab ubéribus consolatiónis vestræ.
Lætátus sum in his, quæ dicta sunt mihi : in domum Dómini íbimus.

Réjouis-toi, Jérusalem, et rassemblez-vous, vous tous qui l’aimez ; tressaillez de joie avec elle, vous qui avez été dans la tristesse afin que vous exultiez et soyez rassasiés à la mamelle de vos consolations.
Je me suis réjoui de ce qui m’a été dit : Nous irons dans la maison du Seigneur.


podcast

in_laetare_ierusalem.jpg

Jerúsalem, quæ ædificátur ut cívitas, cuius participátio eius in idípsum : illuc enim ascendérunt tribus, tribus Dómini, ad confiténdum nómini tuo, Dómine.

Jérusalem qui est bâtie comme une ville, dont toutes les parties se tiennent ensemble. Car c’est là que montaient les tribus, les tribus du Seigneur, pour célébrer votre nom, ô Seigneur !


podcast

jerusalem,_quae_aedificatur.jpg

Sur la liturgie de ce dimanche, voir notamment ici, et spécifiquement sur l'évangile, .

Commentaires

  • La lecture d'aujourd'hui n'est lue dans le Lectionnaire de 1970 qu'en semaine, une fois tous les 2 ans. Quant à l"histoire du miracle de l'huile par Elisée, elle n'est jamais lue (sans doute que les grands exégètes pensent que ça "double" inutilement celle de la veuve de Sarepta). Puissions-nous garder ad vitam le lectionnaire tridentin!

  • PS : j'ai écrit de mémoire, et je viens de vérifier : non, la lecture d'aujourd'hui n'est pas lue dans la liturgie de Paul VI (ç'eût été trop beau!) : on lui a retiré les verset 25 (jugé trop embrouillé dans la traduction manuscrite?) et les vv 28,29,30, pas politiquement corrects pour les Juifs. Idem pour les vignerons homicides du vendredi 2ème semaine de Carême : on a supprimé le verset 44. Pour ceux qui ne connaissent pas l'ampleur du désastre, lisez la conférences d'Y. Daoudal sur les Psaumes (colonne de droite, en bas).

  • L'Eglise qui censure la parole de Dieu, ça a quelque chose de fascinant. Comme le regard du serpent.

Les commentaires sont fermés.