Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dans la presse européenne…

Le rédacteur en chef économique du Frankfurter Allgemeine Sonntagzeitung, Lisa Nienhaus, écrit que Cameron « a fait exactement ce qu’il fallait faire. Il n’a pas seulement gagné le cœur des Britanniques, mais aussi des citoyens de nombreux autres pays qui s’inquiètent de ce qui va finalement rester de l’Union européenne : une entité bureaucratique qui offre une thérapie occupationnelle et des opportunités de discours d’adieux pour des politiciens vétérans. En ce sens, Cameron est le plus grand pro-européen de tous les chefs d’Etat et de gouvernement. (…) Ceux qui en Allemagne partagent ce point de vue – et ils sont nombreux – doivent soutenir le Royaume-Uni pour qu’il joue un plus grand rôle dans l’UE. Nous avons besoin de plus de Cameron, pas de moins. »

Le vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel écrit quant à lui dans La Repubblica : « Si nous ne parvenons pas, dans les prochaines années, à moderniser l’Europe, à la rendre moins bureaucratique, à respecter les responsabilités nationales, régionales et municipales, une grande majorité de bourgeois britanniques, poussés par l’Ukip, voteront contre l’Europe. (…) La sortie du Royaume-Uni de l’UE serait le signal du début de la fin du projet européen. »

Dans le Sunday Times, l’éditorialiste Dominic Lawson considère que « si l’économie britannique continue de croître de façon constante et que la zone euro montre des signes de fragmentation nécessitant une intervention chirurgicale, alors Cameron aura besoin de davantage qu’un succès de négociations cosmétiques comme argument pour la poursuite d’une adhésion à un club dont les cotisations semblent plus onéreuses chaque année qui passe. »

(Via Open Europe)

Lien permanent Catégories : Europe 2 commentaires

Commentaires

  • L'élection de Juncker à la présidence de la Commission européenne est une excellente chose. Le plan de ces européistes allemands qui veulent récupérer ceux qui ne veulent plus de l'UE va échouer. Juncker, c'est le diable qui porte Pierre.

  • Remarquez la différence de ton avec le Sunday Times... qui est réellement anti-UE, lui.

Écrire un commentaire

Optionnel