Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Petits arrangements au sommet de l’UE : y a de l’eau dans le gaz

L’arrangement qui a finalement été conclu entre les principaux partis et les principaux pays de l’UE est que l’on met le PPE Jean-Claude Juncker à la présidence de la Commission européenne, et le socialiste Martin Schulz à la présidence du Parlement européen. Ainsi les deux principaux candidats à la présidence de la Commission ont-ils une présidence…

Mais il y a toujours des empêcheurs de tourner en rond dans le pot de confiture. Du coup le joli scénario a des ratés.

D’un côté, il y a évidemment les très méchants Anglais qui ne veulent catégoriquement pas de Juncker. Et qui menacent d’exiger un vote, ce qui n’a jamais existé. Adieu le merveilleux consensus qui présidait jusqu’ici… Et si Juncker est élu, Cameron menace d’organiser plus rapidement que prévu un référendum par lequel le Royaume Uni pourrait quitter l’UE… Ce qui provoque des remous. Il y a ceux qui disent : que les rosbifs s’en aillent, on n’en a rien à cirer ; et il y a ceux qui disent : si les Anglais s’en vont, c’est une catastrophe.

Et de l’autre côté il y a maintenant… la CDU ! Les députés allemands de la chancelière se rebiffent. Parce que jusqu’ici on alternait la présidence du Parlement, et qu’il n'y a donc pas de raison que Martin Schulz soit président deux demi-mandats de suite...

Combat de catch à suivre…

Lien permanent Catégories : Europe 1 commentaire

Commentaires

  • Monsieur Dadoual, cela vous tuerait-il de franciser "blog" en "blogue" ou en "bloc-note" (recommandation officielle) ?

Écrire un commentaire

Optionnel